PAGE PAYSAGE

Accueil » Céline Louis-Ferdinand

Category Archives: Céline Louis-Ferdinand

ÉVÉNEMENTIEL D’OCTOBRE 2017

Chers amis,

  Sortons (pour une fois) d’Île-de-France, pour annoncer un évènement azuréen, avec l’exposition de notre amie Monique Marta, poétesse, peintre et animatrice/créatrice de la revue associative Vocatif, artiste dont nous avons déjà parlé sur « Page paysage ». J’ai moi-même composé pour l’occasion un bref texte de présentation, qui sera reproduit ici, sur le blog, très prochainement. Si vous êtes dans le Sud, venez donc admirer les toiles de Monique dans les locaux de la BNP, , 49 avenue Borriglione, 06100 NICE.

 

marta

Une toile/carte de Monique Marta

 

  Le 10 octobre, le poète, essayiste et collagiste lillois Patrick Lepetit, viendra dédicacer son pamphlet anti-célinien à la librairie libertaire, au 145 rue Amelot, 75011 PARIS (station Oberkampf), à partir de 19H30. Patrick, qui participe au catalogue collectif consacré à la peinture de Monique Marta (cf. plus haut), est en outre un spécialiste du surréalisme. Étant moi-même un admirateur du Docteur Destouches (du moins de ses œuvres), je ne manquerai pas d’être présent!

Site de l’atelier de création libertaire.

 

céline lepetit

L’ouvrage est vendu pour la modique somme de dix euros.

 

  Le 16 octobre paraîtra le nouveau Diérèse. Riche et varié, ce nouveau numéro, supervisé par Daniel Martinez, comportera, outre les textes de Pierre Dhainaut ou Jacques Ancet,  les interventions de votre serviteur, avec un nouvel épisode du « Tombeau des poètes », dans lequel j’évoquerai cette fois, toujours au Père-Lachaise, les figures de Sadegh Hedayat, Nusch Éluard, Germaine Dulac ou encore Guillaume Apollinaire (dans le désordre). Trois articles critiques de mon cru seront également présentés, et ultérieurement reproduits ici même. Pour commander le numéro, comme toujours, envoyer un chèque de 18,88 euros (comprenant les frais de port) à l’ordre de Daniel Martinez, 8 avenue Hoche, 77330 OZOIR-LA-FERRIÈRE. L’abonnement pour 4 numéros est de 45 euros.

Le blog de Daniel Martinez.

 

Diérèse 71

« La part belle », nouvel opus de « Diérèse ».

 

   Le traditionnel « Cénacle du Cygne » se tiendra sinon le dernier jeudi du mois, soit le 26 octobre, à partir de 20H30 au bar « La Cantada II », 13 rue Moret, 75011 PARIS (station Ménilmontant). Animée par Marc-Louis Questin, aka Lord Mandrake, la soirée présente à la fois des poètes, des acteurs, des chanteurs et des danseurs. Votre serviteur s’y rend traditionnellement, lit parfois, ne lit pas d’autres fois. L’occasion de découvrir une scène ouverte, de nouveaux talents.

 

cantada II

Une scène ouverte, riche.

  Le samedi 21 octobre, à partir de 10h30, notre ami le poète Pascal Mora animera le « Café Poésie » de Meaux, une autre scène ouverte dédiée exclusivement au texte. Rendez-vous donc dans la salle Bulle de la médiathèque Luxembourg, espace C. Beauchart, 2 rue Cornillon, 77100 MEAUX. Chacun peut venir lire ses productions.

 

mora

Pascal Mora, auteur notamment d’Etoile nomade » et de « Paroles des forêts », deux recueils évoqués sur le blog.

 

 

Publicités

AUTOUR DU FILM D’EMMANUEL BOURDIEU (« Louis-Ferdinand Céline », suite et fin)

  CELINE-affiche-DEF-120x1604.png

   Autant le dire, comme je le prévoyais, le film d’Emmanuel Bourdieu m’a fortement déçu. Outre l’absence de ressemblance physique réelle entre Denis Lavant et Louis-Ferdinand Destouches, homme de haute stature, l’acteur, qui joue remarquablement, en fait parfois un peu trop. Disons: un peu trop pour Céline. Réputé méchant, dur, l’écrivain, qui faisait preuve d’une gouaille incroyable dans ses livres, n’était pas homme à crier, à vociférer, à parler franchement tel un Apache, un marlou, comme en témoignent les différentes vidéos filmées peu avant sa mort, dans son pavillon de Meudon (pavillon encore occupé par sa veuve, Lucette Almanzor, âgée de cent trois ans!). En outre, le film reste centré sur l’antisémitisme fanatique de l’écrivain, auteur de quatre gros pamphlets pour le moins haineux, disons-le net. Peu de considérations, donc, sur le style, sur l’oeuvre, qui seule m’intéresse. Célinien américain, lui-même israélite, professeur de littérature outre-Atlantique, les jeune Milton Hindus vient rendre visite au Maître, qui, pourchassé en France du fait de ses activités collaboratrices, s’est réfugié à Copenhague avec sa femme, et continue d’écrire tout en organisant sa défense. Naturellement, la rencontre n’a pas lieu, ou alors sur un mode désastreux: paranoïaque, aigri, Céline multiplie les provocations judéophobes à l’égard du malheureux lettré, qu’il soupçonne de vouloir le tuer pour le compte du Mossad, ou quelque chose d’équivalent. Tel est le pitch. Le résultat n’est pas franchement mauvais. On rit jaune, parfois. Simplement le rendez-vous est raté. On ne retient finalement du génial écrivain que les aspects les plus déplaisants, cette mentalité d’épicier de banlieue rapace et fort peu humaniste.

  C’est dommage car les acteurs sont bons, et que Denis Lavant est éblouissant. A ce détail près qu’il ne ressemble pas réellement au modèle, comme si la banalité même de Céline, son langage faubourien terne comme une rue de Bécon, gardaient quelque chose d’inimitable. L’acteur est flamboyant, Destouches ne l’était probablement pas. Ou alors l’était dans ses livres. Fâcheux, fort fâcheux.

   Je publie ci-dessous la réaction d’un ami de longue date, cinéphile invétéré, qui se reconnaîtra, et qui bien souvent me laisse de fort judicieux commentaires. Merci à lui, évidemment, et place au courrier des lecteurs:

boite-aux-lettres

   Difficile de ne pas être au moins curieux de l’interprétation de Denis Lavant qui avoue lui-même: « Je ne suis vraiment pas un inconditionnel de Céline. Je n’ai pas réussi à lire les pamphlets en entier, je l’ai même mis un peu de côté, parce que je voyais bien que des gens étaient gênés, ce que je comprends très bien. Un de mes amis proches, comédien lui-même, dont je ne dirai pas le nom mais dont je précise qu’il n’est pas juif, a même refusé de voir mon spectacle… Mais c’est vrai que Céline me poursuit.

   Au Conservatoire, déjà, Jacques Lassalle m’avait demandé de travailler “Mort à crédit”. Et puis il y a Leos Carax, qui y revient sans cesse: dans “Boy Meets Girl”, un petit garçon dans le métro dit des passages de “Mort à crédit” avec un fort accent arménien. Dans “Mauvais Sang”, je vole chez un bouquiniste sur les quais un exemplaire de “Bagatelles pour un massacre” et dans “Les Amants du Pont-Neuf ”, il y a un certain Dr Destouches… Comme s’il était dit que je n’en aurai jamais fini avec Céline.»

