PAGE PAYSAGE

Accueil » Cohen-Abbas Odile

Category Archives: Cohen-Abbas Odile

LES FOSSES CÉLESTES Odile Cohen-Abbas, éditions Rafael de Surtis, Cordes sur Ciel, 2008 (note parue dans « Diérèse » n° 48/49, automne 2010)

cohen1

Odile Cohen-Abbas, par Jacques Basse.

   Sous titrées « roman », Les fosses célestes apparaissent d’abord comme une sorte de récit initiatique, plus proche du conte allégorique, du poème en prose, que d’une narration à proprement parler. La trame, si tant est qu’elle existe, n’a effectivement rien de linéaire. À mi-chemin entre Lautréamont et Michaux, Odile Cohen-Abbas, qui signe là son septième ouvrage, a su construire, au fil des livres, un univers fantasmatique, fantasmagorique, tout-à-fait personnel. En tous cas le lecteur se trouve averti d’emblée, dès la page de garde : Ici, dans la commune de Petits-Puys-en-Labelle, la mort est absente. S’ensuit un enchaînement de chapitres singuliers, comme une série de songes tantôt merveilleux, tantôt cruels. Plusieurs Immortels se croisent au milieu d’une zone portuaire énigmatique : Irée et Paluel, Nostra et Pierre, Marcel et Pietra, sont apparemment condamnés à un amour malheureux. Accompagnée par un mystérieux gnome, Manah la harengère veille sur cet univers surprenant, organise les jeux, en quelque sorte, notamment lorsque Prim’horror, une jeune prostituée, voit sa croupe dévorée par les marins du bar, ou lorsque Manon la sourcière ressuscite un pendu par ses caresses… Les fosses célestes s’achèvent par la description d’un singulier cortège, mené par le sinistre Jean Atème, seule évocation du trépas, au milieu d’une mer apaisée.
Dans un style imagé, flamboyant, Odile Cohen-Abbas décrit par éclats l’odyssée du rêve, tantôt avec violence, tantôt avec tendresse : C’est un port dont une gloire ombrageuse dirait qu’il est l’entaille nimbée, inabritée, ouverte aux sangsues et aux polichinelles de l’azur, aux crânes chauves de roses et d’églantines célestes, aux chalutiers convexes, creusée de chatouillements, d’agacements d’un bleu de lavande de mer tels des selles de déesses ou des pots de chambre (p.11). Publié par Rafael de Surtis dans le Tarn, cet étrange opuscule évoque naturellement certaines fulgurances surréalistes, certaines figures chères à André Breton… Dans la postface, Sarane Alexandrian (1927-2009) parle d’une œuvre unique au sein de la littérature française actuelle, bien loin des complaisances de l’autofiction, des pièges d’un réalisme plat, aujourd’hui largement pratiqué. Par-delà les modes, les orientations du moment, Odile Cohen-Abbas suit en effet une voie solitaire, originale et fascinante.

COUVERTURE

(La qualité de l’image n’est pas excellente, mais je n’ai pas mieux!)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :