PAGE PAYSAGE

Accueil » Actualité littéraire

Archives de Catégorie: Actualité littéraire

Publicités

« SEROTONINE », MICHEL HOUELLEBECQ, SUITE ET FIN (courrier des lecteurs)

   Le livre est attendu depuis quatre ans, depuis Soumission, sorti le 13 janvier 2015, jour des attentats de Charlie Hebdo. Déjà tiré à 320 000 exemplaires, ce septième roman de Michel Houellebecq jouit, comme toujours, d’une couverture médiatique inouïe. Détesté par les uns, adulé à l’excès par les autres, l’auteur semble ne laisser personne indifférent, comme en témoignent les multiples unes qui lui sont consacrées, de Valeurs actuelles aux Inrockuptibles.

 Les amateurs de polémiques et de dérapages seront malgré tout déçus par Sérotonine. Loin de la controverse provoquée par Soumission, qui annonçait une islamisation complète de l’Hexagone, le livre est en effet bien sage, ou, disons-le, plus littéraire, moins trash. Hormis quelques minces saillies homophobes, une rapide scène de zoophilie, Houellebecq ne paraît pas vouloir choquer le bourgeois. Haut-fonctionnaire du ministère de l’Agriculture, Florent, quarante-six ans, abandonne sa jeune compagne japonaise pour végéter dans un hôtel Mercure du XIIIème arrondissement, avant de partir sur les routes, sur les traces du passé. Traversant une France rurale abandonnée, l’homme renoue avec son seul ami, gentleman-farmer ruiné par la crise du lait, mais échoue à reconquérir la douce Camille, devenue vétérinaire en Normandie. Telle est l’intrigue d’un épais volume écrit dans une langue harmonieuse, mélancolique, procédant d’une sorte de lyrisme asséché typiquement houellebecquien. Récit de l’errance, récit du deuil, Sérotonine est aussi un long morceau de poésie. Derrière le cynisme, le nihilisme apparent se cache un profond amour de la terre, de cette France rurale désertifiée, des paysages intimes, de l’enfance perdue : Le lendemain je me rendis à Coutances noyée dans la brume, c’est à peine si l’on apercevait les flèches de la cathédrale, qui paraissait ceci dit d’une grande élégance, la ville dans son ensemble était paisible, arborée et belle (p. 270).

   Alors, certes, on pourra s’indigner, avec les députés poitevins, des paroles peu amènes prononcées sur Niort (l’une des villes les plus laides), on pourra disserter sur la pensée souverainiste d’un ex-chevènementiste opposé au libre-échange, on pourra évoquer cette surprenante anticipation du phénomène « gilets jaunes », mais le propos n’est fondamentalement pas idéologique. Homme cultivé, riche, mais somme toute moyen, noyé de médicaments, Florent, tel le narrateur d’Extension du domaine de la lutte, incarne une sorte de désarroi très actuel, d’absence de sens, par-delà les considérations économiques ou politiques. Ne parvenant pas, comme Huysmans, à se réfugier dans la religion, Florent n’arrive pas non plus à aimer ses contemporains. La figure nervalienne de Camille, fil rouge de Sérotonine, femme idéale, maternelle, perdue, demeure inaccessible, car il est trop tard. Ne restent que le doute, la solitude, les antidépresseurs. Et, en guise d’ultime consolation, l’humour grinçant, noir, propre à Houellebecq, qui jaillit parfois, de façon diffuse, au détour d’une phrase, comme pour atténuer la tristesse.

                                                                                                                ÉTIENNE RUHAUD

 

 

PARIS : Michel Houellebecq au Prix 30 millions d'amis

   (COMMENTAIRE DE CLAUDINE SIGLER)

   J’ai enfin lu Sérotonine, et reviens ici pour réagir à ton article, Etienne.

