PAGE PAYSAGE

Accueil » Dax Adrien

Archives de Catégorie: Dax Adrien

DRAHOMIRA ROTTER DE VANDAS (1914-1953), COMPAGNE DE JINDRICH HEISLER (Mémoire des poètes)

Il y a quelques semaines, nous avons évoqué la figure de de Jindrich Heisler (1914-1953), en omettant d’évoquer sa compagne Drahomira, elle aussi tchèque, elle aussi prématurément disparue. Réparons l’oubli avec cette brève note biographique (et merci à nos contacts praguois!) :

Photo du groupe surréaliste prise à Saint-Cirq-Lapopie. Drahomira Rotter se trouve tout à fait à droite, assise, avec le chien à ses pieds, en compagnie de Jindrich Heisler (debout). En troisième position depuis la gauche, Toyen. On reconnaît également le Toulousain Adrien Dax (quatrième depuis la droite, assis sur le banc). Derrière Dax, dans l’ombre, André Breton.

Drahomira DE VANDAS (née Drahomira Rotter, 1918-1967), poétesse surréaliste et docteur en droit originaire d’Olomouc en Moravie. Ayant rencontré Heisler en août 1949, elle emménage avec lui à Bois-Colombes, où vit également Toyen, puis rue des Fossés-Saint-Jacques. Elle travaille alors pour les éditions Sokolova (qui publiera la monographie d’André Breton consacrée à Toyen), et traduit l’Autrichien Alfred Kubin. Participant aux activités du groupe, elle passe plusieurs étés chez ce même Breton, à Saint-Cirq-Lapopie, et se lie également à Jean-Pierre Duprey. Traumatisée par la mort d’Heisler en 1953, Drahomira se joint à une mission archéologique dirigée par le père de Jacqueline Duprey, femme de Jean-Pierre, spécialiste des cultures latino-américaines.

   Ayant acquis la nationalité vénézuélienne après son mariage avec un certain De Vandas, elle travaille un temps comme attachée dans un musée de Caracas, mais retourne pourtant dans la capitale au début des années 60. Elle habite alors 21 rue des Fossés-Saint-Jacques, non loin de l’ancien appartement d’Heisler, et officie comme vendeuse. Amie du peintre Maurice Rapin (précédemment évoqué dans Diérèse), elle écrit toujours et propose un manuscrit à Maurice Nadeau, qui le refuse. Retrouvée chez elle en août 1967 plusieurs jours après sa mort, elle est transportée à l’institut médico-légal quai de la Rapée, puis enterrée dans la soixantième division du cimetière parisien de Thiais (ligne 1, tombe numéro 21, aujourd’hui relevée). On lui doit le poème « Je m’élance parmi les lumières », composé en 1962, ainsi que divers tracts surréalistes, des pièces de théâtre et un roman, encore inédits. Roger Blin aurait lu son texte « Bouche noire » le 6 février 1965 à la Maison du spectateur, au 15 avenue Hoche, dans le huitième arrondissement

%d blogueurs aiment cette page :