PAGE PAYSAGE

Accueil » Noguez Dominique

Category Archives: Noguez Dominique

« PENSÉES BLEUES », Dominique Noguez, illustrations de Pierre Le-Tan, éditions Équateurs, 2015 (note de lecture parue dans « Diérèse » n° 67, printemps 2016)

   noguez   

   L’espace d’une seconde, l’un d’eux nous fait voir le monde mieux qu’en plein jour (p. 95) : ainsi Dominique Noguez caractérise-t-il fort justement l’aphorisme dans la postface de ce nouveau recueil. Romancier adapté à l’écran, ex-professeur de philosophie, essayiste spécialiste de cinéma expérimental et « découvreur » de Michel Houellebecq, l’auteur retrouve ici l’inspiration d’Œufs de Pâques au poivre vert[1], le même sens de la dérision, teinté d’un élégant pessimisme. Généralement drôle, lauréat du grand prix de l’humour noir en 1999[2], et pataphysicien, D. Noguez mériterait amplement de figurer dans la fameuse anthologie surréaliste, aux côtés du scientifique-moraliste Lichtenberg[3] et d’Alfred Jarry : Tout comme on donne de jolis prénoms féminins aux cyclones, on devrait donner des noms de monstres aux heureux évènements (p. 30) ; Belle peau bronzée n’en finira pas moins rongée par les vers (p. 66) : écrites dans une langue classique et limpide, aigue, ces petites phrases confinent parfois à une forme d’incongruité volontaire, à l’absurde littéraire d’un disciple du Docteur Faustroll. D. Noguez n’y épargne pas ses contemporains, pas plus qu’il n’épargne une époque où la culture livresque semble reculer. Poète : oiseau dans un monde où il n’y aura bientôt plus de branches, lisons-nous page 38. Par-delà les considérations existentielles, Noguez demeure, au sens noble du terme, un homme de Lettres, et les jugements sur d’autres créateurs ne manquent pas, parfois durs, intransigeants, notamment lorsqu’il évoque le côté veuve d’André Breton de Julien Gracq (p. 29), ou encore L’axe Mallarmé –Almanach Vermot- Jacques Lacan (p.52). Souvent sévères, mais généralement justifiées, ces brèves observations sont tempérées, adoucies par la malicieuse ironie de l’écrivain. On rit, ou plutôt on sourit. Illustrées par les magnifiques dessins de Pierre Le-Tan, ces Pensées bleues raviront autant les amateurs confirmés du genre court, que les néophytes ou les lecteurs occasionnels.

[1] Zulma, 2008.

[2] Pour son livre Cadeaux de Noël, Zulma, 1998.

[3] Physicien et philosophe allemand, Georg Christoph Lichtenberg (1742-1799), nous a laissé de nombreux aphorismes aujourd’hui célèbres, et dont certains figurent précisément dans L’Anthologie de l’humour noir d’André Breton. Citons notamment cette phrase chère à Serge Gainsbourg, grand lecteur du moraliste : La laideur a ceci de supérieur à la beauté, c’est qu’elle dure.

ruhaud noguez

Une rencontre avec Dominique Noguez, à la Lucarne des écrivains, fin 2013.

RENCONTRE AVEC DOMINIQUE NOGUEZ, PARIS, 20/10/2015.

Souvenir d'une rencontre croisée à la Lucarne des écrivains, avec Dominique Noguez, Pierre Mérot, et votre serviteur.

Souvenir d’une rencontre croisée à la Lucarne des écrivains, avec Dominique Noguez, Pierre Mérot, et votre serviteur.

   Préfacier de mon premier et unique roman Disparaître, « découvreur » et ami de Houellebecq, mais plus encore romancier (Amour noir, Les derniers jours du monde…), essayiste (Lénine Dada), et spécialiste du cinéma expérimental, Dominique Noguez présentera son dernier livre, Pensées bleues, recueil d’aphorismes, à la librairie du cinéma du Panthéon (5 rue Victor Cousin, RER Luxembourg ou métro ligne 10, station Cluny-la Sorbonne), le 20 octobre 2015, à partir de 18H30. Sera également présent son illustrateur, Pierre Le Tan. Pour information, le livre coûte 12 euros. Venez nombreux!

Un lien vers « Pensées bleues », sur le site des éditions des Equateurs

PENSEESBLEUES

L’aphorisme est un tour de magie difficile à réussir. Il est la pièce d’un puzzle mais supporte mal la compagnie. Il cherche l’universalité plus que l’originalité, la concision plus que la simplicité. Il est souvent amer et il est mal-aimé. Dans le sillage de Lichtenberg et Kafka, Dominique Noguez nous peint ses aphorismes en bleu. Des pensées, des maximes, à l’image de son travail d’écrivain. Du style, de l’élégance, une dose de désespoir et beaucoup d’humour. Il y a des pensées classiques et d’autres ancrées dans l’actualité.

« La plupart des hommes sont des Sancho Pança sans Don Quichotte. »

« Avec les portables, les confessionnaux sont en pleine rue, sans grillage et sans prie-Dieu. »

« Quand on va prendre l’avion, soigner ses sous-vêtements : on pourrait retrouver le cadavre après la catastrophe »

« L’Académie : 40 membres. N’est-ce pas un peu se vanter ? »

Si vous êtes partisan du court, de l’abrégé et d’un désespoir savant, lisez Noguez !

(Présentation sur le site des éditions)

%d blogueurs aiment cette page :