   …D’abord, mon commentaire précédent était une considération subjective d’ordre général, mais dont je ne savais pas encore à quel point elle allait se révéler exacte tout au long de ma lecture. En effet, je crois que les deux mots significatifs qui reviennent le plus souvent dans Sérotonine sont “chatte” et “bite”, récurrents tout du long, sans doute une centaine de fois… Bon, je sais bien qu’il y a chez Houellebecq une intention manifeste de choquer, sous le prétexte de “parler vrai”; je sais aussi que la littérature ne supporte pas la censure, et qu’elle s’est toujours nourrie aussi d’évocations et de mots crus, comme chez Bataille, par exemple, ou chez Apollinaire… Mais là, dans la façon dont l’auteur parle du désir et des femmes (et c’est pire encore quand il évoque l’homosexualité masculine, ou ses vrais souvenirs d’amour), il n’y a nulle empathie, nulle imagination, et surtout nulle transcendance. C’est simplement lassant, d’une grande vulgarité de pensée et d’une tristesse à mourir. Est-ce que beaucoup d’hommes s’y sont reconnus? Sans doute… Et voilà bien qui me consterne, car je doute qu’aucune femme, fût elle la plus aimée, ait envie d’être évoquée sous ce prisme, et je serais curieuse de savoir combien de lectrices ont lu avec plaisir “Sérotonine”, et l’apprécient sincèrement ?

   Au delà de ce commentaire d’humeur, me dira-t-on, qu’en est-il du livre dans son ensemble? Il est vrai que l’écriture en est aisée, fluide, avec des traits d’observation et d’humour qui font parfois mouche (même si chaque chapitre se conclut sur un mot d’esprit ou de connivence désolée, ce qui sent vite le procédé). Mais le contenu rebute par sa complaisance, sa noirceur et son criant manque de générosité envers les autres : il se concentre sur une errance confortable mais sinistre dans des lieux sans intérêt, quelques personnages emblématiques (comme Aymeric, alter ego du narrateur), et quelques événements “prémonitoires”, eux -même condamnés à l’échec comme l’est le monde d’aujourd’hui, selon Houellebecq. Monde français qu’il trouve tout du long irrémédiablement laid, jalonné de disparitions successives, bref, voué à s’autodétruire de plus en plus, jusqu’à sa disparition programmée… Où vois-tu de la poésie là-dedans, Etienne? Et surtout de la créativité ? Ses évocations sont tellement attendues, et conventionnelles ! (paysages noyés d’une brume trouée par la flèche des clochers, etc.)

   On aura compris que j’ai détesté ce livre, dont la lecture m’a accompagnée durant trois jours, nimbés d’un cafard opiniâtre. Car je ressens profondément que la fonction de la littérature, c’est justement de communiquer, de faire jaillir “quelque chose de plus” dans chaque lieu, chaque situation, une minute de joie ressentie, même au sein des pires horreurs, comme l’a dit Imre Kertèsz… Et pas l’inverse. C’est pourquoi, malgré l’emballement médiatique, “Serotonine”, pour moi, non, ce n’est PAS de la littérature.

 

 

RÉPONSE D’ÉTIENNE RUHAUD

Intéressant point de vue, comme souvent.
Plusieurs choses:

1) Je déteste Yann Moix à la télévision. Je déteste ses prises de position hypocrites. Je déteste son arrogance. Je déteste son gauchisme, son conformisme frelaté et son inconséquence. Pourtant j’ai envie de le lire, afin de juger sur pièce. Il me semble que ta démarche procède du même élan. Corrige moi si je me trompe. Par ailleurs je m’interdis toute prise de position politique sur ce blog. On y parle d’Aragon comme on y parlerait de Céline ou de Richard Millet. Toute liberté en prose!
2) Je vais reproduire sur le blog, très rapidement, ton commentaire, que je considère comme étant un droit de réponse. Houellebecqophile et houellebecqologue amateur, j’aime ce genre de challenge, pour reprendre un anglicisme. C’est original et argumenté.
3) Touchant le fond lui-même: je trouve étonnamment ce nouveau roman moins vulgaire, moins provocateur, que les précédents. Quelques scènes choquantes le ponctuent, notamment cette vidéo zoophile découverte par Florent dans l’ordinateur de Yuzu, sa copine japonaise. Il est vrai que l’amour est un peu triste, même si on ressent un attachement sincère à une ex, que le narrateur ne parvient pas à reconquérir par faiblesse, mollesse, lâcheté. Le personnage étant un double de Houellebecq lui-même, je suppose. Un homme qui ne brille pas par son énergie, c’est le moins qu’on puisse dire!
Touchant les descriptions, tu as peut-être raison de souligner l’aspect quelque peu plat de l’évocation. J’y ai vu quand même une forme de poésie, aimé ce lyrisme asséché propre à l’auteur. Somme toute, il est un peu le fruit de son époque journalistique. On est en droit de regretter cela étant l’abandon de la belle phrase. Cette phrase à la Pierre Michon, à la Pierre Bergounioux. C’est un peu plat, serait-on tenter de dire.

   L’intérêt du personnage? Précisément, c’est peut-être son manque de consistance, cette incarnation de l’homo occidentalis veule que décrit Philippe Muray, grand réac devant l’Eternel, mais qui a bien cerné certains travers propres à notre temps, tout en en faisant beaucoup beaucoup beaucoup. Muray a profondément inspiré Houellebecq. Il y a dans tout cela un fond de vérité, non?

 

Beaucoup de grain à moudre, Etienne !.. Bon, je vais sérier aussi pour répondre à tous tes commentaires, dans le même ordre :

1) Curieusement, j’ai une certaine sympathie pour Yann Moix, devant sa maladresse même et son côté toujours excessif. Son commentaire plutôt naïf sur les femmes de 50 ans (il devait bien s’attendre à une volée de bois vert de leur part, à juste titre : tant de femmes de 50 ans sont aujourd’hui somptueuses, et Yann Moix est lui-même doté d’un sex appeal très moyen !) montre justement son manque de calcul. Le cas de Houellebecq me semble différent, car là, il s’agit d’une écriture raisonnée, volontariste, et puis, on retrouve cette vision récurrente dans tous ses livres. C’est pourquoi je parle là de sa « vulgarité de pensée » (je ne fustige pas le mots employés eux-mêmes, bien sûr: nous en avons lu d’autres, mais son regard sur les femmes et sur le sexe réduit aux organes 😉 ). Mais là où tu n’as pas tort, c’est que cet arbre piteux ne doit pas nous cacher la foret étendue bien au-delà, quand on parle de son livre. Prenons donc un peu de distance :

2) Oui, reproduis ce que tu veux de notre débat : moi aussi j’aime les échanges argumentés et contradictoires sur la toile, ils font souvent avancer le schmilblick 

3) Sur le fond lui-même, c’est vrai, pour la première fois on trouve chez lui une histoire d’amour sincère, et même un rien fleur bleue ;-). C’est pourquoi, en ce qui concerne Camille, je ne suis pas choquée par ses évocations sexuelles, notamment la description d’une fellation qu’elle lui a faite (ces évocations sont d’ailleurs bien plus soft que pour les autres femmes qui apparaissent dans la livre, comme s’il sentait là tout de même une limite, quand on parle d’un être aimé). Non, ce qui me gêne plutôt là, c’est ce qui N’Y EST PAS : Houellebecq échoue complètement à incarner Camille: il ne la considère pas autrement que par rapport à lui, il ne la « calcule  » jamais, comme on dit. Dans son récit, toi, tu vois de la faiblesse, de la lâcheté et un manque d’énergie, et tu as raison, mais moi j’y vois surtout une forme d’indifférence, paradoxalement : Camille est un personnage sans consistance intrinsèque : ce n’est pas une personne….

4) Certes, le style de Houellebecq est un peu plat, beaucoup plus, par exemple, que celui de Philippe Lançon dans Le Lambeau, autre livre noir sur l’époque (vue sous un autre angle, évidemment) paru il y a quelques mois, et qui pour moi lui est très supérieur. Mais là n’est pas vraiment la question : Houellebecq écrit bien, tout de même, d’une façon déliée, et sa phrase est toujours assez fluide et agréable à lire. Son projet littéraire, ce n’est donc pas celui des auteurs que tu cites (bon, je ne connais pas Philippe Muray), ni même de Richard Millet, que nous avons déjà évoqué et qui se lit d’une façon beaucoup plus laborieuse.

   Le souci, c’est plutôt son PROJET, une fois de plus : oui, ses descriptions sont assez justes, mais justement, je n’y vois aucun lyrisme, car il ne va jamais au delà de ce qu’il pointe, il n’y met pas ce « quelque chose de plus » dont je parlais plus haut et qui pour moi est justement le rôle de l’auteur/passeur (sujet vaste dont nous reparlerons). Ce que, oui, on peut appeler « poésie » (ou « transcendance »). Et ainsi, ce monde, et cet horizon qu’il décrit s’arrêtent court, alors que moi, je vois encore tellement de choses au-delà…!

Bon, là, Etienne, j’ai besoin que tu me répondes pour continuer le débat, car je sens que je m’éparpille 🙂

2747539997r
Publicités

« SÉROTONINE », Michel Houellebecq, Flammarion, 2019 (critique parue sur « Le capital des mots » et dans la revue « Diérèse 75 »)

michel-houellebecq-serotonine

  Le livre est attendu depuis quatre ans, depuis Soumission, sorti le 7 janvier 2015, jour des attentats de Charlie Hebdo. Déjà tiré à 320 000 exemplaires, ce septième roman de Michel Houellebecq jouit, comme toujours, d’une couverture médiatique inouïe. Détesté par les uns, adulé à l’excès par les autres, l’auteur semble ne laisser personne indifférent, comme en témoignent les multiples unes qui lui sont consacrées, de Valeurs actuelles aux Inrockuptibles.

   Les amateurs de polémiques et de dérapages seront malgré tout déçus par Sérotonine. Loin de la controverse provoquée par Soumission, qui annonçait une islamisation complète de l’Hexagone, le livre est en effet bien sage, ou, disons-le, plus littéraire, moins trash. Hormis quelques minces saillies homophobes, une rapide scène de zoophilie, Houellebecq ne paraît pas vouloir choquer le bourgeois. Haut-fonctionnaire du ministère de l’Agriculture, Florent, quarante-six ans, abandonne sa jeune compagne japonaise pour végéter dans un hôtel Mercure du XIIIème arrondissement, avant de partir sur les routes, sur les traces du passé. Traversant une France rurale abandonnée, l’homme renoue avec son seul ami, gentleman-farmer ruiné par la crise du lait, mais échoue à reconquérir la douce Camille, devenue vétérinaire en Normandie. Telle est l’intrigue d’un épais volume écrit dans une langue harmonieuse, mélancolique, procédant d’une sorte de lyrisme asséché typiquement houellebecquien. Récit de l’errance, récit du deuil, Sérotonine est aussi un long morceau de poésie. Derrière le cynisme, le nihilisme apparent se cache un profond amour de la terre, de cette France rurale désertifiée, des paysages intimes, de l’enfance perdue : Le lendemain je me rendis à Coutances noyée dans la brume, c’est à peine si l’on apercevait les flèches de la cathédrale, qui paraissait ceci dit d’une grande élégance, la ville dans son ensemble était paisible, arborée et belle (p. 270).

   Alors, certes, on pourra s’indigner, avec les députés poitevins, des paroles peu amènes prononcées sur Niort (l’une des villes les plus laides), on pourra disserter sur la pensée souverainiste d’un ex-chevènementiste opposé au libre-échange, on pourra évoquer cette surprenante anticipation du phénomène « gilets jaunes », mais le propos n’est fondamentalement pas idéologique. Homme cultivé, riche, mais somme toute moyen, noyé de médicaments, Florent, tel le narrateur d’Extension du domaine de la lutte, incarne une sorte de désarroi très actuel, d’absence de sens, par-delà les considérations économiques ou politiques. Ne parvenant pas, comme Huysmans, à se réfugier dans la religion, Florent n’arrive pas non plus à aimer ses contemporains. La figure nervalienne de Camille, fil rouge de Sérotonine, femme idéale, maternelle, perdue, demeure inaccessible, car il est trop tard. Ne restent que le doute, la solitude, les antidépresseurs. Et, en guise d’ultime consolation, l’humour grinçant, noir, propre à Houellebecq, qui jaillit parfois, de façon diffuse, au détour d’une phrase, comme pour atténuer la tristesse.

Pour lire l’article dans la revue électronique « Le Capital des mots » d’Eric Dubois

VLOG 2: ACTUALITÉ DU BLOG, RENCONTRES, LECTURE DU « BESTIAIRE » (ÉVÉNEMENTIEL DE NOVEMBRE, 1)

ATTENTION! Une erreur s’est glissée dans la vidéo. Contrairement à ce qui est annoncé, le 9 novembre tombe un vendredi, et non un jeudi.

