PAGE PAYSAGE

Accueil » Cohen-Abbas Odile

Archives de Catégorie: Cohen-Abbas Odile

L’ÉLÉPHANT BLANC AU MARCHÉ DE LA POÉSIE, SAMEDI 23 OCTOBRE.

Chers amis,

L’éléphant blanc sera présent, samedi, à midi trente, au stand des éditions Unicité (numéro 706), place Saint-Sulpice à Paris, avec les auteurs Pascal Mora (coordinateur de l’anthologie franco-argentine Villes/Ciudades), Odile Cohen-Abbas (auteure du Canon Sanda), et moi-même, venu dédicacer Animaux paru en 2020. Nous vendrons également sur place Chansons et poèmes de Paul Vecchiali.

Je serai également présent sur le marché, en tant que simple observateur, mercredi 20 dans l’après-midi, et samedi toute la journée. N’hésitez donc pas à me contacter: er10@hotmail.fr.

A très vite!

ETIENNE RUHAUD

Vous pourrez également acquérir la revue Diérèse 82, où figurent mes chroniques sur Pascal Mora, Matthieu Garrigou-Lagrange, Gaël Guillarme, et Jean-Louis Bailly, ainsi que ma note biographique consacrée au peintre Maurice Baskine, au stand 600.

RENCONTRE AVEC ODILE COHEN-ABBAS LE 2 OCTOBRE 2021.

Chers amis, chers lecteurs,

Nous serions heureux de vous voir prochainement à la Lucarne des écrivains, librairie associative du 19ème arrondissement, le 2 octobre à partir de 16 heures (au 115 rue de l’Ourcq, station Crimée). En tant que directeur de la collection « Eléphant blanc » (éditions Unicité), j’aurai le plaisir de présenter Le Canon Sanda, ouvrage d’Odile Cohen-Abbas consacré à l’oeuvre poétique de l’éditeur/auteur Paul Sanda. L’intéressée sera naturellement heureuse de dédicacer ses ouvrages. L’occasion nous sera également donnée de présenter Chansons et poèmes du cinéaste Paul Vecchiali, ainsi que Villes/Ciudades, anthologie franco-argentine dirigée par notre ami Pascal Mora. Enfin, vous découvrirez les poèmes de François Mocaër, responsable des éditions Unicité, ainsi que le roman de l’auteure belge Sophie Marchal.

Page Facebook de l’évènement: https://www.facebook.com/events/42478249907228

« LE CANON SANDA » SUR BABÉLIO!

Le Bordelais Olivier Massé, dont nous avons déjà parlé sur ce blog (en chroniquant notamment Poèmes préhistoriques, cf. ci-dessous), a introduit Le Canon Sanda sur Babélio, soit dans la principal site de partage littéraire francophone. L’éléphant blanc fait donc une entrée triomphale sur le portail. Le début d’une longue série… Pour retrouver la critique d’Olivier Massé, ainsi que celle de Christophe Dauphin (copiée/collée par mes soins), suivre le lien suivant.

Le canon Sanda – Odile Cohen-Abbas – Babelio

https://pagepaysage.wordpress.com/2018/10/13/poemes-prehistoriques-olivier-masse-lharmattan-2013-article-paru-dans-dierese-73-ete-2018/

FRANÇOIS BON PARLE D’ÉLÉPHANT BLANC!

Il y a déjà quelques semaines, le bourreau de travail François Bon, vlogueur quotidien, évoquait notre collection « éléphant blanc » des éditions Unicité, et plus particulièrement Canon de Sanda, au cours d’une vidéo consacrée aux services de presse (à partir de la 24ème minute). Nous l’en remercions donc chaleureusement, d’autant que nous estimons son écriture et son style, son énergie.

UN ARTICLE DE CHRISTOPHE DAUPHIN SUR « LE CANON SANDA » (série « Eléphant blanc »)

Christophe Dauphin a consacré un bel article au Canon Sanda, publié par nos soins chez Unicité, pour sa revue Les Hommes sans épaules. Nous le reproduisons donc ci-dessous avec son autorisation.

