PAGE PAYSAGE

Accueil » Actualité

Archives de Catégorie: Actualité

Publicités

ÉVÉNEMENTIEL DE JUILLET 2018

Chers lecteurs,

  Bien peu de choses à annoncer, pour cette période estivale, dans la mesure où la plupart de mes contacts, amis, artistes et créateurs, partent en vacances. En juillet et en août, il n’y aura effectivement ni Cénacle du Cygne, ni Café-Poésie à Meaux. Peut-être ajouterai-je un addendum toutefois au cours du mois. Je joins quelques photos prises à la médiathèque Luxembourg, en compagnie de Pascal Mora (organisateur de la manifestation), de Claudine Sigler (qui anime notre rubrique « Itzpapalotl » notamment, de Didier Ayres et de Yasmina Mahdi, auteurs, plasticiens, qui ont fondé la revue L’Hôte.  En vous souhaitant naturellement à tous un très bel été!

thumbnail_Meaux-16juin2018(6)

Pascal Mora au Café-Poésie de Meaux, le 16 juin 2018 (médiathèque Luxembourg).

thumbnail_Meaux-16juin2018(2)

De droite à gauche, Yasmina Mahdi, Didier Ayres, Etienne Ruhaud, Madame Mora, Pascal Mora, Claudine Sigler et une dame argentine très sympathique, habituée de lieux. Café-poésie de Meaux, médiathèque Luxembourg, 16 juin 2018.

thumbnail_28juin-LaCantada-JuleHellwave

Julie Hellwave au Cénacle du Cygne, le 28 juin 2018 (photo de Claudine Sigler)

thumbnail_28juin-LaCantada-Claudine

Claudine Sigler au Cénacle du Cygne, le 28/06/2018 (photo d’Etienne Ruhaud)

thumbnail_28juin-LaCantada-Etienne(10)

Etienne Ruhaud au Cénacle du Cygne, le 28/06/2018.

thumbnail_28juin-LaCantada-Etienne(13)

Etienne Ruhaud au Cénacle du Cygne, le 28/06/2018 (photo de Claudine Sigler)

 

 

Publicités

UN MAIL DE MICHEL HOUELLEBECQ! (mon propre travail, 3)

  En 2013 paraissait donc mon premier et unique roman, Disparaître. Lecteur, et grand admirateur de Michel Houellebecq devant l’Eternel, je décidais d’envoyer un exemplaire au Maître. L’ouvrage étant préfacé par Dominique Noguez, qui fut LE découvreur d’Extension… (publié par Maurice Nadeau dont nous avons parlé le mois dernier), j’espérais plus ou moins une réponse. Je ne pense pas que Michel Houellebecq ait lu le livre. Néanmoins il m’a répondu. Je reproduis donc notre bref échange, en ne divulguant pas l’adresse de l’intéressé.

4173ky5LoFL._SX335_BO1,204,203,200_

Paris, le 25 mai 2013
Cher Michel Houellebecq,
  Je lis vos œuvres depuis la terminale, et souhaite vous faire envoyer mon premier roman, « Disparaître », qui sortira le 15 juin, avec une préface de Dominique Noguez, chez Unicité. Le récit évoque la disparation d’un jeune diplômé au chômage, dans la proche banlieue actuelle, et la recherche du père. C’est très court.
  J’ai également écrit des contes animaliers.
  En espérant que vous allez bien, et que l’inspiration est toujours au rendez-vous,
  Cordialement,
  Etienne Ruhaud
PS: Je joins le bref article que j’ai consacré à vos poèmes, et qui paraîtra incessamment sous peu dans la revue « Diérèse ».
Etienne Ruhaud
houellebecq

Cher Monsieur,

Dominique Noguez a raison, c’est un titre magnifique. Et il sait donner envie de lire. Vous pouvez m’adresser l’ouvrage à l’adresse suivante :
3, avenue de XXX
75XXX PARIS

Cordialement,
Michel Houellebecq. (le 25 mai à 12h54)

BLOGORAMA 33: « HUBLOTS », LE BLOG DE PHILIPPE ANNOCQUE

   Agrégé ès Lettres, auteur de livres expérimentaux, l’écrivain et critique Philippe Annocque nous transmet une description de son site « Hublots ». Laissons-lui donc la parole pour ce 33ème BLOGORAMA!