BLOGORAMA 36: « JOURNAL POUR GOUDRON, GRUMES, VOIX », PAR JEAN-BAPTISTE HAPPE

     Le jeune poète Jean-Baptiste Happe (une trentaine d’années, d’après les quelques informations glanées sur son blog), nous fait l’honneur de présenter son site. Vidéaste, photographe, auteur, l’homme a créé un blog fort intéressant, proche du vlog littéraire. Laissons lui donc la parole, en ces premiers jours d’automne.

   sans-titre

    Il s’agit de certains de mes textes mis en voix et intégrés à des vidéos (une soixantaine à ce jour). Commencé en septembre 2016, ce blog mêle textes écrits, textes lus et vidéos. La vidéo tient lieu d’accompagnement visuel, l’arrière-plan d’une errance sur des routes souvent forestières et perdues, parfois plus fréquentées. Elle berce la diction du texte, déroule son balancement comme la progression d’une recherche en cours, raccrochée à la ligne des routes, à la sève des grands résineux, aux variations des couleurs vertes, jaunes, bleues, grises. Il s’agit d’un journal, une chronique poétique. J’espère (j’aspire, je veux, je prie pour!), qu’un effet esthétique surgisse de la rencontre entre ces textes et les images ambivalentes d’une nature traversée, inatteignable. Ce blog fonctionne -classiquement- par propulsion de signaux lumineux dans fibre optique.

 

 

 

Journal pour goudron, grumes, voix (cliquer sur le lien)

MÉMOIRE DES POÈTES XXIX: CLAUDE COURTOT (1939-2018), Cimetière du Père-Lachaise, jardin du souvenir, division 77 (article à paraître dans « Diérèse » 74)

  21/06/1991. STUDIO: CLAUDE COURTOT, ECRIVAIN

   Né le 6 janvier 1939 à Paris, dans le XIVème arrondissement, agrégé de Lettres classiques dès 1961, Claude Courtot est nommé professeur au lycée Ronsard de Vendôme. Trois ans plus tard, soit en 1964, il envoie son Introduction à la lecture de Benjamin Péret à Jean-Louis Bédouin (1929-1996). Celui-ci le présente à André Breton, le 28 novembre 1964 dans le bar parisien « La Promenade de Vénus ». Dès lors, renonçant à un projet de thèse consacré au mouvement, Claude Courtot se lance dans la création littéraire et l’action politique auprès de Jean Schuster (1929-1995, inhumé au cimetière de Pantin), et participe à toutes les actions du groupe en compagnie de Philippe Audouin, Marc Debenedetti ou encore Jean-Claude Silbermann, signant de nombreux articles dans la revue L’Archibras dirigée par ce même Schuster. Très actif lors des évènements de mai 68, C. Courtot, qui a noué des liens avec les surréalistes tchèques, organise l’exposition « Principe de plaisir » à Prague, juste avant l’arrivée des chars russes. Il publie un second essai, cette fois consacre à René Crevel (1900-1935, inhumé au cimetière de Montrouge), dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » chez Seghers, en 1969. Conscient de l’impossibilité pour le surréalisme de se renouveler, ne croyant plus au sens de l’aventure collective, il prend acte, non sans amertume, de la dissolution du mouvement en 1969, et participe à la revue Coupure deux ans durant.

51xF7AXBL7L._SX195_

   En 1971 paraît Carrefour des errances chez Joël Losfeld, ouvrage plus personnel rassemblant douze courts textes. Prends garde : les rabatteurs de l’amour et de la poésie commencent à nous encercler… y écrit-il notamment. Suit un silence d’une dizaine d’années. Courtot, qui enseigne les lettres à Paris, au lycée Janson-de-Sailly, prononce par ailleurs de nombreuses conférences sur le surréalisme à l’étranger. En 1980, il assiste Milan Kundera pour une retraduction de La Plaisanterie, et, en 1982, reprend la plume pour écrire les poèmes de La voix pronominale. D’autres livres suivront, parmi lesquels Une épopée sournoise, récit publié chez José Corti en 1987, ou encore Les Ménines, texte hybride mêlant portraits et manifestes.

   9782296568969FS

  

   Je suis l’unique thème de ce que j’écris, déclare Courtot, qui désire fixer sur le papier sensible l’image fugitive des chimères et des fantômes qui [le] hantent. De fait, l’homme a consacré plusieurs essais à des figures proches ou loin du surréalisme, mais l’essentiel de son œuvre demeure autobiographique. On lui doit ainsi une longue et passionnante Chronique d’une aventure surréaliste, publiée en quatre tomes chez l’Harmattan à partir de 2012. S’y côtoient des souvenirs liés au groupe, des impressions de voyage, des morceaux d’actualité.