Le poète Paul Sanda, né en 1961, se double d’un essayiste prolifique, également éditeur réputé (à l’enseigne des éditions Rafael de Surtis : plus de 600 titres depuis 1996) et directeur de revue (Pris de Peur, Mange Monde et tout récemment, depuis le printemps 2021, 7e Sens). Paul Sanda est également Président de la Maison de la Poésie du Pays de Quimperlé, dans ce Finistère, qui est devenu au fil des ans, son deuxième pays, après le Tarn et Cordes-sur-Ciel ; la perle des Bastides (construite en 1222 par le comte Raymond VII de Toulouse), haut lieu du catharisme, mais aussi d’art et de poésie, grâce à Paul Sanda et Rafael de Surtis. Ce poète, née vendéen (mais contrarié, en raison des deux grandes effigies de l’absence et de la violence que sont le père et la mère ; ajoutons bien sûr Gilles de Rais en son château de Tiffauges) n’ignore rien de sa cité, qui est sa peau même. Aucune pierre, aucune ruelle, aucun symbole ne lui sont étrangers, dans ses failles et ses illuminations. Il est Cordes, comme Cordes est en lui, à la suite de bien d’autres artistes et écrivains, et non des moindres, des peintres surréalistes, qui lui sont chers, Francis Meunier et Maurice Baskine, à Albert Camus : Des voiles légers descendent du ciel de nuit vers les brouillards de la vallée, s’y mêlent un moment, puis coulent plus bas tandis que les fumées de la terre, une à une, montent encore et se dissipent en n sous les étoiles claires. Le silence devient vaste et léger sur la vieille cité déserte. Tout est possible alors : voici la réconciliation.

Paul Sanda est d’un lieu d’où son œuvre multiple et riche prend son essor, qu’il s’agisse d’essais consacrés à la haute-magie, l’ésotérisme, l’alchimie, l’art, la littérature et bien sûr à la poésie, qui est le battement même de l’aorte. Paul Sanda est l’auteur de vingt-trois essais. Son œuvre poétique, totalise trente-cinq livres et plaquettes, de Ludi Funebres (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1990) à La Petite Épée de Tolède, avec Bruno Geneste, et Martine Saurel (Rafael de Surtis, 2021). Une importante anthologie a paru en 2016 (Célébrations des Nuées, anthologie poétique 1990-2015). Il manquait encore l’essai que mérite cette œuvre. Odile Cohen-Abbas a l’avantage de bien connaître l’homme et l’œuvre. Il lui a donc été aisé de poser les jalons de son essai, à partir de quinze livres et plaquettes de poèmes de Paul Sanda, de Pour la chair d’une île (1999) à Les îles du silence (2020), en passant par la trilogie phare de Sanda (Entre chair et loup, 2001, Elle saigne à la lanterne, 2002 et La Corde Fantasophique, 2003), mais aussi Racines Profondes (2008), Les Messagères Coperniciennes (2009), Dix-sept Psaumes de Proue de Joue & de Beauté (2014), Ouessant, Phares & Balises (2016), Le vent, je suis Léo Ferré (2017), Les Travaux de la Nuit (2018), la poignante Auberge de la Tête Noire (2019) ou le Dialogue dans l’esprit d’Artaud (2019). Odile Cohen-Abbas nous invite à lire un poète, mais en poète : « Lire Paul Sanda, c’est être un prisme d’enfance, un phare, la chambre de Veille d’un Sémaphore, un navigateur, un mage celte, c’est être une plante marine, un caillou sur la berge, des sueurs et des larmes de fortification et des ombres poreuses, des bris, des cris de creuset alchimique (toutes choses qui se rencontrent dans ses pages) et des appels de feu, de flammes rougeoyantes, au plus profond d’un autre temps ; c’est entrer dans l’actif, le sonore, la jubilation d’un perpétuel renouvellement. Paul Sanda, nous dit Odile Cohen-Abbas, extrait des rangs vils, les promesses des rampes indigestes et les mène vers des lieux d’éblouissement. Ces lieux s’appellent « je », « tu », « ils », les objets de l’âme et de l’existence dans des cycles perpétuels de transmutation. Rien ne se pose dans les royaumes de Paul Sanda ; les désirs, les possessions, les nourritures acquises, convoitées, n’ont pas de fin, d’indice temporel fixe ; dans le même temps, les choses, les affects, ce qui était faim ou non-faim, foi ou non-foi, s’achèvent et engendrent de nouvelles révolutions.