   Sans doute, le parti pris de situer l’action du film dans ce cadre (en 1948, Céline a fui la justice française. Il vient de passer près d’un an et demi dans une prison danoise. Il se terre dans une maison isolée, avec Lucette, sa femme, et le chat Bébert. C’est là, au Danemark, qu’il accepte de recevoir un jeune admirateur américain, qui souhaite s’entretenir avec lui et lui consacrer un livre: Milton Hindus.), de choisir ce moment précis de la vie de Céline, ces quelques jours seulement et de mettre en scène précisément ceci: « Ainsi dans une scène aussi dure que celle de la danse, lorsque Céline reprend à son compte la caricature du juif dans ce qu’elle peut avoir de plus insupportable, il exprime la banalité du cliché antisémite » a de quoi alimenter le dossier concernant l’antisémitisme de Louis-Ferdinand Céline, mais en posant plus de questions que de réponses peut-être, à travers ce personnage « saisi dans un moment d’absolue perturbation, en pleine crise,en pleine paranoïa ».

   Tes inquiétudes qu’« On oublie en quelque sorte le prosateur fulgurant, le visionnaire misanthrope, schopenhauerien » à la vision de ce film me paraissent plutôt teintées d’une crainte tout à fait subjective et revendiquée « pour la liberté d’expression » – il est vrai menacée aujourd’hui de tous côtés: les nombreux films censurés en France dernièrement pour des raisons de bonnes moeurs ou de politique liée au contexte géopolitique… Ton texte tendrait un peu vers cela, si je ne m’abuse: Richard Millet/ Céline, même combat au nom de la sacro-sainte liberté d’expression? [lci le lecteur évoque mon précédent article, E.R.]

Un amateur aimant aussi la liberté…

(BRÈVE) RÉFLEXION SUR LA QUESTION CÉLINIENNE

  voyage-au-bout-de-la-nuit-973082

   Autant l’avouer, j’ai toujours aimé Céline. La découverte du Voyage au bout de la nuit, en terminale, fut un véritable coup de foudre. J’ai, depuis, relu l’ouvrage avec la même fièvre, et crois encore lui préférer Mort à crédit, qui exprime une véritable quintessence du style, et me paraît encore plus radical, encore plus noir et abouti. Passons sur les romans suivants, qui m’ont franchement ennuyé, et où Céline, à mon sens, fait du Céline. Ayant perdu sa verve, l’homme se répète. Je n’ai pas lu les pamphlets. Cela fait partie de son oeuvre, évidemment, mais je regrette que l’on ne juge de l’auteur qu’à l’aune du dérapage, de prises de position qu’on connaît. Il en va de même pour Richard Millet, qui va probablement être licencié de son poste, chez Gallimard, suite à un article désobligeant sur Maylis de Kérangal, publié dans Le Point. Sale temps pour la liberté d’expression! La politique nuit à la poésie, au verbe, et on ne peut que le regretter.

  Le film d’Emmanuelle Bourdieu consacré au géant sort mercredi prochain et j’ai un mauvais pressentiment. Denis Lavant, dont on connaît la génialité, incarnera le docteur Destouches. Il est plus petit, certes, mais je compte sur son talent pour incarner avec fougue l’homme de lettres. Ce n’est pas tant cela que le propos même, qui me gêne. La réalisatrice a en effet choisi d’évoquer l’amitié ayant lié Céline à un jeune écrivain juif américain. L’affiche elle-même reproduit l’étoile de David. Je ne nie pas l’antisémitisme de Céline: il est visible dans les trois gros pavés dont j’ai parlé plus haut, et qui resteront à jamais attachés à son nom. Ce qui m’inquiète, c’est qu’on ne va parler, je le crains, que de cela. On oublie en quelque sorte le prosateur fulgurant, le visionnaire misanthrope, schopenhauerien, pour ne voir que le polémiste. N’ayant cependant pas encore goûté au produit, je me prononcerai ultérieurement. En attendant, deux petites friandises: d’une part la bande-annonce du film, d’autre part un magnifique entretien avec l’intéressé, en 1958:

 

%d blogueurs aiment cette page :