PAGE PAYSAGE

Accueil » critique » TROIS LÉGENDES, RICHARD MILLET, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2013 (critique parue dans « Le Salon littéraire »).

TROIS LÉGENDES, RICHARD MILLET, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2013 (critique parue dans « Le Salon littéraire »).

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

septembre 2014
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

806681

   Un séducteur, cordonnier de son état, musicien par vocation, charme les loups en jouant du violon, avant de disparaître. Deux frères, partis à la guerre de 40, reviennent dans la ferme familiale à cheval, l’un vivant et l’autre décédé, cadavre décomposé attaché à sa selle, comme dans la gravure de Dürer, Le Chevalier, la Mort et le Diable. Aidé par une enseignante esseulée, un bûcheron isolé décide de partir en fumée en haut d’une cabane perchée sur un arbre, au milieu des bois, drakkar échoué de quelque océan oublié. Saturnienne, nocturne, chaque légende célèbre, à sa manière, les hautes terres d’enfance. Monts granitiques, forêt plus profonde que le cœur humain (p. 28). villages lointains : le plateau de Siom semble effectivement être le principal, sinon l’unique, personnage, de ce mince recueil, sombre et lumineux. Éloges du pays perdu limousin cher à Jourde[1], ces trois histoires évoquent, pour une part, la manière qu’a Pierre Michon de décrire de minces existences, de pittoresques inconnus, en de longues phrases classiques, amples et hugoliennes, à travers les Vies minuscules[2] ou Le Roi du bois[3]. Écrit une langue superbe, poétique, l’ouvrage procède lui aussi d’une sorte de mythologie secrète, nervalienne, et non d’un quelconque régionalisme corrézien, plat et niais : (…) les pompiers, les gendarmes et les curieux, ceux qui refuseraient de la croire ou qui ne comprendraient pas, comme ceux qui l’envieraient et feraient basculer ce fait divers au rang de légende, une fois Geneviève Peyroux affectée à un autre poste, loin de Siom où nous nous souviendrions d’elle comme d’une fille du feu. (p. 87).

    Un an après la triste affaire Millet[4], l’auteur quitte le domaine polémique, le pamphlet, pour en revenir à la pure littérature, à travers trois riches volumes, très différents : un roman (Une artiste du sexe, Gallimard, 2013), un essai sur la viande (L’Etre-bœuf, Pierre-Guillaume de Roux, 2013), et enfin quelques nouvelles, ou plutôt quelques contes, avec ce petit livre, court mais profond.

  1. Cf. Pays perdu, L’Esprit des Péninsules, 2003.

       2. Gallimard, 1984.

  1. Verdier, 1996.
  2. Choquée par Langue fantôme. Eloge littéraire d’Anders Breivik (Pierre-Guillaume de Roux, 2012), essai critique à l’égard du multiculturalisme, Annie Ernaux a obtenu le départ de Richard Millet du comité de lecture de Gallimard après avoir lancé une pétition, signée par quelques cent-cinquante écrivains, dans les colonnes du Monde (« Le pamphlet fasciste de Richard Millet déshonore la littérature », 10/09/2012). Le scandale a été minutieusement décrit, et dénoncé, par Muriel de Rengervé, dans L’Affaire Richard Millet. Critique de la bien-pensance (Jacob Duvernet, 2013).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

septembre 2014
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 105 982 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :