PAGE PAYSAGE

Accueil » Animaux

Archives de Catégorie: Animaux

UN ARTICLE SUR « ANIMAUX » DANS LES CAHIERS BENJAMIN PÉRET!

Merci à Jérôme Duwa pour sa note de lecture autour d’Animaux, dans les Cahiers Benjamin Peret numéro 10. Très intéressant, le périodique contient notamment un article sur la traduction de Péret en persan! Pour commander la revue:

https://www.benjamin-peret.org/qui-sommes-nous/publications/cahiers-benjamin-peret.html

« De la zoologie à la tératologie, il n’y a qu’un pas. Animaux propose l’ébauche d’un dictionnaire répertoriant quelques créatures ayant échappé à la sagacité des spécialistes. On croyait à tort connaître les « Baignoires », les « Truffes », ou les « Disques », alors qu’on ignorait tout de leur vie animale. De même pour les fameux « Bourgognes », ces escargots de taille prodigieuse qu’il est parfois nécessaire d’abattre d’une balle entre les deux cornes. De triste mémoire (quel souvenir nous ont-ils laissé au juste?), on évitera de mentionner ici les « Brains », ou, pire peut-être, les « Kraps » à l’inoubliable puanteur. Bienvenue parmi les cauchemars d’Etienne Ruhaud« 

ON PARLE DE NOUS EN BRETAGNE (mon propre travail)

Le webzine briochin Litzic nous consacre un beau service de presse. Pour le soutenir, vous pouvez faire un don via Tipee, ou acheter un des livres publiés en coopération avec les éditions « Sans crispation ». Un chaleureux merci à Patrice Béguinel, et longue vie à Litzic! (vous trouverez un lien sous l’article).

La baie de Saint-Brieuc, dans les Côtes d’Armor.

[ POÉSIE ] ÉTIENNE RUHAUD, Animaux (extraordinaires).

Animaux, recueil de poésies d’Étienne Ruhaud (aux éditions Unicité).

A vrai dire, nous ignorons s’il est possible d’être plus juste et plus parlant que Jean Renaud qui rédige la préface d’Animaux, d’Étienne Ruhaud. En une page et demie, il explique toute la singularité de la plume et du propos qui est celui de l’auteur, avec une acuité et une pertinence irréprochable. Cette préface nous permet d’appréhender Animaux de façon décomplexée, d’y entrevoir la poésie sous un autre angle, plus… bestial ?

Car en fait, la poésie, qu’est-ce que c’est ? S’agit-il simplement de phrases bien léchées qui procurent une sensation, même si nous n’y pigeons pas forcément grand-chose de prime abord (et même au second abord parfois) ? Non. La poésie, c’est l’art de créer des sensations, de faire naître des images, de nourrir un imaginaire. La phrase, bien tournée, bien léchée, n’est qu’un fragment de ce qu’un poète propose.

Animaux inconnus.

Si le regard du poète n’existait pas, comment pourrait-il rendre beau le laid ? Il réussit à montrer les signes de beauté là où d’autres sont incapables de les percevoir. Et de les mettre en forme pour dégager une émotion véritable. C’est ce que fait de façon originale Étienne Ruhaud en nous présentant trente bestioles nées de son imaginaire, des insectes, des hominidés, des champignons, des mammifères, tous étranges et pourtant incroyablement familiers.

En de courts textes, il nous dresse, tel un naturaliste de l’invisible, le portrait de ces bêtes pas forcément très sympathiques. Au rayon de celles-ci, des vampires, des chats sauvages à la peau translucide, des animaux minuscules ou géants, à fourrure vénéneuse ou aux sucs acides. Le bestiaire est impressionnant, emprunte à quelques croyances (Dragons, Centaures, Vampires), à des créatures existantes (les Crabes, les Cèpes, les Limaces…). Mais tous ces êtres bizarroïdes sont revus, corrigés ou imaginés par la plume du poète.

Il n’y a rien là qui soit faux, même si tout, potentiellement (rationnellement), l’est. L’auteur se réapproprie, par les noms des bestioles, une identité, pour la malaxer, la transformer à sa guise. L’effet est immédiat. Nous nous trouvons « vraiment » à côté de ces animaux, souvent repoussants, toujours effrayants, parfois sympathiques (bien que cela soit minoritaire) mais aussi terriblement vivants.

Le pouvoir des mots.

Ici, chaque mot à son importance. Il nous place dans un contexte, dans un lieu (forêt, montagne, mer), même vague, dans un milieu (liquide, végétal, minéral) qui favorise l’immersion dans un univers insoupçonné. La poésie se dégage par la beauté des animaux (quand bien même ils sont répugnants) car ils prennent forme et vie devant nous, alors qu’ils sont le pur fruit de l’imagination d’Étienne Ruhaud.

Mais justement, c’est là la force du poète : magnifier ce qui est, et même ce qui n’est pas. Si, le plus souvent, le travail du poète s’effectue sur l’expression d’un sentiment, en prenant le contrepoint de l’animal, Étienne Ruhaud permet une assimilation forte d’espèces nouvelles, déformées, menaçantes ou nourricières. Tout, ici, nous paraît palpable, tangible, plus que probable, ou complètement fou.

Si les mots ont toute leur importance, la façon de les enchaîner l’est toute autant. Étrangement sans affect, elle est purement descriptive. Il s’agit d’une énumération d’où toute chaleur est absente. Naturaliste disions-nous plus haut, ce qui s’avère très juste dans le cas présent. Ce côté détaché impose presque un environnement fantastique (mais, finalement, notre monde, qui regorge encore d’espèces inconnues, ne l’est-il pas lui aussi?).

Concret.

Le caractère concret de chacune des trente apparitions ne fait aucun doute. D’ailleurs, celles-ci sont mêmes illustrées par les soins de Jacques Cauda, ce qui ne les rend pas forcément plus sympathiques, mais leur donne un visage (là aussi poétique puisque de la 2D du dessin nous les extrapolons en trois dimensions). Ils confortent ainsi les idées de l’auteur, leur donne, si besoin était, un deuxième corps, visible cette fois-ci.

Ce recueil nous place ainsi dans un ailleurs fantasmé mais pas si éloigné de ça que nous. Parce que toutes ces bêtes existent. Forcément qu’elles existent puisque Étienne Ruhaud en parle. C’est là tout le pouvoir de l’écriture, de la poésie : rendre vivant ce qui ne l’est pas, qui ne l’est plus, qui ne sera peut-être jamais. Et c’est ici tellement saisissant qu’avant d’aller nous coucher, nous vérifions que des muskels ne se soient pas introduits dans notre chambre par inadvertance. On ne sait jamais.etienne ruhaud animaux

illustration couverture par Jacques Cauda

Nous retrouver sur FB, instagram, twitter

ANGST 31

ANGST 20

BESTIAIRE FORTUIT (1)

  Il arrive, pour reprendre l’expression consacrée, que la réalité dépasse la fiction. Ayant composé des histoires d’animaux pour le moins décalées, ayant également résolu d’inventer de nouvelles espèces, j’ai toujours été particulièrement sensibles aux faits divers impliquant nos amis les bêtes. Feuilletant, comme n’importe quel Parisien pressé, le 20 minutes quotidien (sans pour autant aller jusqu’à lire l’horoscope, à faire les mots fléchés ou le Sudoku), j’ai repéré ce vendredi, soit avant-hier, plusieurs évènements insolites qui pourraient faire l’objet de nouvelles (et j’invite d’ailleurs mes quelques lecteurs réguliers à s’en saisir).

  north-korea

   Si surprenant que cela paraisse, la démocratie populaire de Corée du Nord, fond de marmite stalinoïde à mi-chemin entre Ubu-roi et 1984, possède un zoo. Plus surprenant encore, une femelle chimpanzé âgée de 19 ans et répondant au doux nom d’Azaléa, y serait devenue accroc au tabac, jusqu’à consommer un paquet par jour. Capable d’allumer elle-même ses propres cigarettes, Azaléa se contenterait de crapauter, et n’avalerait donc pas la fumée, selon le directeur de l’établissement. Nous voilà donc rassurés! Signalons également, dans ce même zoo, la présence d’un singe basketteur…

  monkey

   Kumbuka, le gorille du zoo de Londres, s’est quant à lui enfui de son enclos le 13 octobre. Retrouvé au bout d’une heure et demie à grand renforts de policiers et de militaires, Kumbuka, qui pèse quand même 184 kilos, avait englouti pas moins de 5 litres de jus de cassis non dilué au cours de son escapade…

 jade

   Plus émouvant, peut être, plus poétique, un mineur a découvert une pierre de jade de 174 tonnes, au Nord de la Birmanie. En raison de sa taille, le minéral n’a pu être extrait de son bloc rocheux. On estime son prix à plusieurs millions d’euros.

%d blogueurs aiment cette page :