PAGE PAYSAGE

Accueil » 2020 » octobre

Archives Mensuelles: octobre 2020

OURCQ (mon propre travail, réflexion personnelle)

Il faut laisser du temps au temps. Il avait raison, le vieux croûton, le Florentin. Merci au cinq personnes qui sont venues jusqu’à Crimée hier, au Nord du XIXème, acheter l’ouvrage. Le climat ne se prête guère à l’exercice. Avant-hier, nous nous sommes rendus, S. et moi, à la Comédie italienne, toujours gérée par Attilio Maggiuli, qui a repris des couleurs, et, nous étions trois dans la salle pour voir « Le mouchoir de Marilyne ».

crimée

Pour tout dire, hier à la Lucarne, j’étais assez déçu par le déroulement des choses, l’absence de présentation réelle, etc. Alors que normalement tout se passe admirablement. Mon profil Facebook étant essentiellement conçu pour retrouver d’anciens amis (et, par le passé, pour faire des rencontres), la promotion du recueil étant légèrement interrompue du fait des circonstances, je songe à décrocher momentanément (ne serait-ce que pour éviter une actualité désolante, mais prévisible, et pour dégager du temps de lecture, de méditation). Je partagerai les quelques images prises, évidemment. Précisons que j’ai quitté les lieux un peu rapidement, et donc n’ai pu voir tout le monde. On prendra un verre quand les choses se seront calmées (en 2021?). Croyez-bien que si je peux faire quelque chose pour vous, dans la limite du raisonnable, je le ferai. Bon week-end à toutes et à tous.

AMAZON ET LA LUCARNE (mon propre travail, suite)

Chers lecteurs, chers amis,

Plusieurs d’entre vous ont commandé Animaux sur Amazon. Le livre est indiqué « en rupture de stock ». Je vous déconseille d’acheter chez eux car 1) la librairie indépendante a besoin de soutien, et de plus Amazon use de méthodes managériales discutables (je me fais également livrer, comme tout le monde, et n’exclue pas un jour d’éditer chez eux, mais tant que je peux éviter…) 2) les délais risquent d’être très longs, car Soleils, le distributeur d’Unicité, est en conflit larvé avec le géant du e-commerce. Je sais pertinemment que beaucoup vivent en province, ou en Grande Couronne, parfois loin de tout. Dans ce cas, mieux vaut s’adresser à la Fnac. Là encore, cela peut prendre du temps. Par contre vous avez la garantie de voir le colis arriver. Sinon, commandez directement chez Unicité. C’est encore plus simple (je mets le lien ci-dessous).

La lecture de cet après-midi, à la Lucarne des écrivains (115 rue de l’Ourcq, 75019 PARIS, métro Crimée), est maintenue. Nous ne serons sans doute pas nombreux. Qu’importe, si la furor l’emporte! To the happy few.

Pour acheter sur le site d’Unicité (cf. plus haut)

MÉMOIRE DES POÈTES: JEAN GAUDRY (1933-1991), case 40042, division 87, columbarium du Père-Lachaise. Article paru dans « Diérèse » 79, été-automne 2020.


Le « crottin de la vie »[1]

   Né le 1er novembre 1933 au Cerdon, paisible commune du Loiret, enfant naturel, Jean Gaudry perd vite sa mère, disparue à trente-deux ans. Élevé par des grands-parents aimants, le jeune homme interrompt rapidement des études classiques pour se rendre à Paris. Il officie en tant que garçon-livreur pour les épiceries Félix Potin, tout en faisant une rencontre déterminante avec René Fallet, auteur de La Soupe aux choux, et passe beaucoup de temps dans les bars, rue des Saints-Pères notamment. Intitulée D’Araignées, sa première toile aurait été réalisée sur un morceau de linoléum, dérobé au 16 avenue de la Bourdonnais, dans l’appartement d’Edwige Feuillère (1907-1998), célèbre et belle actrice. Déçu par sa liaison malheureuse avec une danseuse des ballets Mayol, il retourne à Orléans et travaille d’abord à la base américaine, puis en tant que photographe ambulant, tout en devenant correspondant du journal Détective et en servant de nègre occasionnel à San Antonio.

   Après un passage par le sanatorium de Bouffémont, dans le Val d’Oise, de janvier à octobre 1955, il revient dans le Loiret, revendant des livres rares à son ami, l’écrivain-libraire Tristan Maya (1926-2000), préfacier de Gerces, son premier recueil, édité en 1957 par Pierre Jean Oswald[2] et dédié à son grand-père, mort l’année d’avant. Confidentiel, écrit tantôt en vers réguliers, tantôt en vers libres, le petit livre reçoit les louanges du journaliste Roger Secrétain, qui évoque déjà un poète maudit, ou encore une âme gercée qui refuse de cicatriser[3]. C’est également Tristan Maya qui attribue le prix de l’Humour noir 1960 à Jean Gaudry, sous les auspices de Xavier Forneret[4]. Le jury se compose notamment de Siné, d’Anatole Jakovsky (1907-1983, inhumé dans la 49ème division), qui deviendront des amis proches. Habitant rue des Bouteilles, et se qualifiant lui-même d’ivrogne impénitent[5], amateur de longues soirées et d’errances nocturnes, Gaudry pratique la peinture, le dessin et le collage, sans atteindre le succès escompté (sa première exposition, à Lyon, en 1958, ayant été éreintée par la critique). Je broye toujours du noir, fume toujours du gris et bois du blanc, et malgré cela, je peins et je suis « rose », déclare-t-il ainsi[6].

Titre inconnu. Toile de Jean Gaudry.

   Accompagné par son amante, muse et modèle Lydie Chapovaloff, il retourne à Paris en 1981, et se lie entre autres avec André Blavier, spécialiste des fous littéraires, ou encore avec le comédien franco-algérien Farid Chopel (1952-2008). Gaudry, qui réside successivement rue de la Harpe, dans le cinquième arrondissement, puis au 2 boulevard Soult, non loin du zoo de Vincennes, et enfin au 246 rue de Charenton, chine des œuvres d’art chez Drouot, puis les commercialise. Ancien tuberculeux (cf. plus haut), fumeur invétéré, Jean Gaudry, qui s’est rendu au Procope l’avant-veille pour la remise du grand Prix de l’humour noir, qui avait résolu de mourir en 1970 (pour le centenaire de la Commune ?), décède finalement dans la nuit du 7 novembre 1991 d’un cancer du poumon, à l’âge de cinquante-huit ans[7].Une cérémonie est organisée le 12 novembre. Gaudry, qui s’est beaucoup intéressé au Père-Lachaise, y repose désormais, dans une case noire, ornée de son profil moustachu, calqué sur l’Autoportrait sur nappe de bistrot (1985), avec la mention « Peintre et poète ». Le journaliste Guy Derenne lui rend un vibrant hommage: Aujourd’hui, il est parti. Nul biographe ne s’intéressera sans doute jamais au destin singulier de ce petit bonhomme hors normes, ce peintre sans pinceaux, ce géant si menu. C’est sans importance. Le monde ne l’ignorera jamais autant qu’il a lui-même voulu l’ignorer[8].

  Qualifié d’écorché vif par Tristan Maya[9], Jean Gaudry est d’abord connu comme peintre. On lui doit ainsi diverses toiles abstraites, géométriques tels Le Couple, mais aussi des toiles plus figuratives, représentant notamment sa compagne Lydie Chapovaloff. Relativement diverse, amputée du fait d’un cambriolage, son œuvre comporte également de nombreux collages et dessins, teintés d’un esprit mordant volontiers irrévérencieux, antimilitariste et athée. Citons ainsi son incroyable portrait du soldat inconnu daté de 1964, simple cadre de tableau comportant des points d’interrogation, ou encore ce collage intitulé À tous ceux qui prennent les messies pour des lanternes, daté de 1961, et représentant cette fois une ampoule électrique, dont le filament intérieur est en forme de crucifix.

  Un fantaisiste qui détestait Breton

Gaudry a collaboré à la revue Le surréalisme même. Peut-on pour autant voir en lui un surréaliste, ou un dadaïste ? Amoureux de Queneau, au point d’assister à l’inauguration de la station de métro portant son nom, il déteste André le chiaceux[10], et se réjouit de sa disparition, jusqu’à déclarer : BRETON est enfin mort ! un CADAVRE ![11]. L’artiste, qui tamponne ses lettres avec le cachet (trouvé dans une brocante ?) du Médecin-chef du camp des Insoumis de Maisons-Laffitte, n’aurait sans doute pas supporté l’atmosphère rigide imposée par Breton et par ses successeurs. S’il n’a donc jamais fréquenté le groupe, Gaudry, par son inspiration picturale ou littéraire tantôt absurde, tantôt onirique, mérite cependant de figurer ici. Pataphysicien, ami de Théodore Koenig (inhumé dans la case 21738), de Roland Topor, ou encore de Noël Arnaud, admiré par René Magritte, touché par la mort d’Éric Losfeld (1922-1979), Gaudry est un rêveur doublé d’un fantaisiste doué, cultivé, grand lecteur de Jarry.

   Outre ses toiles, il laisse derrière lui deux recueils poétiques, ainsi que des lettres, regroupées après sa mort par Tristan Maya. Pleins de verves, riches de nombreux calembours, souvent audacieux, ses vers auraient fort bien pu se trouver dans l’Anthologie de l’humour noir de Breton, qu’il classe parmi les rigolos, soit les metteurs en bouteille de l’H.N.[comprendre « humour noir »][12]. Figurant dans une autre anthologie homonyme, illustrée par Topor et organisée non par l’auteur de Nadja mais par le Manifeste jeune littérature de Louis Klotz, Gaudry, par-delà le rire grinçant, cache un lyrisme réel, souvent douloureux. Amusante, distordue, sa plume sait aussi se faire poignante, émouvante. (…) l’humeur et l’humour ne sont qu’un aspect du lyrisme qui, sans eux, aurait trop de pudeur à s’exprimer, constate fort justement Roger Secrétain[13]. Ainsi, derrière la dérision, se dissimule un être souvent angoissé, capable de déclarations amoureuses, notamment lorsqu’il célèbre le corps de sa compagne Lydie:

tes seins savent le savon

qui les lie

tes reins suivent le savant

qui les lave

et ton corps

libre encore

éclate en ma vie

comme un fruit

qui revit.[14]

   Décédé il y a bientôt trente ans, Jean Gaudry n’a rien perdu de sa force subversive. Son œuvre demeure d’actualité, comme en témoigne l’existence du groupe Facebook « Les amis de Jean Gaudry », animé par son fils Pascal et par son ami peintre Jean-François Veillard. Signalons également l’adaptation réalisée par le professeur Inlassable, jazzman qui a mis en musique les mots du poète, en utilisant les cassettes audio données par Lydie Chapovaloff. Citons, enfin, cette épitaphe drolatique, léguée par l’intéressé :

ci-gît J. GAUDRY

Mis à vie le jour des morts

Mis à mort toute sa vie

Sans amis mais sans remorts

S’est remis de sa mort

BRILLIEZ POUR LUIRE[15]


[1] Expression tirée du récit « Les pieds dans le plat », in Pompe de sang, Jean Grassin éditeur, 1993, page 50.

[2]Gerces, Jehan Gaudry, collection « Poètes présents », éditions P.J. Oswald, Paris, 1957.

[3]La République du Centre, 2 octobre 1957, page 6.                          

[4] L’un des auteurs présents dans la fameuse Anthologie de l’humour noir d’André Breton.

[5] Lettre du 6 juillet 1974 à Tristan Maya, in Lettres à Tristan Maya, éditions Grassin, Paris, 1998, page 47.

[6] Lettre à Tristan Maya, ibidem.

[7]Les Nouvelles d’Orléans, numéro 550 du 14 novembre 1991, page 10.

[8]Les Nouvelles d’Orléans, 14 novembre 1991, page 10.

