PAGE PAYSAGE

Accueil » Musique

Category Archives: Musique

ÉVÉNEMENTIEL DE JANVIER 2018

Chers amis, chers lecteurs,

Peu d’évènements à annoncer pour ce premier mois de l’année.

vampire

   Comme chaque mois, à la Cantada II, au 13 rue Moret (75011 Paris, métro Ménilmontant), se tiendra l’habituel Cénacle du Cygne, animé par notre ami Marc-Louis Questin. Le thème en sera les vampires, et j’interviendrai sur scène. Retrouvez également Claudine Sigler, fidèle lectrice et animatrice de la rubrique mexicaine « Itzpapalotl », sur ce même blog, le dernier jeudi du mois, soit le 25 janvier, à partir de 20 heures 30. J’essaierai de filmer l’évènement, avec mes modestes moyens techniques.

 

francois-bon-nb2

 

  Le lendemain, soit le vendredi 26 janvier, à vingt-heures trente, François Bon fera une lecture musicale en compagnie du jazzman Dominique Pifarély, à la Cave d’Argenteuil, au 107 rue Paul Vaillant-Couturier. L’entrée est fixée à 11 euros (tarif plein), et à 8 euros (tarif réduit). Pour s’y rendre, suivre les indications présentes sur le site de la salle, en cliquant sur le lien ci-dessous. Nous joignons également la description du spectacle, trouvé sur le portail précité. Je ne sais si je pourrai être présent, pour des raisons d’ordre professionnel.

   Depuis quelques années maintenant, François Bon, écrivain pionnier de l’internet littéraire et Dominique Pifarely violoniste virtuose et improvisateur de génie, proposent des lectures mêlant violon, voix et électronique. Ils se lancent aujourd’hui ensemble dans La musique d’Erich Zann, une des plus curieuses et célèbres histoires brèves de Lovecraft, où la terreur mêle intimement la nuit, la ville, et un violoniste.

Site de « La cave d’Argenteuil »

Notre présentation du « Tiers-Livre », blog de François Bon

Quand François Bon parle (entre autres), du « Bestiaire » d’Etienne Ruhaud

 

Publicités

BONNE ANNÉE 2018! (Vie du blog 4)

 

dionysos-1.jpg

Pour une nouvelle année poétique, sous les auspices de Dionysos!

 

 

Chers amis, chers lecteurs,

   Comme chaque 1er janvier, avant de vous présenter nos vœux, nous revenons sur le fonctionnement du blog, sur ses évolutions, et sur nos perspectives, pour les douze mois à suivre.

  • Ce blog fut créé en septembre 2014 pour faire suite à notre précédente adresse, « Opéra fabuleux », sur hautetfort.com. Outre le fait que WordPress.com offre de plus grandes capacités techniques, il s’agissait pour nous de faire « peau neuve », en tirant les enseignements d’une précédente expérience, longue de vingt-et-un mois (de janvier 2013 à septembre 2014, donc). Nous avons reçu notre ISSN (numéro d’enregistrement auprès de la Bibliothèque Nationale de France), le 21 mai 2015. Considéré comme un périodique à parution irrégulière, « Page paysage » est donc répertorié, classé. Bien que modeste, la fréquentation a augmenté, progressivement, notamment pour le second semestre 2017, jusqu’à se stabiliser en décembre. Nous avons ainsi reçu plus de 1500 visites par mois. Là encore, il n’y a pas de règles. Un article long et détaillé sur tel poète sera peu lu, quand tel hommage à tel autre, telle allusion à l’actualité, attirera des dizaines, voire des centaines, de curieux. La fréquentation s’est étonnamment internationalisée. Outre les traditionnels lecteurs hexagonaux, nous comptons aujourd’hui des abonnés en Belgique, au Canada. De manière surprenante, notre principal « fidèle » est américain, puisque les visites outre-Atlantique arrivent en tête. Cela vient sans doute de nos lecteurs iraniens, soumis à la censure, et donc obligés d’en passer par le darkweb, donc par d’autres pays.
  • Si on raisonne en termes de chiffres, nous avons publié 340 billets depuis septembre 2014, soit depuis un peu plus de trois ans. Nous comptons 77 abonnés par e-mail, et 50 abonnés sur notre page « Facebook » (page qui sera bientôt supprimée, suite à une polémique absurde). Le blog enregistre très exactement 29 701 vues depuis sa fondation, pour un total de 17002 visiteurs. Pour cette simple année 2017, nous avons enregistré 13047 vues, pour 8487 visiteurs, 103 mentions « like », 167 commentaires. Les Américains, ou Iraniens selon les cas, donc (cf. plus haut), arrivent en tête, avec 6300 visites, contre 5758 pour la France, 155 pour la Belgique, 110 pour le Canada, 107 pour la Suisse, 77 pour le Royaume-Uni et 69 pour l’Italie. Nous avons également des lecteurs en Roumanie, pays francophile par excellence. Notre marge de progression est donc bonne, en sachant que le blog reste « pointu ». Le record de vues absolu a été enregistré le 13 décembre 2017, date à laquelle nous avons diffusé un court-métrage où l’on peut voir le père de Johnny Hallyday, Léon Smet.
  • La progression des vues est liée avant tout, d’après nos suppositions, au phénomène Facebook. La diffusion gratuite, à de nombreux contacts du réseau, permet à l’évidence de propager la propos poétique qui est le nôtre. Nous ne souhaitons pas revenir en détail sur les raisons de notre départ, car cela introduirait un propos politique, quand « Page paysage », par-delà la morale et les écoles de pensée, se veut ouvert. Nous pensons utiliser de manière plus assidue Twitter, et peut-être recréer une page Facebook ultérieurement. Nous sommes également heureux de converser avec nos abonnés et visiteurs occasionnels, notamment par le biais de nombreux commentaires, laissés en bas des billets. Ce blog doit se vivre de manière collective.
  • « Page paysage » est essentiellement programmé vers le 28 de chaque mois, au moment de planifier les articles pour les quatre semaines à venir. Notre format a évolué, après des mois et des mois de tâtonnement. Désormais le blog est en quelque sorte régi de manière régulière, comme un mensuel. Dix billets de taille inégale paraissent chaque mois, sous forme de rubriques. Le 1er, ou le 2, paraît notre événementiel, une manière d’annoncer les manifestations à venir. Légèrement décalée, la série « ANGST » (« peur » en allemand), reproduit des photographies glanées sur le Net, parfois cocasses, parfois glauques. Sous la bannière « Surréalistes », nous montons une sorte de galerie avec des toiles, des œuvres, d’artistes proches ou loin du mouvement initié par Breton. « Vie du blog », rubrique à laquelle appartient le présent billet, permet de faire retour sur le fonctionnement même de « Page paysage », quand « Création personnelle » constitue une suite de textes libres, rédigés par nos soins. Les « réflexions littéraires », à parution aléatoire, sont une suite de brèves annotations autour de l’objet littéraire, quand « critique » donne à lire, une fois par mois, une note de lecture parue dans la revue Diérèse, de notre ami Daniel Martinez. Le « blogorama » (30ème numéro ce mois-ci!) explore les différentes adresses de nos amis écrivains ou artistes, pour proposer un panorama assez diversifié de l’offre poétique Internet. À noter qu’une nouvelle rubrique a vu récemment le jour, « Itzpapalotl » (« couteau d’obsidienne » en langue nahuatl). On y retrouvera des textes autour du Mexique, traduits et présentés par notre amie, la fidèle et infatigable Claudine Sigler. Le « ciné-club » permet de revisiter des court-métrages classiques, ou moins classiques. Dans « Mémoire des poètes », nous évoquons la sépulture de créateurs (essentiellement littérateurs), dans les cimetières franciliens, en retraçant leur parcours. Cela devrait faire l’objet d’un livre, à une date indéterminée. Enfin, ce blog étant essentiellement dédié à la poésie, nous reproduisons un texte contemporain, ou pas, en vers ou en prose, vers le 15. Les rubriques sont publiées toujours, à peu près, dans le même ordre, avec parfois quelques variations. Cela peut sembler routinier, mais l’abonné s’y retrouve, globalement.
  • Des évolutions, des réajustements interviendront probablement en 2018. Nous pensons continuer à composer un billet tous les trois jours environs, car il convient de ne pas noyer le public sous une avalanche de textes, sachant que nous sommes déjà soumis à l’hyper-connectivité, au quotidien. Ayant fait l’acquisition d’un nouveau joujou, sous forme de camescope Sony, à Noël, nous songeons à introduire progressivement un peu de vidéo, qu’il s’agisse d’entretiens ou de petits films poétiques. Nous reste à maîtriser l’engin. Nous parlerons aussi davantage d’art brut, a priori. 
  • Et les livres, nous direz-vous? Cette page n’a pas pour vocation de promouvoir, ou d’évoquer la vie de son auteur, Etienne Ruhaud. En 2018, si tout va bien, paraîtront trois essais dont la gestation fut longue. Notons également que nous avons signé notre premier contrat de scénariste en novembre, avec les Films de la Nuit, dirigés par le cinéaste Stanley Woodward. Ce n’est certes pas une mince fierté. Nous songeons également à publier de la poésie, à nous improviser micro-éditeur, à faible coût, par le biais d’une association créée il y a quelques jours, MYRTHO.
  • N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions, de vos réserves, à nous signaler une éventuelle faute d’orthographe. Un dialogue peut ainsi s’ouvrir.