Tout Paul Sanda est donner à lire et à vivre, par Odile Cohen-Abbas, en quinze livres emblématiques, d’où émerge le « canon Sanda », une montée vers l’être, le chant, la création et la Vie !

Christophe DAUPHIN

(Revue Les Hommes sans Épaules)

.

La revue « Les Hommes sans épaules » est éditée par la Librairie-Galerie Racine, située dans le Vème arrondissement.

LES MOTS DE PAUL SANDA… (série « Eléphant blanc »)

Paru, chez Unicité, dans la collection « Eléphant blanc », créée et dirigée par Etienne Ruhaud, « LE CANON SANDA » d’Odile Cohen-Abbas. Un essai entièrement consacré à ma poésie, avec beaucoup de justesse et de talent. Une dédicace de cette ouvrage sera organisée à la mairie du Ve arrondissement, dans la cadre du festival « Quartier du Livre ». Merci à tous mes lecteurs assidus, et à tous ceux qui découvrent mon écriture. Véritable cheminement profond au fil de mes ouvrages poétiques… (Paul Sanda).

DÉDICACE D’ODILE COHEN-ABBAS À PARIS LE 4 JUIN 2021 (SÉRIE « ÉLÉPHANT BLANC »)

Chers amis, chers lecteurs,

Comme indiqué dans le précédent billet, Odile Cohen-Abbas dédicacera donc Canon de Sanda le vendredi 4 juin, à 15 heures, à la mairie du Vème arrondissement (place du Panthéon), dans le cadre du salon « Quartier du livre », sous le patronage de Laure Adler. Rendez-vous donc au stand des éditions Unicité. Ce sera l’occasion de lancer ma nouvelle collection « Eléphant blanc » (je ne sais toutefois si je serai présent). Vous pourrez retrouver d’autres auteurs d’Unicité, fidèles du blog, comme Jacques Cauda ou Eric Dubois.

Moi-même, je viendrai dédicacer le week-end. Vous pouvez me joindre, comme d’habitude, à l’adresse mail er10@hotmail.fr.

« LE CANON SANDA », ODILE COHEN-ABBAS, ÉDITIONS UNICITÉ, COLLECTION « ÉLÉPHANT BLANC », SORTIE FIN MAI 2021.

Editeur, essayiste féru d’occultisme et d’alchimie, Paul Sanda est aussi et d’abord poète. Habitée par les vers de l’intéressé, Odile Cohen-Abbas en explore les moindres aspects recueil après recueil, en adoptant un point de vue personnel, c’est-à-dire sensible, vrai, loin des exégèses universitaires desséchantes. Le résultat est surprenant, émouvant: cent pages de prose passionnée, comme si la lecture attentive engendrait une nouvelle furor lyrique.

… Bientôt, dans la collection « Eléphant blanc » créée et dirigée par Etienne Ruhaud aux éditions Unicité, l’essai d’Odile Cohen-Abbas dédié à la poésie de Paul Sanda. Une dédicace sera par organisée dans le cadre du festival « Quartier du livre », sous la présidence de Laure Adler, à la mairie du Vème arrondissement, vendredi 4 juin à 15 heures. Nous y reviendrons.