Philippe-Annocque

   J’ai démarré mon blog « Hublots » en novembre 2008, il y aura bientôt dix ans. Le sous-titre, « parce que la visibilité est mauvaise », évoquait dans mon esprit (évoque toujours) aussi bien la visibilité de mon travail que celle d’autres écrivains que j’aime. C’est aussi pour ça qu’il y a un s à Hublots, l’écriture est une aventure collective.
   Je souhaitais aussi ne pas spécialiser le blog : on y trouve aussi bien des impressions de lectures, des coups de gueule, des réflexions sur l’écriture, des divagations plus ou moins politiques, des photos, des dessins, des poèmes, des fragments divers et aussi des feuilletons dont certains sont devenus ou deviendront des livres : Vie des hauts plateaux, que j’ai initié dès l’ouverture du blog sans du tout penser à en faire un livre et qui a fini par en devenir un en 2014, aux édittions Louise Bottu, et plus récemment Mon jeune grand-père, qui paraîtra chez Lunatique au mois de novembre prochain.

La page Wikipédia de Philippe Annocque

« Hublots », le blog de Philippe Annocque

ÉVÉNEMENTIEL DE FÉVRIER 2018 (ADDENDUM/ERRATUM)

  Dans la version de mon événementiel publiée cette nuit, j’ai omis deux faits: la représentation théâtrale de mon ami Jean Hautepierre, et la représentation musicale de mon autre ami, venu de la Cantada, Yves Gaudin, dit YG, scientifique et comique. Le précédent billet a donc été dûment corrigé. Par ailleurs, plusieurs d’entre vous m’ont demandé ce qu’étaient devenus les acteurs du court-métrage iranien publié sur ce même blog en janvier, Vivre au présent. Signalons simplement que la famille Fallahdoost a été dispersée. Le patriarche, qui récitait le Shanahmeh, poème traditionnel perse, est décédé à la suite de Masoomeh, l’aînée. Ensuite frères et sœurs ont été séparés dans des institutions distinctes, toujours au nord de l’Iran. Ils se revoient néanmoins régulièrement, comme en témoigne la photo ci-dessous.

23435293_1537430286332918_1343344961_n

 

BLOGORAMA 30: « LA PETITE RENARDE RUSÉE », BLOG DE DAN FERDINANDE

  Auteure, épouse du poète chtimi Guy Ferdinande, Dan Ferdinande honore de sa présence ce 30ème blogorama. Site varié, riche, « La Petite Renarde rusée », qui décrit les activités de galeriste, éditeur, plasticien et écrivain de Guy et Dan, devrait ravir les esprits curieux, avides d’ailleurs. On y retrouve à la fois des oeuvres inspirées par la Perse, mais aussi des dessins, des textes, des courts-métrages, le compte-rendu des vernissages. Laissons donc la parole à sa créatrice, et animatrice, en cette froide période de janvier…

renarde

 

Le Rewidiage & autres… – Guy et Dan Ferdinande – 67 rue de l’Eglise, 59840 Lompret – 

   Créé en 2010, je voulais que ce blog soit un pendant de la revue sur papier Comme un Terrier dans l’Igloo que Guy publie depuis 1983. L’idée était que l’on y trouve les dernières nouvelles des Rewidiage Prods dont Guy est le maître d’œuvre : la revue, les chroniques musicales, les CD de chansons ou DVD de lectures, les recueils, les soirées-lectures de textes de création, et les expositions individuelles ou collectives dans la galerie « La Petite Renarde Rusée » (en hommage à l’opéra de Leoš Janáček.) ouverte dans notre maison en 1998. Je voulais aussi présenter les œuvres et les sites d’ami(e)s. À quoi se sont ajoutées, de 2012 à 2016, les lettres mensuelles à un prisonnier palestinien en Israël. Sur le blog figurent aussi le catalogue et l’historique des Rewidiage Prods.

La Petite Renarde rusée, blog de Dan Ferdinande (cliquer sur le lien)

ÉVÉNEMENTIEL DE JANVIER 2018 (addendum)

saint mandé

Chers lecteurs,

  Le week-end prochain, soit le 27-28 janvier, de 11 à 19 heures, se tiendra à la mairie de Saint-Mandé (ligne 1, station Saint-Mandé), le traditionnel salon du livre organisé par mon amie Murielle Poulaillon. Seront présents notamment Empreintes, de Claude Brabant, ainsi que Diérèse de Daniel Martinez, deux revues auxquelles je contribue régulièrement. François Mocaër, éditeur notamment de mon premier et unique roman, Disparaître, sera également là sous la bannière d’Unicité. Montant moi-même actuellement une micro-maison associative, tournée vers la poésie, et répondant au nom nervalien de « Myrtho », j’escompte un jour présenter mes petites plaquettes. On verra!

  Quoi qu’il en soit, je viendrai à ce salon samedi et dimanche, et espère vous y croiser, avec un peu de chance. Mon adresse mail: er10@hotmail.fr (il parait qu’il est dangereux de laisser son portable sur Internet. Baste!)

Site de la Mairie

 

BONNE ANNÉE 2018! (Vie du blog 4)

 

dionysos-1.jpg

Pour une nouvelle année poétique, sous les auspices de Dionysos!

 

 

Chers amis, chers lecteurs,

   Comme chaque 1er janvier, avant de vous présenter nos vœux, nous revenons sur le fonctionnement du blog, sur ses évolutions, et sur nos perspectives, pour les douze mois à suivre.

  • Ce blog fut créé en septembre 2014 pour faire suite à notre précédente adresse, « Opéra fabuleux », sur hautetfort.com. Outre le fait que WordPress.com offre de plus grandes capacités techniques, il s’agissait pour nous de faire « peau neuve », en tirant les enseignements d’une précédente expérience, longue de vingt-et-un mois (de janvier 2013 à septembre 2014, donc). Nous avons reçu notre ISSN (numéro d’enregistrement auprès de la Bibliothèque Nationale de France), le 21 mai 2015. Considéré comme un périodique à parution irrégulière, « Page paysage » est donc répertorié, classé. Bien que modeste, la fréquentation a augmenté, progressivement, notamment pour le second semestre 2017, jusqu’à se stabiliser en décembre. Nous avons ainsi reçu plus de 1500 visites par mois. Là encore, il n’y a pas de règles. Un article long et détaillé sur tel poète sera peu lu, quand tel hommage à tel autre, telle allusion à l’actualité, attirera des dizaines, voire des centaines, de curieux. La fréquentation s’est étonnamment internationalisée. Outre les traditionnels lecteurs hexagonaux, nous comptons aujourd’hui des abonnés en Belgique, au Canada. De manière surprenante, notre principal « fidèle » est américain, puisque les visites outre-Atlantique arrivent en tête. Cela vient sans doute de nos lecteurs iraniens, soumis à la censure, et donc obligés d’en passer par le darkweb, donc par d’autres pays.
  • Si on raisonne en termes de chiffres, nous avons publié 340 billets depuis septembre 2014, soit depuis un peu plus de trois ans. Nous comptons 77 abonnés par e-mail, et 50 abonnés sur notre page « Facebook » (page qui sera bientôt supprimée, suite à une polémique absurde). Le blog enregistre très exactement 29 701 vues depuis sa fondation, pour un total de 17002 visiteurs. Pour cette simple année 2017, nous avons enregistré 13047 vues, pour 8487 visiteurs, 103 mentions « like », 167 commentaires. Les Américains, ou Iraniens selon les cas, donc (cf. plus haut), arrivent en tête, avec 6300 visites, contre 5758 pour la France, 155 pour la Belgique, 110 pour le Canada, 107 pour la Suisse, 77 pour le Royaume-Uni et 69 pour l’Italie. Nous avons également des lecteurs en Roumanie, pays francophile par excellence. Notre marge de progression est donc bonne, en sachant que le blog reste « pointu ». Le record de vues absolu a été enregistré le 13 décembre 2017, date à laquelle nous avons diffusé un court-métrage où l’on peut voir le père de Johnny Hallyday, Léon Smet.
  • La progression des vues est liée avant tout, d’après nos suppositions, au phénomène Facebook. La diffusion gratuite, à de nombreux contacts du réseau, permet à l’évidence de propager la propos poétique qui est le nôtre. Nous ne souhaitons pas revenir en détail sur les raisons de notre départ, car cela introduirait un propos politique, quand « Page paysage », par-delà la morale et les écoles de pensée, se veut ouvert. Nous pensons utiliser de manière plus assidue Twitter, et peut-être recréer une page Facebook ultérieurement. Nous sommes également heureux de converser avec nos abonnés et visiteurs occasionnels, notamment par le biais de nombreux commentaires, laissés en bas des billets. Ce blog doit se vivre de manière collective.
  • « Page paysage » est essentiellement programmé vers le 28 de chaque mois, au moment de planifier les articles pour les quatre semaines à venir. Notre format a évolué, après des mois et des mois de tâtonnement. Désormais le blog est en quelque sorte régi de manière régulière, comme un mensuel. Dix billets de taille inégale paraissent chaque mois, sous forme de rubriques. Le 1er, ou le 2, paraît notre événementiel, une manière d’annoncer les manifestations à venir. Légèrement décalée, la série « ANGST » (« peur » en allemand), reproduit des photographies glanées sur le Net, parfois cocasses, parfois glauques. Sous la bannière « Surréalistes », nous montons une sorte de galerie avec des toiles, des œuvres, d’artistes proches ou loin du mouvement initié par Breton. « Vie du blog », rubrique à laquelle appartient le présent billet, permet de faire retour sur le fonctionnement même de « Page paysage », quand « Création personnelle » constitue une suite de textes libres, rédigés par nos soins. Les « réflexions littéraires », à parution aléatoire, sont une suite de brèves annotations autour de l’objet littéraire, quand « critique » donne à lire, une fois par mois, une note de lecture parue dans la revue Diérèse, de notre ami Daniel Martinez. Le « blogorama » (30ème numéro ce mois-ci!) explore les différentes adresses de nos amis écrivains ou artistes, pour proposer un panorama assez diversifié de l’offre poétique Internet. À noter qu’une nouvelle rubrique a vu récemment le jour, « Itzpapalotl » (« couteau d’obsidienne » en langue nahuatl). On y retrouvera des textes autour du Mexique, traduits et présentés par notre amie, la fidèle et infatigable Claudine Sigler. Le « ciné-club » permet de revisiter des court-métrages classiques, ou moins classiques. Dans « Mémoire des poètes », nous évoquons la sépulture de créateurs (essentiellement littérateurs), dans les cimetières franciliens, en retraçant leur parcours. Cela devrait faire l’objet d’un livre, à une date indéterminée. Enfin, ce blog étant essentiellement dédié à la poésie, nous reproduisons un texte contemporain, ou pas, en vers ou en prose, vers le 15. Les rubriques sont publiées toujours, à peu près, dans le même ordre, avec parfois quelques variations. Cela peut sembler routinier, mais l’abonné s’y retrouve, globalement.
  • Des évolutions, des réajustements interviendront probablement en 2018. Nous pensons continuer à composer un billet tous les trois jours environs, car il convient de ne pas noyer le public sous une avalanche de textes, sachant que nous sommes déjà soumis à l’hyper-connectivité, au quotidien. Ayant fait l’acquisition d’un nouveau joujou, sous forme de camescope Sony, à Noël, nous songeons à introduire progressivement un peu de vidéo, qu’il s’agisse d’entretiens ou de petits films poétiques. Nous reste à maîtriser l’engin. Nous parlerons aussi davantage d’art brut, a priori. 
  • Et les livres, nous direz-vous? Cette page n’a pas pour vocation de promouvoir, ou d’évoquer la vie de son auteur, Etienne Ruhaud. En 2018, si tout va bien, paraîtront trois essais dont la gestation fut longue. Notons également que nous avons signé notre premier contrat de scénariste en novembre, avec les Films de la Nuit, dirigés par le cinéaste Stanley Woodward. Ce n’est certes pas une mince fierté. Nous songeons également à publier de la poésie, à nous improviser micro-éditeur, à faible coût, par le biais d’une association créée il y a quelques jours, MYRTHO.
  • N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions, de vos réserves, à nous signaler une éventuelle faute d’orthographe. Un dialogue peut ainsi s’ouvrir.

BONNE ANNÉE, DONC, ET BONNE LECTURE! (à défaut de musique classique, vous trouverez ci-dessous la célèbre interprétation de Dream a little dream of me par Mama Cass Eliot, ancienne chanteuse du groupe « The mamas and the papas ». Obèse, excentrique, mais jouissant d’un puissant organe, Mama est hélas prématurément décédée d’une crise cardiaque après un concert londonien, en 1974. Un peu de tendresse pour commencer 2018 en douceur).

Dream A Little Dream Of Me
Stars shining bright above you
Night breezes seem to whisper « I love you »
Birds singing in the sycamore trees
Dream a little dream of me
Say nighty-night and kiss me
Just hold me tight and tell me you’ll miss me
While I’m alone and blue as can be
Dream a little dream of me
Stars fading but I linger on dear
Still craving your kiss
I’m longing to linger till dawn dear
Just saying this
Sweet dreams till sunbeams find you
Sweet dreams that leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
Dream a little dream of me
Stars fading but I linger on dear
Still craving your kiss
I’m longing to linger till dawn dear
Just saying this
Sweet dreams, till sunbeams find you
Gotta keep dreaming leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
You gotta make me a promise, promise to me
You’ll dream, dream a little of me

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :