PAGE PAYSAGE

Accueil » Bergounioux Pierre

Category Archives: Bergounioux Pierre

« DIÉRÈSE » n°68

img_3907

  Je sais que l’image est de fort mauvaise qualité (je suis toujours mal équipé), mais j’ai le bonheur de vous indiquer ma participation au dernier numéro de Diérèse, la brillante revue de Daniel Martinez. Outre mes considérations sur les cimetières, et trois notes de lecture (autour des livres de Marc-Louis Questin, Jean-François Jacq, et Jean Hautepierre), ce soixante-huitième opus contient de la poésie brésilienne, danoise, quelques textes inédits de la regrettée Hélène Mohone et de Pierre Bergounioux, dont j’ai déjà eu l’occasion de parler sur le blog. Pour commander le numéro, adresser un chèque de 18,70 euros (frais de port inclus) à l’ordre de Daniel Martinez, 8 avenue Hoche, 77330 OZOIR-LA-FERRIÈRE).

dierese-68-sommaire-3

dierese-68-sommaire-1dierese-68-sommaire-2

Publicités

ESTHÉTIQUE DU MACHINISME AGRICOLE (PIERRE BERGOUNIOUX)

    esthetique-du-machinisme-agricole-de-pierre-bergounioux

   On a tout dit des défauts du fer. Il est rare que le minerai ne soit pas mêlé d’impuretés qui rendent le métal aigre, cassant, impropre à tout usage. La France n’a pu exploiter les gisements lorrains, phosphoreux, qu’après la mise au point de convertisseurs garnis de dolomie, avec addition de chaux. Ensuite, le fer est affreusement lourd. Enfin, son affinité avec l’oxygène complique sa mise en œuvre. Après les températures infernales, les traitements chimiques auxquels il a fallu le soumettre dans les hauts fourneaux et les fours à sole, on doit encore le protéger de la corrosion, lui adjoindre du nickel, le galvaniser, le peindre. Lorsqu’il a bouclé le cycle de l’usage et de l’usure, la rouille s’y met. Et, par un sortilège comparable à celui qui dévoile la qualité esthétique sous la finalité pratique, l’oxydation libère la gamme des couleurs dont il s’anime lorsqu’il s’unit à l’air atmosphérique. Elle magnifie leurs noces. La rouille est d’abord peintre puis, le temps aidant, graveur. Elle burine, creuse, ajoure le métal, l’allège, le brode de motifs aussi délicats qu’imprévisibles et ce sont, là encore, de ces enchantements objectifs qu’il ne tien qu’à nous de voir, de fixer (p. 38-39)

TROIS ÉVÈNEMENTS PARISIENS

Chers lecteurs,

   Comme je l’ai reprécisé dans l’article paru le 1er janvier, ce blog a aussi, et peut être avant tout, une fonction évènementielle. J’y annonce en effet un certain nombre de lectures ou d’expositions faites par des amis ou par des créateurs que j’admire. Cette semaine, trois sauteries très rapprochées:

  • Le vernissage de l’exposition « Toujours des nanas! » demain mercredi 24 février à partir de 18 heures à la galerie « L’espace Beaurepaire » (28 rue Beaurepaire, Paris 10, métro République ou Jacques Bonsergent). Y seront présentes notamment mes amies Mylène Vignon, journaliste culturelle et auteur, ainsi qu’Isa Sator, plasticienne. Je ne pourrai malheureusement y être mercredi, pour des raisons professionnelles, mais viendrai dimanche, à partir de 16 heures, pour le goûter et la performance organisée sur place. Plus d’informations sur le site même de la galerie: L’oeil de la femme à barbe
12647268_579710615528658_3026759806965958438_n

Entrer une légende

  • Le prochain Cénacle du Cygne, dans la cave du bar « La Cantada II », 13 rue Moret (Paris 11, métro Ménilmontant), à partir de 20 heures-20 heures 30. Je ne pense pas y lire des textes cette fois-ci, mais serai bien sur place. Au programme: les performances de Jean Hautepierre, mais aussi la danse du Rhinocéros, étrange animal cinématographique, ainsi que des courts-métrages décalés, des sketchs, le tout animé par l’ami Marc-Louis Questin, auteur-éditeur. L’édition suivante, fin mars, sera consacrée au réalisateur Jean Rollin. Avis donc aux amateurs!
  • 12595944_716445025159526_1957646589_n

    Entrer une légende

  • Enfin, l’écrivain Jean-François Jacq, qui a eu la gentillesse d’évoquer Disparaître sur son blog, dédicacera son récit Fragments d’un amour suprême, paru aux éditions Unicité, le vendredi 26 février à partir de 18 heures 30, à l’Espace culturel Christiane Peugeot, Atelier Z (62 avenue de la Grande Armée, Paris 17, métro Porte Maillot). Là encore, je ne pourrai être présent pour des raisons d’ordre professionnel. Je parlerai néanmoins du livre dans la revue Diérèse et ici même sur « Page paysage ».fragments… Voilà. Peut être préférerez vous vous rendre au Salon de l’Agriculture, ce qui n’a rien de méprisable. Pour ma part, j’ai hélas raté le rendez-vous avec Pierre Bergounioux que j’avais pourtant annoncé, tout simplement pour une erreur de date. Aux présents (sait-on jamais?), qui sont allés écouter l’auteur corrézien, je livre cette brève citation, extraite de La mort de Brune                                                                                        

  Le temps qu’on dit passé s’attardait encore, au milieu de ce siècle, dans les petites villes enfouies au coeur du pays. Sa lumière morte, son air éteint, ses drames anachroniques, sa misère, ses tenaces noirceurs encombraient la vie de chaque jour. L’heure qui montait au cadran de l’histoire hésitait, au loin. Quinze années durant, peut-être, la nuit mérovingienne, le regard d’une dame du temps du roi François, les catins et les roués de la Régence, le spectre d’un maréchal d’Empire assassiné hantèrent le paysage immobile. Une clarté soudaine, insolite et verte, les éclipsa un beau soir, sans retour, et l’instant qui nous était destiné, le présent, a fait son entrée.

bergounioux

RENCONTRE AVEC PIERRE BERGOUNIOUX LE 17/02/16

   pbergounioux

  Une rencontre avec l’écrivain Pierre Bergounioux est organisée le 17 février 2016 à 19h30 par la librairie « Texture » (94 avenue Jean Jaurès, 75019 PARIS, station Laumière, ligne 5). L’auteur y présentera son dernier Carnet de notes. J’irai moi-même. Pour me contacter: er10@hotmail.fr, 07 50 89 83 24.

Site de la librairie « Texture ».

Biographie de Pierre Bergounioux sur Wikipédia.

carnet_de_notes_2011-2015-168x264

%d blogueurs aiment cette page :