PAGE PAYSAGE

Accueil » Hautepierre Jean

Category Archives: Hautepierre Jean

ÉVÈNEMENTIEL DU MOIS DE JANVIER

Chers lecteurs,

 Signalons d’abord ma propre présence, pour la troisième fois, dans le journal d’arrondissement L’ami du 20ème. Je signe cette fois un article très bref autour de la rue Lucien-Leuwen, derrière l’ancien village de Charonne. Vous pouvez, si vous le souhaitez, me demander l’article en question par mail (er10@hotmail.fr). Je le mettrai de toute manière en ligne le mois prochain, début février donc, comme je mets en ligne ce mois-ci mon travail autour de l’association « Les Morts de la rue ». Ce mois-ci, le journal évoque également les fresques de l’église Notre-Dame de la Croix, à Ménilmontant (entre autres).

laune

  Signalons aussi la prochaine rencontre entre mon ami Pascal Mora (dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur le blog, et qui a écrit deux très beaux recueils), et la femme de Lettres argentine Lili Muñoz, à la bibliothèque Julio Cortazar de la maison de l’Argentine (27 boulevard Jourdan, Cité Universitaire, 75014 PARIS, station « Cité universitaire » par le RER B ou « Poterne des peupliers » par le tramway, ligne T3). L’entrée est libre, et la rencontre aura lieu le jeudi 19 janvier à 19 heures. Amis hispanophones, bienvenue

thumbnail_ccf25122016_00000

  Enfin, comme chaque mois, sous l’égide de Marc-Louis Questin, alias Lord Mandrake, se tiendra le traditionnel « Cénacle du Cygne », au sous-sol du bar « La Cantada II », 13 rue Moret, 75011 PARIS, métro Ménilmontant. Je ne sais pas encore si j’interviendrai, car mon inspiration poétique s’assèche (je continue à écrire, mais plus de poésie, hélas, ou alors des vers sur Paris qui me paraissent insipides. J’en reparlerai). En revanche, les habitués ou les novices pourront goûter des spectacles de danse, des courts-métrages, une lecture de mon ami Jean Hautepierre et autres joyeusetés.

cantada-ii

LE MEURTRE DE LA TOUR DE CRISTAL, Jean Hautepierre, éditions Unicité, 2016 (article paru dans « Diérèse » 68)

  hautepierre

   Traducteur d’A. Smith, essayiste et biographe de Poe, dramaturge et animateur d’un festival de théâtre en vers, Jean Hautepierre nous offre ici un bien singulier roman, à la croisée du polar et de la science-fiction. Dans la continuité de sa pièce Le Siège, l’auteur décrit Trézène, unique vestige d’une sorte d’Empire byzantin finissant mythique, à mi-chemin entre la cité futuriste et quelque ville de l’époque mérovingienne. Dans une oppressante ambiance de fin du monde, un meurtre est commis. Étrange inspecteur aux allures monastiques, assez semblable au père Guillaume de Baskerville du Nom de la Rose, Théobald de Thunn obtient l’autorisation d’enquêter, non sans difficulté. Le dénouement de l’intrigue sera pour le moins surprenant.

  Par-delà une intrigue assez réduite, somme toute, Jean Hautepierre semble avoir voulu avant tout évoquer un bien singulier décor : l’énigmatique Trézène représente un lieu symbolique, échappé d’un songe cruel, d’une sorte de passé imaginaire, plutôt sombre, à l’image d’autres contrées littéraires, tel l’Ecbatane décrite par Pierre Guyotat. Adorant des divinités inconnues, des dieux lointains et singuliers, pareils aux créatures démoniaques imaginées par Lovecraft, les habitants vivent dans un monde apocalyptique, dominé par d’étranges prédictions. De troublantes mélopées, se font parfois entendre, à l’instar de « Complainte » liminaire : Oyez, oyez la triste histoire/Du moine Théobald de Thunn !/Vous garderez à la mémoire/Le récit de son infortune ! Parsemé, çà et là, de vers réguliers, Le meurtre de la tour de cristal s’apparente donc essentiellement à un récit poétique. Précieux, parfois délibérément hermétique, symboliste, le style est à la fois riche et original, très descriptif, caractérisé par un vocabulaire délibérément rare, faisant la part belle aux néologismes : Car voici le cortège impérial, précédé par la cohorte des veilleurs qui sur les remparts nuit et jour se relèvent sans fin, se saluant de leurs hymnes lugubres, et les très hauts dignitaires : l’éparque, le mystikos, les grands drongaires de la veille et de la flotte (…). Aux antipodes du récit réaliste, à mi-chemin entre tradition et science-fiction, Jean Hautepierre, qui ressuscite les souvenirs païens, trace ici une route originale, tout en explorant de nouveaux sentiers.

%d blogueurs aiment cette page :