BONNE ANNÉE, DONC, ET BONNE LECTURE! (à défaut de musique classique, vous trouverez ci-dessous la célèbre interprétation de Dream a little dream of me par Mama Cass Eliot, ancienne chanteuse du groupe « The mamas and the papas ». Obèse, excentrique, mais jouissant d’un puissant organe, Mama est hélas prématurément décédée d’une crise cardiaque après un concert londonien, en 1974. Un peu de tendresse pour commencer 2018 en douceur).

Dream A Little Dream Of Me
Stars shining bright above you
Night breezes seem to whisper « I love you »
Birds singing in the sycamore trees
Dream a little dream of me
Say nighty-night and kiss me
Just hold me tight and tell me you’ll miss me
While I’m alone and blue as can be
Dream a little dream of me
Stars fading but I linger on dear
Still craving your kiss
I’m longing to linger till dawn dear
Just saying this
Sweet dreams till sunbeams find you
Sweet dreams that leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
Dream a little dream of me
Stars fading but I linger on dear
Still craving your kiss
I’m longing to linger till dawn dear
Just saying this
Sweet dreams, till sunbeams find you
Gotta keep dreaming leave all worries behind you
But in your dreams whatever they be
You gotta make me a promise, promise to me
You’ll dream, dream a little of me

 

 

 

 

 

ÉVÉNEMENTIEL DE DÉCEMBRE 2017

Chers lecteurs,

  La vie littéraire, artistique, se poursuit, malgré la pluie, malgré le froid. Quelques éléments nouveaux, donc, pour ce dernier évènementiel de l’année 2017. Le mois de novembre a vu le nombre de visiteurs augmenter. Quelques nouveaux abonnés, parmi lesquels un jeune poète et un ufologue, que je ne nommerai pas. Un premier visiteur irakien, également, ce qui constitue évidemment une agréable surprise. Mais venons en aux faits!

petrarque

Pétrarque, par Jacques Cauda. 

  Réalisateur, écrivain, peintre, illustrateur, notre ami Facebook Jacques Cauda expose depuis le 1er décembre, avec d’autres artistes, à la librairie « Équipages », au 61 rue de Bagnolet, 75020 PARIS (métro Porte de Bagnolet). Les éditions Tinbad, chez lesquels l’homme a publié Comilédie, sont également présentes. Venez donc avant le 31.

 

vieuvilleb_2016032512051781_Plevfesteau

La conteuse Karine Leroy en pleine action.

 

   Mardi 12 décembre à 20h, Karine Leroy viendra interpréter « Les Contes de la lune verte » au Bouffadou, 93 rue des Vignoles 75020 Paris (métro Maraîchers). L’entrée est libre, et un chapeau circulera dans la soirée. Chacun peut également amener quelque chose à boire ou à manger. Ambiance conviviale. (Métro Maraîchers ou Alexandre Dumas, bus 26 64, station Orteaux)

Site de la conteuse Karine Leroy

nadeau

   Le 16 décembre, notre lecteur et ami surréaliste franco-québécois David Nadeau, animateur de la revue La vertèbre et le rossignol, présentera ses Poésies complètes à la librairie Saint Jean-Baptiste, 565 rue Saint Jean, dans la belle ville de Québec, de l’autre côté de l’Atlantique, à partir de 17 heures. Je suis déjà allé à Québec à l’occasion d’un festival de poésie (ce qui a d’ailleurs été évoqué sur le blog), mais hélas pour le coup je ne pourrai pas être présent. Je le signale néanmoins à l’attention de mes amis canadiens, puisque certains semblent suivre « Page paysage ».

meaux café poésie

  Organisé par notre ami Pascal Mora, le traditionnel café-poésie de Meaux se tiendra lui ce même 16 décembre. Tout est indiqué sur cette belle affiche. Je serai de la partie (pour la première fois!)

cénacle ruhaud etienne

  Organisé par notre ami poète, l’increvable Marc-Louis Questin, alias Lord Mandrake, le prochain Cénacle du cygne se tiendra le jeudi 28 décembre, peu après Noël, à partir de 20 heures, à La Cantada II, 13 rue Moret, 75011 PARIS, métro Ménilmontant. Je serai présent. Pas de thèmes imposés, cette fois-ci. Freestyle, comme disent les Anglo-Saxons et les jeunes!

wallack

  Dans notre événementiel de novembre, nous évoquions le groupe pictave « Wallack », en plein essor. Vous pouvez d’ores et déjà soutenir leur projet en achetant le disque à sortir en janvier, soit le mois prochain, via la plateforme Ulule (suivre le lien ci-dessous). Un don de 10 euros vous permettra d’acquérir le produit. Plusieurs extraits sont disponibles sur Internet.

     Avant de vous souhaiter à tous de bonnes fêtes de fin d’année (avec un peu d’avance, il est vrai), évoquons le court-métrage Gypsies, par notre ami Stéphane Rizzi. Le tournage commence aujourd’hui même, dimanche 3 décembre, en Seine-Saint-Denis. Je suis à titre privé très fier d’en être le dialoguiste non exclusif, et d’avoir signé mon premier contrat de production il y a maintenant deux semaines. On retrouvera dans ce petit film notamment l’actrice syro-égyptienne Nanda Mohammad. Notre précédent travail, Cantate/macabre, ayant rencontré un certain succès (dans le milieu underground indépendant), on espère qu’il en ira de même pour cette histoire.

  Et joyeux Noël!!

 

 

 

ÉVÉNEMENTIEL DE NOVEMBRE 2017

Chers amis,

   Un mois de novembre chargé, au sens positif du terme, s’annonce. Et l’événementiel sera riche.

revue salon

  Signalons tout d’abord le 27ème salon de la revue, qui se tiendra, comme chaque année, dans le Marais, à l’espace des Blancs-Manteaux, et réunira nombre de périodiques intéressants, parmi lesquels notamment Empreinte de mon amie Claude Brabant, infatigable chantre de l’art brut, et première secrétaire du regretté Guy Debord.. Les indications se trouvent sur la photo ci-dessus. Je m’y rendrai moi-même le samedi 11, après 18H30.

autre livre

   Une semaine plus tard, au même endroit exactement, se tiendra le Salon de l’autre Livre, qui regroupe des éditeurs indépendants. A voir, donc, pour les auteurs en quête de maison. La liste complète des structures présentes se trouve sur le site même de l’association.

Site web de l’association « L’autre livre » (cliquer sur le lien)

meaux

  Signalons, comme chaque mois, le traditionnel Café Poésie de Meaux, animé par notre ami Pascal Mora, maintes fois évoqué ici. Comme toujours, chacun peut venir lire ses textes à partir de 10h30, le samedi 18 novembre, donc, au dernier étage de la médiathèque Luxembourg, 1 rue Cornillon.

cénacle cygne

   Autre évènement incontournable, pour ceux qui suivent, le Cénacle du Cygne, animé par Marc-Louis Questin, se tiendra comme d’habitude au 13 rue Moret, dans le sous-sol du bar « La Cantada II ». Nous y retrouverons danseurs, cinéastes, auteurs et magiciens, autour d’une soirée consacrée au Moyen-Âge. Venez donc (j’y serai pour lire quelques poèmes!), le 23 novembre à partir de 20h30.

chat de mars

Avec sa couverture toute noire, la revue « Chats de Mars » contient de riches illustrations en noire et blanc. L’objet s’obtient auprès de Julien Boutreux, contre quelques timbres seulement.

    Comme indiqué dans le dernier billet, la revue tourangelle Chats de mars 4 est parue, et ne coûte que quelques timbres, à envoyer à Julien Boutreux (jlboutreux@gmail.com)

nadeau

   De l’autre côté de l’Atlantique, notre ami, le jeune poète franco-québécois David Nadeau, animateur de la revue La vertèbre et le rossignol, très marqué par le surréalisme, vient de sortir un recueil regroupant tous les textes écrits entre 2006 et 2016. L’ouvrage peut se commander sur le site éditorial Lulu.com.

Cliquer sur le lien pour acheter le livre de David Nadeau.

radière

   J’ai oublié d’en parler le mois dernier (l’événementiel était déjà préparé), mais l’écrivain vendéen Thierry Radière que nous avons évoqué au détour d’une note de lecture (pour son recueil de nouvelles intitulé À un moment donné), a publié le 2 octobre un livre de poésie, aux éditions belges « Les Carnets du Dessert de Lune ». Préfacé par notre ami Denis Montebello, et illustré par Virginie Dolle, l’ouvrage est vendu 12 euros. Ci-dessous un bref extrait:

AUX DÎNERS DES RATS 

   Qu’aurais-je fait seul au milieu des fruits et légumes avec des voix incompréhensibles chuchotant derrière mon dos ? Bien sûr l’homme survit à tout ou presque et peut se représenter l’infini où qu’il soit, mais après sa boisson vite bue et les quelques mètres de marché parcourus de long en large et plusieurs fois, il reste le temps à vivre que l’imagination ne peut faire à sa place. Les marchands sont des habitués ; les clients endimanchés. Le vendeur de poulets rôtis laissera comme à l’accoutumée une petite pomme de terre dans la sauce du sac chaud que nous prendrons et poserons délicatement au fond du chariot rouge après l’avoir réglé. Nous ne la mangerons pas cette unique patate. Elle ira à la poubelle, seule, rejoindre les restes du repas et la carcasse de l’oiseau cuit. Avec un pincement au cœur de déchet mal à l’aise, je laisserai la compassion faire son travail de digestion en pensant aux dîners des rats les yeux grands ouverts.

Pour commander le livre de Thierry Radière (cliquer sur le lien)

 

wallack

  Une fois n’est pas coutume, diffusons un peu de musique. Guitariste/chanteur du groupe pictave Wallack, mon camarade d’études et ami Cyprien Tillet annonce la sortie d’un album studio en janvier. Dès à présent, goûtez le son du single « White noise », directement sur le site de Wallack, qui se produira notamment le vendredi 17 novembre au café-concert « Le plan B », à 20h30, au 30-32 boulevard du Grand Cerf à Poitiers. Je ne pourrai hélas être de la partie.

Site officiel du Wallack.

  Voilà. On se quitte avec une image prise dans le jardin des Tuileries, par un dimanche clair et ensoleillé d’octobre, à l’occasion de la FIAC (Art contemporain). « Jamais un coup de dés n’abolira le hasard » (Mallarmé dixit).

dé

« Mushroom dice », GIlles Barbier, 2017. Photographie de Saghi Sam.

 

 

ÉVÈNEMENTIEL DU MOIS DE JUIN 2017

Chers amis,

18301837_10154297992387583_2997153184896469182_n

   Le jeudi 1er juin, de 16 heures à 22 heures, se tiendra le vernissage de la vente « Cent œuvres à cent euros ». Organisée par « Le cabinet des Curieux », nom qui évoque furieusement Balzac (cf. Le cabinet des antiques), l’opération vise à promouvoir des travaux généralement singuliers, tous vendus au même prix (prix qui est lui-même contenu dans le titre!). La vente se poursuivra par ailleurs jusqu’au 17.

  Pour s’y rendre: Cabinet des Curieux, 12 passage Verdeau, 75009 PARIS, Métro Grands Boulevards (ligne 3 ou 9). 06 13 74 78 92 cabinetdescurieux@gmail.com

35mdlp_prov-e3caa

  Le samedi 10 juin 2017, si tout va bien, je me rendrai à la 35ème édition du Marché de la Poésie, place Saint Sulpice (75007 PARIS, métro Saint Sulpice ou RER B station Luxembourg) en tant que simple touriste. Si vous souhaitez discuter, prendre un verre… Comme toujours 07 50 89 83 24. er10@hotmail.fr

4577

   Projeté dans le cadre d’ À la rencontre au cinéma l’Archipel le 8 novembre dernier, choisi deuxième meilleur court-métrage de l’année 2016 par Marc-Antoine Vaugeois, rédacteur à Format Court, montré en février dernier à New York dans le prestigieux bâtiment de l’Anthology Film Archives au cours du festival NewFilmMakers,

   Cantate/Macabre (réalisé par Stéphane Rizzi et co-écrit par votre serviteur) est aujourd’hui sélectionné au festival CÔTÉ COURT de Pantin.
Il y sera montré trois fois:
– Dimanche 11 juin à 21 h45 (ciné 104)
– Mercredi 14 juin à 20h15 (en présence du réalisateur)
– Vendredi 16 juin à 18h (ciné 104)
INFORMATIONS PRATIQUES:
FESTIVAL CÔTÉ COURT AU CINÉ 104
104 avenue Jean Lolive 93500 Pantin Métro : Église de Pantin (Ligne 5)
Bus : lignes 249, 170, 61
Station Vélib’ devant le Ciné 104
VOIR LE PLAN POUR VENIR

Entrée 1 séance :
• Plein tarif 5€
• Tarif réduit 3,50€

  HPIM2033

   Ancien producteur de musique (on lui doit Rapattitude, soit la première compilation de rap en France, en 1990), mais aussi chanteur, auteur, et réalisateur, Benny Malapa, enfant du XXème arrondissement, viendra interpréter des œuvres de Boby Lapointe notamment au cours de la fête de la musique, le mercredi 21 juin, à partir de 20 heures, et pour une bonne partie de la nuit. Rendez-vous donc à Culture Rapide, 103 rue Julien Lacroix, 75020 PARIS, métro Belleville.

 

18446796_989734754497217_6469252730291206225_n

   Jeudi 22 juin, à partir de 20H30, se tiendra l’habituel « Cénacle du Cygne », sous le patronage de Marc-Louis Questin, alias Lord Mandrake (comme toujours, à la Cantada II, 13 rue Moret, 75011 PARIS, métro Ménilmontant, ligne 2). Je viendrai y lire quelques poèmes, accompagnant ainsi les magiciens, danseuses et autres artistes lyriques habituellement présents!

meaux-17275_w600

 

     Organisé par mon ami Pascal Mora, auteur d’une œuvre riche dont j’ai déjà parlé sur le blog, le traditionnel Café Poésie se tiendra à la médiathèque de Meaux (Médiathèque Luxembourg, salle C. Beauchart, 2 rue Cornillon, 77100 MEAUX, 01 83 69 00 90), le samedi 24 juin à partir de 10H30. L’entrée est libre est chacun est amené à lire ses textes, s’il le désire. Là encore, si je parviens à contourner mes obligations professionnelles, je viendrai partager quelques fables de mon cru. N’hésitez pas à prendre contact, le cas échéant. Si j’y vais, ce sera par le Transilien, sachant que la salle n’est pas loin de la gare.

