PAGE PAYSAGE

Accueil » Chateaubriand, François-René de

Category Archives: Chateaubriand, François-René de

PROMENADES LITTÉRAIRES EN ÎLE-DE-FRANCE 1 (Châtenay-Malabry 1)

AVT_Francois-Rene-de-Chateaubriand_8852

Chateaubriand, cheveux aux vents

  Dimanche dernier, il faisait beau. Et nous nous sommes rendus, Guide vert en main, à la Vallée-aux-Loups, station Robinson, RER B. Je renvoie le lecteur aux habituelles notices Wikipédia, décrivant assez bien le lieu, ou encore au plan fourni à l’entrée, et paraphé par le président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian. Disons simplement que Chateaubriand (1768-1848), François-René pour les dames, acheta le domaine en 1807, et s’y exila plus ou moins pour fuir Paris, après avoir écrit un article anti-bonapartiste. Il y commença notamment la rédaction des Mémoires d’outre-tombe, et y acheva Les Martyrs, avant de revendre la maison en 1818. Le parc à l’anglaise alentour est orné de nombreux arbres rares, souvenirs des voyages de l’auteur. À l’intérieur, on peut notamment admirer plusieurs portraits célèbres de l’homme, ainsi que la bergère dans laquelle Madame Récamier, son amante, posa pour le peintre David (le tableau original est exposé au Louvre).

chateaubriand 1

Domaine de Chateaubriand, vue générale (photo de Saghi Sam)

 

récamier

La bergère sur laquelle Juliette Récamier posa pour Jacques-Louis David. Le tableau original se trouve au Louvre, dans les salles rouges (photo trouvée via Google images)

MAISON DE CHATEAUBRIAND

Tour Velléda, du nom de la prêtresse gauloise Velléda, personnage du roman Les Martyrs (1809). Photo glanée sur Internet.

Les allées sont également bordées de nombreuses citations, déployées sous formes de bannières tendues par des mâts:

   Je marchais sur la plage désertée de la mer. Les grèves abandonnées du flux m’offraient l’image de ces espaces désolés que les illusions laissent autour de nous lorsqu’elles se retirent. 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :