PAGE PAYSAGE

Accueil » Cinéma

Archives de Catégorie: Cinéma

AURORA CORNU (1)

Roumaine, rohmérienne… Bientôt l’éléphant blanc nous amènera rive gauche, en compagnie de Pierre Cormary, pour parler de l’actrice et femme de Lettres Aurora Cornu, en un récit bio-autobiographique. Parution du livre début automne chez Unicité, dans ma chère collection.

FERDINAND

« Ce que je voulais dire, c’est… Bof… Pourquoi? »

BIENTÔT!

Venez nous retrouver au Grand-Action, 5 rue des Ecoles, 75005 PARIS), et acheter le livre de Paul Vecchiali!

PAUL VECCHIALI À PARIS

Chers amis,

Je reproduis ci-dessous le message laissé par Paul Vecchiali, notre auteur, sur sa page Facebook:

MON VOYAGE PARISIEN DU 25 AU 30 AVRIL:

  • 26 avril, inauguration de « ma » salle au Grand-Action, 5 rue des Écoles vers 19 H et projection de deux de mes courts-métrages en boucle dans cette salle (à savoir LES ROSES DE LA VIE et LA CÉRÉMONIE) – Aussitôt après, projection de LES RUSES DU DIABLE (version réalisateur) dans la grande salle, en présence de Geneviève Thénier et de Jean-Claude Drouot
  • 27 avril : sortie de PAS… DE QUARTIER. Présentation vers 20 H dans la grande salle en présence de Mona Heftre, Ugo Broussot, Jérôme Soubeyrand et bibi, suivie de débats.
  • 28 avril au Méliès de Montreuil, vers 19 H 45, signature de quelques romans, d’un recueil de nouvelles et de Chansons et Poèmes. Suivie de la présentation de PAS.. DE QUARTIER en présence de Jérôme Soubeyrand, Ugo Broussot et Bibi
  • 29 avril : projection de VECCHIALI EN DIAGONALES (Emmanuel Vernières) puis de PAS… DE QUARTIER
  • 30 avril : au cinéma LE PANTHÉON : projection de EN HAUT DES MARCHES à 11 H. Vers 14 H à la Librairie du Panthéon : signature de mon autobiographie avec Noël Simsolo comme modérateur (LE CINÉMA FRANÇAIS, ÉMOIS ET MOI) et en présence de jean-Paul Barriolade, éditeur de classe ! Venez nombreux, ça fera plaisir ! O U F !

Je pense être présent, entre autres, le 28 avril à Montreuil, pour évoquer notre livre Chansons et poèmes, paru dans ma collection « Eléphant blanc ». Vous pouvez éventuellement me contacter par mail: er10@hotmail.fr

KATERINE DU DIMANCHE

Un dimanche soir, TF1, récemment (et ouais…). Me suis infligé Le lion, mauvais film d’espionnage, navet notoire à juste titre boudé par le public mettant en scène un psychiatre (Philippe Katerine) et son patient (Dany Boon), pseudo agent secret. En couple avec une femme fatale rangée des bécanes, le psy s’embarque dans une aventure absolument débile en compagnie de l’espion, qui répond à tous les clichés du genre, en mode James Bond hexagonal. Je pense que la « comédie » (ils auraient dû enregistrer les rires), se veut second degré. C’est plus que raté. Le qualificatif est faible. Du Mocky en moins bon. C’est dire…

Me suis donc fait violence pour tenir une heure. J’aurais mieux fait d’ouvrir un livre ou de zapper pour M6, chaîne populaire mais instructive. Dans les années 2000, je croisais Katerine sur le vieux port de La Rochelle. Et je le trouvais bon, du moins dans ses chansons. Non seulement j’estime ses albums de plus en plus surfaits et potaches (au mauvais sens du terme. Le potache pouvait être sublime, comme chez Jarry). Mais je le crois médiocre comédien, à l’instar de Houellebecq, qui n’a absolument rien d’un acteur, encore que sa mise de poète maudit soit parfaitement calculée. Passons sur Dany Boon, qui m’est indifférent… Passons aussi sur l’expo mignoniste au bon marché, où Katerine expose ses machins roses, non sans humour par contre. Au fond, je ne saisis pas pourquoi l’artiste accède à un statut culte au moment où il baisse. La bobocratie? Sans me placer au-dessus du lot (car je coche une bonne partie des cases), c’est quand même de plus en plus vain. On est loin des premiers disques!

ORIENTATIONS D' »ÉLÉPHANT BLANC »

Une auteure d’Unicité me demande quelle est la ligne de la collection « Eléphant blanc ». C’est difficile à définir. Je dirais que j’ai d’abord privilégié la ligne surréaliste tout en refusant toute forme d’introduction du politique (pourtant central dans l’optique d’André Breton. J’en ai bien conscience. Mais Breton sortait des tranchées et la morale catholique était alors toute puissante quand aujourd’hui on a changé de mandarinat). Ensuite, je souhaite tout simplement publier des textes contemporains que je trouve bons, et parfois quelques auteurs connus qui m’ont marqué, bien qu’Unicité demeure une maison d’édition indépendante encore peu diffusée. Pas mal de râteaux généralement polis, donc, mais qu’importe, puisque ça fait partie du jeu. Je suis aussi mû, disons-le, par un objectif de rentabilité, puisque l’éditeur engage des frais, et donc doit, sinon gagner de l’argent, du moins ne pas en perdre. C’est ainsi. Je n’aurais pas le front de me comparer à Gus Van Sant (réalisateur que j’admire profondément). Je constate que l’homme produit quelques films audacieux et expérimentaux, comme ceux de La trilogie de la mort (et plus particulièrement Gerry, échec financier), avant de faire un film à gros budget, parfois mauvais mais qui rapporte. L’un ne va pas sans l’autre. Bon, en précisant que nous tirons d’abord à 150 exemplaires, quand Gus Van Sant manie des millions de dollars.

PS: Le programme est bouclé jusqu’en 2023-2024. Je me répète, mais je ne peux accueillir de nouveaux manuscrits.

https://www.editions-unicite.fr/collection/elephant-blanc.html

« LES PARTICULES » SUR FRANCE 2 (vue sommaire).

Je ne reviendrai pas, a priori, sur Anéantir. Le livre m’a déçu, à plusieurs titres. Il ne me paraît pas fini.

Lundi 31 janvier, France 2 diffusait une adaptation des Particules élémentaires. Là aussi, cela mériterait un article complet. Mais la grande presse compte tant et tant de critiques avisés… Je suis là aussi partagé. Je recopie donc le mail envoyé hier à un ami et collègue, abonné à PAGE PAYSAGE, qui a trouvé la production assez mauvaise. Le téléfilm est par ailleurs encore disponible sur le site de France 2 (pour combien de temps?). Je vais tenter de me procurer le DVD. 

https://www.france.tv/france-2/les-particules-elementaires/

 

Bonjour J.,
  Merci pour votre SMS. J’ai bien regardé le téléfilm. Que dire?

  • il me paraît impossible, au vrai, d’adapter réellement le roman. Sauf à travers une minisérie Netflix par exemple (en sept ou huit heures). L’intrigue est réellement complexe et Houellebecq fait de longues digressions philosophiques. De plus l’aspect choquant du livre (le racisme de Bruno, professeur de Lettres obsédé et ses pamphlets négrophobes, liés à sa propre frustration), ou les propos sur les femmes seraient tout simplement censurés. Donc cela me paraît compliqué. Je crois que certains livres ne sont pas faits pour l’écran, à l’instar du Voyage au bout de la nuit ou d’A la recherche du temps perdu. 
  • j’ai trouvé que les prises de vue étaient malgré tout réussies, notamment en Irlande. Les acteurs sont plutôt bons, également, en particulier celui qui incarne Bruno, ou la mère. J’ai ri un quart d’heure durant après la scène de la classe, lorsque Bruno pelote la lycéenne et se rend compte de sa bévue. C’est proprement désopilant.
  • bonne restitution de l’époque aussi, à travers les costumes, les attitudes, etc. 

Donc je serais moins sévère que vous. Je pense juste, encore une fois, que le défi est trop important. Parfois, on devrait se contenter du livre. L’adaptation allemande était elle aussi ratée. Au fond, j’ai préféré la pièce de théâtre, très impressionnante, aux Bouffes du Nord, il y a quelques années. Ou encore la version d‘Extension du domaine de la lutte, de Philippe Harel. José Garcia y campe un Raphaël Tisserand très convaincant, en puceau trentenaire. Il s’agit d’un roman sur les incels, en vérité. Soit ces hommes qui ne couchent pas. Le réalisateur a aussi dû zapper la relation entre Christiane et Bruno, pourtant centrale. Manque de temps (deux heures, cela n’est pas suffisant). Au fond, le TV film s’adresse à des houellebecquiens, à des initiés. Toute littérature n’a pas vocation à être filmée, transcrite.

A très vite, cher J.

ETIENNE

« CHANSONS ET POÈMES » (PAUL VECCHIALI) À LA FNAC DES HALLES!

Merci à notre ami Eric Dubois pour cette belle photo. Publié par votre serviteur dans la collection « Eléphant blanc », le recueil Chansons et poèmes de Paul Vecchiali se retrouve donc au rayon « poésie » de la Fnac parisienne des Halles. Grande joie.

Vous pouvez commander l’ouvrage en librairie, ou alors directement sur le site d’Unicité:

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/VECCHIALI-Paul/chansons-et-poemes-de-paul-vecchiali/index.php

CLÉMENT SIMON PARLE DE « CHANSONS ET POÈMES » DE PAUL VECCHIALI (ÉDITIONS UNICITÉ, COLL. « ÉLÉPHANT BLANC »)

Retrouvez le très riche article de notre ami cancalais Clément Simon autour de Paul Vecchiali, dans le jeune webzine Maze. Fin connaisseur du cinéaste, Clément évoque avec justesse et profondeur les textes du recueil, publié par votre serviteur dans la collection « Éléphant blanc », comme vous savez.

« CINÉMA MÉPHISTO », PHILIPPE THIREAU, ÉDITIONS DOURO, COLLECTION « LA BLEU-TURQUIN » (DIRIGÉE PAR JACQUES CAUDA), 2020.

« C’est un bar, comment dire, c’est un bar glauque, on dit ça. Pas très bien fréquenté. Moi j’aime ça, j’aime que ça, les endroits plus vrais, sales, puants, que les endroits propres, nets, qui sentent bon les fleurs des prés. T’en foutrais des fleurs des prés! Ches Lumière, c’est plutôt un envers qu’un endroit, ça sent la rousse. Tiens, elle est rousse, Abricot! ça m’est venu comme ça, comme la littérature qui vient comme ça, les histoires qui viennent à coup de piston. Faut être pistonné pour sortir des ornières du gars qui écrit; on m’a raconté que des filles écrivaient aussi. Reprenons: ça sentait la rousse et, curieusement, la poussière. Et puis, la bière, les coins, les p’tits coins.

Moi, je fréquente. J’aime. Alors la fille, elle a des yeux abricots, elle est rousse. Je décris. Je l’oublie aussi au passage en frôlant une tulipe. Un parfum venu de nulle part, presque rien, un brin de fraîcheur envolée. Enfin j’arrive au comptoir. C’était un soir de semaine, déjà tard le soir, un soir à bandonéon, un soir pour se rincer, pour se finir, pour être triste, entièrement triste. » (p. 6-7)

PS: pour commander l’ouvrage:

https://www.editionsdouro.fr/bleu-turquin

%d blogueurs aiment cette page :