[9]La pompe à sang, éditions Jean Grassin, Paris, 1993, page 7.

[10] Lettre du 15 octobre 1966, ibid., page 43.

[11]Ibidem.

[12] Note de l’auteur

[13] In La République du Centre, cf. plus haut.

[14]La pompe à sang, Jean Grassin éditeur, 1993, page 36.

[15]Lettres à Tristan Maya, ibid., page 31.

AUBERGE DE LA TÊTE NOIRE, PAUL SANDA, éditions Rafaël de Surtis, 2019 (note parue dans « Diérèse » 79, été-automne 2020)

   Le titre évoque plutôt un polar. Il s’agit pourtant bien d’une autobiographie poétique d’enfance, tel qu’indiqué sur la couverture. Cinq ans après Célébrations des nuées, récit en prose entrecoupé de vers, Paul Sanda décide de revenir sur sa propre existence, en parlant cette fois de son jeune âge. Le résultat est surprenant, et bien éloigné des précédents livres, qu’il s’agisse du fond ou de la forme. Sur la forme, nous sommes loin des images flamboyantes, parfois surréalistes, propres aux précédents opuscules. Le ton est ici beaucoup plus mesuré, non pas terne, mais tout simplement vrai. En vers narratifs libres parfaitement limpides, P. Sanda narre son enfance à Saint-Georges-sur-Loire, dans la campagne angevine, au bord du célèbre fleuve cher à Julien Gracq. Logé, avec sa famille, dans une maison au confort spartiate, le jeune Paul explore le bourg ainsi que les environs, créant ainsi son propre paysage mental. Croisée quatre fois par jour dans l’aller jusqu’à l’école, une étrange tête noire, sculptée au fronton d’une auberge, fait office de Minotaure dans le labyrinthe de la mémoire. Marqué par le mystère chrétien (p. 22) lors de la messe dominicale, Paul nourrit également sa mythologie personnelle de nombreuses lectures, comme Tom Sawyer, ou de films classiques, comme Alexandre Nevski, ou tout simplement de visions, fragments devenus images, réminiscences d’un rêve éveillé. Ainsi se dessine l’itinéraire d’un futur écrivain, amoureux du livre, seul outil de tempérance (p. 17), à jamais marqué par la fiction, les contes populaires, et qui aime à s’inventer une seconde vie, tournée vers le passé, un Moyen Âge fantasmé, nervalien : Grand-mère fut chambrière à Serrant (Château),/elle en rapporta, avant-guerre, une tapisserie,/faite d’une légende brodée à la main. Une/scène de chasse qui hanta mes nuits &/occupa mes jours, inventant mon admiration (p. 23). Magnifiée à chaque page, la Nature occupe également une place centrale dans le méandre des souvenirs, pour se transformer en personnage à part entière. Mystique, mais aussi panthéiste, P. Sanda sait à merveille chanter les saisons, les senteurs et les couleurs, soit la docilité de la terre/aspirant la pluie, les animaux du sol, les roses/mauves & le si beau carré de cyclamens. (p. 29).

   Récit initiatique orné de photographies rétro, récit de formation, ce nouveau livre, publié par l’intéressé aux très belles éditions Rafaël de Surtis, surprendra probablement certains lecteurs, habitués aux essais théologiques ou ésotériques. Ici, il s’agit essentiellement de se raconter, de raconter son parcours personnel, mais aussi celui de la famille, de ce père étudiant à la Catho, de l’arrière-grand-mère Berthe, du sol ancestral (p. 33). Si l’enfance est parfois morose, bonnet d’âne (p. 28) ou frustration (p. 25), les vingt-trois poèmes de ce magnifique volume en restituent la subtile essence, à l’imparfait, non sans une pointe de douce mélancolie.

19 OCTOBRE 1970: UNE TRAGÉDIE ALLEMANDE (mémoire des poètes)

zurn 

   Le 19 octobre 1970, il y a exactement cinquante ans, au petit matin, Unica Zürn se jetait de la fenêtre, dans l’appartement qu’elle partageait avec Hans Bellmer, au-dessus de l’actuel Monoprix Nation. J’ai déjà évoqué le couple maudit sur Internet, dans la presse locale (cf. les trois liens ci-dessous)

Mon article paru dans « Diérèse »

Mon article dans « L’ami du 20ème »

Sommaire de « Contrelittérature » (avec mon article sur Unica Zürn, ainsi que celui d’Alain Santacreu)

contrelittérature

CAFÉ-POÉSIE DE MEAUX, SUITE (mon propre travail)

Pascal Mora en pleine action.

  Quelques images du café-poésie du Meaux, qui a réuni dix personnes, dont mes amis Jean Hautepierre, venu présenter son recueil Le testament de la licorne (éditions Unicité), et Claudine Sigler. J’ai également eu la chance vendre trois exemplaires, et de rencontrer un lecteur, professeur de Lettres à Paris, Sébastien Souhaité, ainsi que sa belle-mère, la très sympathique Darya. Merci encore au talentueux Pascal Mora. La prochaine rencontre aura lieu le samedi 21 novembre (même lieu, même heure), mais hélas je ne pourrai m’y rendre.

Meaux 1

Claudine Sigler
Jean Hautepierre
Etienne Ruhaud

RENCONTRE À LA LUCARNE DES ÉCRIVAINS (jeudi 22/10/20 à 16 heures) Mon propre travail, suite.

okcouvétienne- Copie-5-page-001(1)

Chers amis, chers abonnés, chers lecteurs,

   Je présenterai Animaux le jeudi 22 octobre à 16 heures à la librairie « La Lucarne des écrivains » (115 rue de l’Ourcq, 75019 PARIS, métro Crimée), sous les auspices d’Armel Louis et de François Mocaër.

  Bonne fin de semaine!

https://lalucarnedesecrivains.com/

lucarne1

ANNULATION (mon propre travail, suite)

Chers lecteurs, chers amis,

Le couperet est tombé hier. Le marché de la poésie est bien annulé. C’était prévisible, avec la reprise des contaminations. J’ai donc modifié mon précédent billet, en espérant qu’on pourra se retrouver en juin 2021, si les choses évoluent dans le bon sens naturellement. C’est, naturellement, une petite déception, mais le livre arrive, ce qui est déjà beaucoup. La lecture à Meaux est maintenue, sachant que l’audience est limitée à dix personnes. Ainsi va la vie…

ADDENDUM: « DIÉRÈSE » AU MARCHÉ DE LA POÉSIE (mon propre travail)


dierese 79

J’ai omis de signaler la présence de DIÉRÈSE et des éditions « Les Deux-Siciles » au marché de la poésie (stand 425-427), la fameuse revue de Daniel Martinez. Outre les textes de Lionel-Édouard Martin ou de Pierre Bergounioux, le nouveau numéro (vendu 15 euros) comporte deux notes de lecture, et un article biographique autour du poète dadaïste Jean Gaudry (1933-1991), inhumé au Père-Lachaise.

LECTURE ET DÉDICACE D' »ANIMAUX » (mon propre travail)

ANIMAUX-RUHAUD (couverture)

Chers ami(e)s,

  Animaux sort donc le 13 octobre chez Unicité (soit deux jours avant la date précédemment annoncée), et sera vendu 12 euros. Vous avez déjà pu lire quelques extraits de ce bestiaire fantastique ici. Vous pourrez, si vous le souhaitez, commander en librairie, sur le site d’Unicité, de la Fnac ou d’Amazon (on ne peut hélas précommander).

http://www.editions-unicite.fr/

  Deux dates, pour l’instant à retenir:

meaux

Le 17 octobre, à partir de 10h30, je lirai le recueil à la médiathèque Luxembourg de Meaux (2 Rue Cornillon), dans le cadre du café-poésie organisé par notre ami Pascal Mora, et en compagnie de Claudine Sigler. Plusieurs exemplaires seront disponibles. L’évènement s’achève à 12h30.

%d blogueurs aiment cette page :