Courtot-L-obelisque-Elegiaque-Livre-961492560_L

   Président de l’association « Les amis de Benjamin Péret », très actif, Claude Courtot, qui vit à Saint-Ouen depuis de nombreuses années, décède à Saint-Denis le 9 août 2018, des suites d’un cancer, à l’âge de soixante-dix neuf ans. Ainsi s’éteint un des derniers grands témoins de la grande époque. Ses cendres sont répandues dans la jardin du souvenir (division 77), et non dans la Méditerranée, comme Antoine Vallin, professeur de Lettres classiques mélancolique parti à la recherche du mythique Caius Cornelius Gallus, dans le roman L’Obélisque élégiaque (éditions François Bourin, Paris, 1991) : Il se proposait de retourner en Campanie au printemps suivant. Il emporterait les cendres d’Antoine et les jetterait dans la mer d’Italie, quelque part entre le Pausilippe et Pompéi. (p. 193)

crematorium-pere-lachaise-jardin-du-souvenir.jpg

ÉVÉNEMENTIEL DE SEPTEMBRE 2018

Chers amis, chers lecteurs,

   Les quelques habitués auront peut-être remarqué que je n’ai rien publié depuis le 13 août dernier. Contrairement à ce que j’annonçais sur Facebook, je me suis finalement décidé à faire une pause estivale. D’une part, peu de gens lisent « PAGE PAYSAGE » en août, d’autre part j’ai jugé important d’interrompre un peu le flux. Les billets reprennent donc avec la rentrée, dans l’ordre habituel. Signalons également la présence d’une nouvelle rubrique, sous forme de vlog. J’ai récemment acquis un peu de matériel vidéo, et commence à le maîtriser. Plusieurs images suivront donc, toujours en rapport avec la littérature et le surréalisme. Mais venons-en aux évènements:

40553404_2183418685235617_2063569135316500480_n

  Je serai a priori présent au Café poésie de Meaux, organisé par notre ami Pascal Mora, le 22 septembre. Toutes les informations pratiques figurent sur l’image ci-dessus.

40054222_2129993667010971_6008692249632702464_n

Comme indiqué ci-dessus, Frédéric Tison, auteur de magnifique essai Selon Silène, présentera son travail le mercredi 26 septembre au François Coppée, derrière Montparnasse.

140205_of0ss_pluson_william_s_burroughs_sn635

  Organisé par Lord Mandrake, alias Marc-Louis Questin, le traditionnel Cénacle du cygne, mêlant danse, courts-métrages et poésie, se tiendra comme toujours à la Cantada II, au 13 rue Moret (75011 PARIS, métro Ménilmontant), le 27 septembre à partir de 20h30. Il y sera question de William Burroughs, symbole beatnik et grand junkie devant l’Eternel.

   Bonne rentrée à tous!

 

 

BLOGORAMA 33: « ACCROCSTICH.ES », LE BLOG DE FLORENT TONIELLO

   Accueillons aujourd’hui un poète français, résidant au Luxembourg, Florent Toniello. Lecteur acharné, poète, musicien, ce dernier nous a fait l’honneur de présenter un blog au nom compliqué, mais au contenu passionnant. Comme toujours, laissons lui la parole!

Florent_m

   Sur accrosctich.es, il y a des poèmes, des notes de lecture et une anthologie personnelle et évolutive ; une gouttelette dans l’océan poétique virtuel certes, mais dont je gère entièrement la formule, sans véritablement me préoccuper des statistiques de consultation. Mon blog est en fait un espace d’expérimentation poétique. J’y publie des textes qui ne sont pas destinés à figurer dans des livres, a priori, mais qui font partie intégrante de mon champ d’écriture. Il complète en quelque sorte ma personnalité d’auteur perceptible en revues ou dans des ouvrages imprimés. Certains textes que je ne retiens pas pour le papier (pour des raisons d’espace disponible, de cohérence ou d’insatisfaction devant le résultat, entre autres) peuvent donc aussi s’y ajouter. Le blog me permet de pratiquer une discipline d’écriture régulièrement et de nouer quelques contacts virtuels — même si je préfère les contacts directs après des lectures, par exemple ; souvent ces contacts se prolongent grâce au blog, pour celles et ceux qui n’ont pas forcément le stakhanovisme virtuel que requiert Facebook. Au fond, il s’agit surtout d’écrire sur la poésie en toute liberté et subjectivité, en partageant aussi les lectures qui m’inspirent. Le tout de façon aléatoire et sporadique, parfaitement artisanale et sans polissage, puisque la poésie, c’est aussi la vie, et j’ai une vie (voire plusieurs) en dehors d’elle.

Accrocstich.es, le blog de Florent Toniello

 

%d blogueurs aiment cette page :