PAGE PAYSAGE

Accueil » Sanda Paul

Archives de Catégorie: Sanda Paul

FESTIVAL « SÉMAPHORE » DE LA PAROLE POÉTIQUE DE MOËLAN-SUR-MER

Chers amis, chers lecteurs,

Comme annoncé précédemment, je suis donc invité au festival de la parole poétique de Moëlan-sur-Mer, du 30 septembre au 3 octobre 2022, dans le Finistère. J’en profite pour remercier Bruno Geneste et Paul Sanda, les organisateurs, et la maison de la poésie de Quimperlé. Cette année, le festival est donc placé sous le patronage du beatnik Lawrence Ferlinghetti (1919-2021). De nombreux poètes, parmi lesquels plusieurs amis, seront sur place. Je présenterai mes propres livres, ainsi que les ouvrages de la collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité), créée l’an dernier. Vous pourrez donc me retrouver:

  • Vendredi 30 septembre à 13h30, à la librairie Nomade (Centre culturel « L’Ellipse », Rue Pont ar Laer, 29350 Moëlan-sur-Mer), où je dédicacerai mes propres ouvrages et vendrai les volumes de l’Eléphant blanc, donc (dont La précession des sphères de Paul Sanda, cité plus haut).
  • Vendredi 30 septembre à 20h50, toujours à l’Ellipse, pour rendre hommage à Ferlinghetti, en compagnie d’autres poètes, et sous la direction de Miguel Angel Real, traducteur de l’espagnol, auteur, critique.
  • Samedi 1er octobre, à 14h30. Je lirai mes textes, avec les autres festivaliers, à la Chapelle Saint Jacques de Clohars-Carnoët.
  • Dimanche 2 octobre, à 13h30, pour une ultime lecture, à l’Ellipse.

Pour retrouver le programme complet (cliquer sur l’image):

Site de la Maison de la poésie de Quimperlé:

https://maisondelapoesie-quimperle.fr/

Page Facebook de l’évènement:

https://www.facebook.com/events/1169660283623165?ref=newsfeed

PAUL SANDA SUR « RADIO OCCITANIA »

Christian Saint-Paul, ici au concours des Jeux Floraux, à Toulouse.

Mercés al poèta ariègean Christian Saint Paul e a Radio Occitania!

Un chaleureux merci au poète ariégeois Christian Saint-Paul!

Dirigeant depuis de nombreuses années déjà l’émission poétique « Les poètes », sur Radio Occitania, Christian a plusieurs fois évoqué mon propre travail, qu’il s’agisse du recueil Animaux ou de mon essai sur la poésie contemporaine en bibliothèque, paru chez l’Harmattan en 2012. Cette fois, Christian parle de Paul Sanda, et de notre recueil La précession des sphères, paru chez « Eléphant blanc » cette année même (cf. lien ci-dessous). Un bel hommage, donc, d’autant que Paul Sanda réside lui-même à Cordes-sur-Ciel dans le Tarn, village auquel il a consacré un fort bel essai d’ailleurs (Un siècle d’écrivains à Cordes-sur-Ciel, éditions Rafael de Surtis, co-écrit avec Bruno Geneste). Partiellement lotois, connaissant bien la belle ville de Toulouse où réside une part de ma famille, je ne peux qu’être touché.

Je reproduis une partie de l’éditorial publié sur le site même de la webradio. Vous trouverez le podcast de l’émission en cliquant sur le lien ci-dessous (l’émission est datée du 22 juillet 2022):

https://lespoetes.site/emmission/emmission.html


L’émission du mardi 26 juillet 2022 signale le livre de
Paul Sanda : La précession des sphères, poème précédé
du Tribute to Patricia Barber
éditions unicité, 80 pages, 19 €.
Un livre d’une grande tenue avec une remarquable préface d’Odile Cohen-Abbas et des illustrations éloquentes de Klervi Bourseul, que nous livre Etienne
Ruhaud dans sa collection « Eléphant blanc » des éditions Unicité.
Paul Sanda, éditeur à Cordes-sur-Ciel dans le Tarn dirigeant les éditions
Rafaël de Surtis qui contribuent depuis longtemps à l’essor de la diffusion de la
poésie, est un artiste au talent polymorphe qui perpétue avec toute son originalité où
domine une activité spirituelle intense, le génie des surréalistes.
La musique est un visage de la spiritualité et Paul Sanda sans surprise s’en
nourrit. Mélomane il fait entrer la musique dans l’objet des poèmes : « L’édifice que
la musique élève (la piété) / est une délivrance, au creux de l’abstrait ».
La langue du poème est foisonnante, travaillée comme une œuvre d’art et ne
laisse aucun espace au prosaïque, en particulier dans ses poèmes en prose.
Paul Sanda retrouve le Grand Œuvre des poètes surréalistes dans la richesse
de l’inattendu du langage. Tous ses poèmes, qu’ils auscultent les instruments de
musique ou la trace laissée par la chanteuse de jazz Patricia Barber ou les grands
compositeurs parfois enfouis dans l’immensité de notre patrimoine musical,
convergent inexorablement vers « ces nobles espaces » les sphères qui incarnent
si justement sa finalité spirituelle.

Pour commander le livre:

https://www.editions-unicite.fr/auteurs/SANDA-Paul/la-precession-des-spheres/index.php

Nous avons déjà évoqué Un siècle d’écrivains à Cordes-sur-Ciel:

« UN SIÈCLE D’ÉCRIVAINS À CORDES-SUR-CIEL », PAUL SANDA, BRUNO GENESTE, éditions Rafael de Surtis, 2022 (citation)

Dans les sables rouges,, Léon Lambry, 1930.

« Yves Bonnefoy interroge ainsi avec acuité le continent de l’enfance perdue, comme dans un demi-jour où il se souvient alors de ce roman de Léon Lambry, intitulé Dans les sables rouges, qui exerça sur lui une très puissante impression, emportant son imaginaire d’enfant dans le désert de Gobi, en Asie centrale, au milieu des ruines d’une étrange ville romaine, avec des hommes et des femmes parlant latin dans cet ailleurs: « je puis maintenant m’en rendre compte, cela avait de quoi impressionner un enfant qui entendait ses parents parler patois – un patois issu du latin – et rêvait que cet occitan menacé de disparation, c’était l’expression d’un être au monde mystérieusement supérieur à l’a-présent de la vie ». Au milieu de tant de résurgences, l’écrivain, conscient de la richesse d’un passé et d’une langue, par laquelle, constatera-t-il, le latin pouvait avoir survécu, nous rappelle l’importance de toute transmission, ce qui irrigue la poésie dans une langue, et depuis la langue occitane en particulier, cet idiome que, souvent très modestement, portèrent haut les troubadours de l’Amour courtois. » (p. 150-151)

RENCONTRE AUTOUR DE LA COLLECTION « ÉLÉPHANT BLANC » ( ÉDITIONS UNICITÉ) AU MARCHÉ DE LA POÉSIE

Chers amis, chers lecteurs,


Dimanche 12 juin, dans le cadre du Marché de la poésie, place Saint-Sulpice, je présenterai ma collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité), au stand 706, ainsi que mes propres livres (Disparaître, paru en 2013, et Animaux, paru en 2020). Sur place, retrouvez nos auteurs: Pascal Mora, Odile Cohen-Abbas, Pascal Varejka, ainsi que notre amie Claudine Sigler. Pour me contacter: er10@tutanota.com

Page Facebook de l’évènement:

https://www.facebook.com/events/988487411669147?ref=newsfeed

Pour acheter nos livres:

https://www.editions-unicite.fr/collection/elephant-blanc.html

Mes propres ouvrages:

https://www.editions-unicite.fr/auteurs/RUHAUD-Etienne/animaux/index.php

« LA PRÉCESSION DES SPHÈRES » (PAUL SANDA) PAR MIGUEL-ANGEL REAL

Déjà auteur d’une note consacrée à Villes/Ciudades (anthologie bilingue franco-argentine), le poète et traducteur, Miguel-Angel Real nous livre un très bel article sur le dernier Paul Sanda, publié par nos soins dans la collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité). Merci, à lui! Muchas gracias.

http://oupoli.fr/2022/04/la-musique-comme-une-quete/?fbclid=IwAR2R8ejWYxL11l57gXd2UMsoNHlWXGFYZI_NIyyZbla80BrpKXnR7Qfs8PQ

ÉVÉNEMENTIEL DE MARS (RÉCAPITULATIF)

Chers amis, chers lecteurs,

Le mois de mars est donc chargé, en termes d’événements (ne parlons pas, ici, de la triste actualité internationale. À quoi bon?). Deux livres paraissent quasiment coup sur coup (La précession des sphères de Paul Sanda et À la recherche de l’éléphant blanc de Pascal Varejka, cf. plus bas), et nous participons à plusieurs rencontres. Je dresse donc ici un bref récapitulatif, au cas où vous souhaiteriez vous joindre à nous, et à l’éléphant blanc!

  • Jeudi 17 mars, à 18h30, nous présenterons, Pascal Mora (président de l’association « Café poésie de Meaux »), François Mocaër, Esteban Charpentier et moi-même, l’anthologie Villes/Ciudades (éditions Unicité, coll. « Eléphant blanc », donc, 18 euros), à l’ambassade d’Argentine, 6 rue Cimarosa, 75016 Paris, métro Boissière, ligne 6).
  • Vendredi 25 mars, à 19h30, accompagné par trois poètes publié chez Unicité, je présenterai l’essai de Pascal Varejka À la recherche de l’éléphant blanc (livre illustré, 13 euros), à la Lucarne des écrivains, 115 rue de l’Ourcq, 75019 Paris, métro Crimée.
  • Samedi 26 mars, de 15h à 17h, je présenterai mes livres (Petites fables, Animaux, La poésie contemporaine en bibliothèque, Disparaître), ainsi que la collection « Eléphant blanc », au salon LIVR’OUVERT BLEU COULEUR D’ORANGE de Montreuil, organisé par Claude Gaisne, au 9 rue Barbès, station Robespierre (ligne 9)

À bientôt pour de nouvelles aventures!

E.R.

AVANT-GOÛT

Le quatrième volume de notre collection « Eléphant blanc » sort ces jours-ci, et coûte 14 euros. Il n’est, a priori, pas encore disponible sur le site de l’éditeur, mais cela ne saurait tarder. Je pense qu’on peut d’ores et déjà le commander en librairie. Je reproduis ici le quatrième de couverture, écrit par mes soins:

Auteur, éditeur, vociférateur proche des surréalistes, Paul Sanda est aussi mélomane. En témoignent ces surprenants poèmes, où l’auteur célèbre le jazz, et plus particulièrement Patricia Barber, puis le classique, à travers plusieurs figures tutélaires, méconnues du grand public, tel Louis Marchand (1669-1732). Orné des œuvres de Klervi Bourseul, ce petit recueil témoigne de l’éclectisme propre au créateur et de son goût, profond, pour la musique, pour les musiques. Toutes harmonies le menant vers les sphères, ces nobles espaces qu’évoque si justement Odile Cohen-Abbas en avant-propos

http://www.soleils-diffusion.com/articleref.php?isbn=9782373556919

FESTIVAL DE MOËLAN-SUR-MER (précisions)

En mars, j’étais donc invité par Paul Sanda et Bruno Geneste au festival de Moëlan-sur-Mer, organisé par la Maison de la poésie de Quimperlé en Bretagne. L’évènement est hélas perturbé, du fait de la situation sanitaire. Plusieurs animations se tiendront donc aux dates prévues (cf. ci-dessus), mais le festival littéraire à proprement parler, comprenant notamment mes interventions en tant qu’auteur et directeur de la collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité), sont reportées à fin septembre-début octobre. J’y reviendrai plus en détail ultérieurement, en précisant que nous publions un recueil de ce même Paul Sanda aux alentours du 20 mars.

https://maisondelapoesie-quimperle.fr/

GUYLIAN DAI PARLE DU « CANON SANDA » (ODILE COHEN-ABBAS, éditions Unicité, collection « Eléphant blanc »).

Notre ami Guylian Dai a écrit un très bel article sur Le Canon Sanda pour le webzine Zone critique, auquel je collabore moi-même. Grand merci à Pierre Poligone, également, pour son travail d’animateur. Ma collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité) existe aussi, d’abord, grâce aux lecteurs et aux critiques.

https://zone-critique.com/2022/01/20/le-canon-sanda-les-debauches-de-la-connaissance/?fbclid=IwAR1ZQqCc_ICxoMcIec-0GGNnJUaTeEDRWQeSSdZ93bE5cSaGFx5bxAOAkOo

ÉLÉPHANT BLANC SUR WIKIPÉDIA

Chers amis, chers lecteurs, chers éléphanteaux,

Notre collection « éléphant blanc » (dirigée par mes soins chez Unicité), apparaît désormais sur Wikipédia, puisque Le Canon Sanda (essai consacré à la poésie de Paul Sanda, par Odile Cohen-Abbas), ainsi que le recueil Poèmes et chansons du cinéaste Paul Vecchiali,, sont mentionnés dans les bibliographies. Je joins les liens (ci-dessous):

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Sanda

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Vecchiali

%d blogueurs aiment cette page :