PAGE PAYSAGE

Accueil » Grand Jeu (Le)

Category Archives: Grand Jeu (Le)

« LA VIE, L’AMOUR, LA MORT LE VIDE ET LE VENT ET AUTRES TEXTES » (ROGER GILBERT-LECOMTE, 1907-1944)

gilbert

LA BONNE VIE

Je suis né comme un vieux
Je suis né comme un porc
Je suis né comme un dieu
Je suis né comme un mort
Ou ne valant pas mieux

J’ai joui comme un porc
J’ai joui comme un vieux
J’ai joui comme un mort
J’ai joui comme un dieu
Sans trouver cela mieux

J’ai souffert comme un porc
J’ai souffert comme un vieux
J’ai souffert comme un mort
J’ai souffert comme un dieu
Et je n’en suis pas mieux

Je mourrai comme un vieux
Je mourrai comme un porc
Je mourrai comme un dieu
Je mourrai comme un mort
Et ce sera tant mieux

QUAND VIENDRA LE JOUR DU GRAND VENT

Le vent remue à peine à la pointe du ciel
Et grandissant en soi
Se pensant plus vivant
Et plus vaste et mouvant de l’instant en l’instant
Le vent effraye
La pointe de feu du ciel Peur

Ton cœur de marbre noir ô rose d’ombre ô nuit
Nourrit par sursauts étouffants trop brusqués
L’arbre tonnant de tes veines
Le spectre de corail de tes artères

Ton cœur sentant qu’on frôle en lui
Au centre cachée
La perle inconnue

Et voici le grand vent qui mêle les étages
De l’espace

Cap d’ombre au seuil des nuits d’où sortir météore
Va-et-vient d’arc-en-ciel sur le cristal du soir
Ce qui va ce qui vient c’est la hache des ailes
Décapitant l’espace ivre de lambeaux noirs
Chaos engloutissant les faces et les masques

C’est le moment du silence qui hurle Éclair
Un frisson de la terre engloutit les marées
Sous le vent des fantômes
La terre est parcourue du frisson de la mort

Aux plages hautes de l’étendue
Dans les antres d’éther du feu
Au roc bouillant céleste
Le grand vent des métamorphoses
Travaille les formes
Monstres multicolores hydres d’Arc-en-ciel
Etoiles de mer et de ciel
Etoiles d’air séparées de l’air par nulle membrane
Changeantes et multiformes idées

Quand le grand vent pénétrera
Nul ne sait la couleur que prendra la lumière
Sur l’aspect de prodige des beaux monstres créés
Quelle éclipse de peur quels incendies d’effroi
Le grand vent allumera
Aux espaces inférieurs où rôde le soleil
Roi des bas-mondes

Roger Gilbert-Lecomte, La Vie l’Amour la Mort le Vide et le Vent, et autres textes, préface d’Antonin Artaud, choix et présentation de Zéno Bianu, collection Poésie/Gallimard n°496, 2015, pp.34 et 89.

 

 

18109662_10208802411323661_1891046984_n

Cimetière de Reims. Photographie de Saghi Sam

 

%d blogueurs aiment cette page :