EDITIONS UNICITE | ROMANS | POESIE | ESSAIS | HISTOIRE | TEMOIGNAGES (editions-unicite.fr)

« LE CANON DE SANDA » D’ODILE COHEN-ABBAS EN PRÉPARATION CHEZ L’ÉLÉPHANT BLANC!

Cher amis, chers lecteurs,

   Comme précédemment annoncé, je dirige depuis quelques semaines une collection chez Unicité, intitulée « Éléphant blanc ». Le projet se précise, puisque nous publions aux alentours du vingt mai notre premier volume. Écrit par Odile Cohen-Abbas, auteure prolixe déjà évoquée sur le blog (à travers une critique consacrée au roman Les Fosses célestes), l’essai porte sur l’oeuvre poétique de Paul Sanda, et compte une centaine de pages. Nous en reparlerons naturellement ici le moment venu. 

https://pagepaysage.wordpress.com/2016/01/29/les-fosses-celestes-odile-cohen-abbas-editions-rafael-de-surtis-cordes-sur-ciel-2008-note-parue-dans-dierese-n-4849-automne-2010/

 

LES FOSSES CÉLESTES Odile Cohen-Abbas, éditions Rafael de Surtis, Cordes sur Ciel, 2008 (note parue dans « Diérèse » n° 48/49, automne 2010)

cohen1

Odile Cohen-Abbas, par Jacques Basse.

   Sous titrées « roman », Les fosses célestes apparaissent d’abord comme une sorte de récit initiatique, plus proche du conte allégorique, du poème en prose, que d’une narration à proprement parler. La trame, si tant est qu’elle existe, n’a effectivement rien de linéaire. À mi-chemin entre Lautréamont et Michaux, Odile Cohen-Abbas, qui signe là son septième ouvrage, a su construire, au fil des livres, un univers fantasmatique, fantasmagorique, tout-à-fait personnel. En tous cas le lecteur se trouve averti d’emblée, dès la page de garde : Ici, dans la commune de Petits-Puys-en-Labelle, la mort est absente. S’ensuit un enchaînement de chapitres singuliers, comme une série de songes tantôt merveilleux, tantôt cruels. Plusieurs Immortels se croisent au milieu d’une zone portuaire énigmatique : Irée et Paluel, Nostra et Pierre, Marcel et Pietra, sont apparemment condamnés à un amour malheureux. Accompagnée par un mystérieux gnome, Manah la harengère veille sur cet univers surprenant, organise les jeux, en quelque sorte, notamment lorsque Prim’horror, une jeune prostituée, voit sa croupe dévorée par les marins du bar, ou lorsque Manon la sourcière ressuscite un pendu par ses caresses… Les fosses célestes s’achèvent par la description d’un singulier cortège, mené par le sinistre Jean Atème, seule évocation du trépas, au milieu d’une mer apaisée.
Dans un style imagé, flamboyant, Odile Cohen-Abbas décrit par éclats l’odyssée du rêve, tantôt avec violence, tantôt avec tendresse : C’est un port dont une gloire ombrageuse dirait qu’il est l’entaille nimbée, inabritée, ouverte aux sangsues et aux polichinelles de l’azur, aux crânes chauves de roses et d’églantines célestes, aux chalutiers convexes, creusée de chatouillements, d’agacements d’un bleu de lavande de mer tels des selles de déesses ou des pots de chambre (p.11). Publié par Rafael de Surtis dans le Tarn, cet étrange opuscule évoque naturellement certaines fulgurances surréalistes, certaines figures chères à André Breton… Dans la postface, Sarane Alexandrian (1927-2009) parle d’une œuvre unique au sein de la littérature française actuelle, bien loin des complaisances de l’autofiction, des pièges d’un réalisme plat, aujourd’hui largement pratiqué. Par-delà les modes, les orientations du moment, Odile Cohen-Abbas suit en effet une voie solitaire, originale et fascinante.

 

%d blogueurs aiment cette page :