PAGE PAYSAGE

Accueil » Bunuel Luis

Category Archives: Bunuel Luis

SALVADOR DALI PROFANÉ

  salvador-dali-a-paris-en-1972-photo-archives-afp-1498483310

   Une jeune Catalane affirme être la fille cachée de Salvador Dali. Ce dernier aurait eu une relation avec sa mère, alors femme de ménage à Port Lligat, dans une des résidences. La fortune de l’artiste, surnommé Avida Dollars par André Breton, est évidemment considérable, et donc la justice espagnole doit pouvoir prouver la paternité, en déterrant le corps, inhumé dans la province de Girona, non loin de Cadaquès. Travaillant actuellement à un livre autour des tombes de surréalistes, à une sorte de guide des cimetières surréalistes, je ne peux qu’être interpellé par pareille démarche, pour ne pas dire choqué. Dans son autobiographie, Le dernier soupir du Maure, Luis Bunuel, qui a connu Dali dès son adolescence, affirme que celui-ci n’aurait eu de rapports sexuels qu’avec sa femme Gala. D’aucuns évoquent une liaison avec Amanda Lear. Sans rentrer dans des histoires de caniveau, on ne peut qu’être frappé par le sordide de l’Histoire. Dali aimait qu’on parle de lui. On en parle encore, mais on s’éloigne du surréalisme pour rentrer dans des histoires quelques peu glauques. A moins qu’il ne s’agisse purement d’une quête d’identité.

Article complet sur le site « Les dernières nouvelles d’Alsace »

dali_sueno

« SEMAINE SAINTE »

A20224

  Dans Le dernier soupir du Maure, son autobiographie, Luis Buñuel évoque longuement son enfance à Saragosse, ainsi que sa rencontre avec Salvador Dali. À plusieurs reprises, le cinéastes parle également des processions de la semaine sainte, et de l’influence que cela devait avoir sur sa propre production. Chaque film, qu’il soit réalisé en France, au Mexique, ou dans son pays natal, contient effectivement un ou plusieurs roulements de tambour. Sombre, doloriste, peuplé de Christs tordus sur la croix et de squelettes enchâssés, le catholicisme espagnol ne pouvait, selon son propre aveu, que marquer l’esprit du jeune créateur. À titre privé, et bien que je ne l’aie jamais vue « en vrai », la marche solennelle des pénitents vêtus de San Benito m’a toujours frappé, comme une parfaite célébration de la mort, à l’instar de la corrida.

 

   … Notons que le rythme, au début de la vidéo, est le même que celui du générique, au début de Johnny s’en va-t-en guerre, film antimilitariste de l’Américain Dalton Trumbo (1905-1976), adapté de son propre roman (Johnny got his gun):

 

   Enfin, précisons, s’il le fallait, que ce blog est totalement laïc. Il ne s’agit ici que d’évoquer la culture d’un pays, et son influence.

%d blogueurs aiment cette page :