18157615-305244706556174-2780133801178300107-n

    Signalons enfin la parution, ces jours-ci, de la biographie consacrée à Ian Dury, personnage central de la scène rock, par mon ami Jean-François Jacq, plusieurs fois évoqué sur le blog, et dans les pages de Diérèse. Un livre qui s’adresse à tous les amateurs de pop, publié chez Ring, jeune et énergique maison. Je reproduis ci-dessous la description bio-bibliographique de la maison, ainsi que la vidéo de présentation. Signalons aussi la présence de Jean-François Jacq au Marché de la poésie le dimanche 11 juin de 14 heures à 19 heures, au stand des éditions Unicité, pour la dédicace de son livre Fragments d’un amour suprême (dont j’ai déjà parlé sur « Page paysage »).

Mon article sur « Fragments d’un amour suprême » (cliquer sur le lien)

   Un enfant de la rue. C’est ainsi que se définit Jean-François Jacq. Une enfance sans amour, en partie vécue dans le noir. Errance initiée dès l’âge de treize ans sur fond de viol, mort latente, internement psychiatrique par erreur, à quatorze ans ; de maladie rare : Guillain barré. Plusieurs mois de paralysie complète à la clé. S’en suivent de longues années à la rue, jusqu’à vingt-quatre ans. Puis le désir de se cultiver à outrance. Licence en Arts du spectacle, sans nul autre diplôme en poche. Premier récit autobiographique en 1998 : Heurt Limite (récit incantatoire). L’écriture prend alors irrémédiablement le dessus. À compter de 2012, il alterne biographies rock et récits autobiographiques. Cette même année, Le soleil noir du rock français : Olivier Caudron de Lili Drop à Olive, puis Hémorragie à l’errance (genèse). Nouvelle bio rock en 2014, Bijou : vie, mort et résurrection d’un groupe passion. En 2016, Fragments d’un amour suprême. Troisième volet autobiographique. Dans le sillage de son écriture, l’ombre d’Artaud, de Calaferte. En 2017, il signe chez Ring et livre une nouvelle biographie rock, Ian Dury : Sex & Drugs & Rock & Roll.    

 

ET BEL ÉTÉ À TOUS!!

« SEMAINE SAINTE »

A20224

  Dans Le dernier soupir du Maure, son autobiographie, Luis Buñuel évoque longuement son enfance à Saragosse, ainsi que sa rencontre avec Salvador Dali. À plusieurs reprises, le cinéastes parle également des processions de la semaine sainte, et de l’influence que cela devait avoir sur sa propre production. Chaque film, qu’il soit réalisé en France, au Mexique, ou dans son pays natal, contient effectivement un ou plusieurs roulements de tambour. Sombre, doloriste, peuplé de Christs tordus sur la croix et de squelettes enchâssés, le catholicisme espagnol ne pouvait, selon son propre aveu, que marquer l’esprit du jeune créateur. À titre privé, et bien que je ne l’aie jamais vue « en vrai », la marche solennelle des pénitents vêtus de San Benito m’a toujours frappé, comme une parfaite célébration de la mort, à l’instar de la corrida.

 

   … Notons que le rythme, au début de la vidéo, est le même que celui du générique, au début de Johnny s’en va-t-en guerre, film antimilitariste de l’Américain Dalton Trumbo (1905-1976), adapté de son propre roman (Johnny got his gun):

 

   Enfin, précisons, s’il le fallait, que ce blog est totalement laïc. Il ne s’agit ici que d’évoquer la culture d’un pays, et son influence.

BONNE ANNÉE 2017!

dionysos-1.jpg

Chers amis, bien chers lecteurs,

  • Tout d’abord, je vous souhaite bien évidemment une excellente année. Puisse celle-ci être placée sous le signe de Dionysos, dieu de l’ivresse, dieu adolescent cher à Nietzsche.
  • Ensuite, et pour en revenir au blog, j’essaierai de poser une sorte de bilan, et d’esquisser quelques perspectives. Je n’aurais évidemment pas l’outrecuidance de présenter ces informations comme étant capitale. « Page paysage » pourrait disparaître, que cela n’affecterait pas la bonne marche du progrès humain et n’aurait aucun impact sur le Monde. J’ai choisi de parler de poésie, de musique, pas de géopolitique ou de gestion des déchets nucléaires. L’important demeure de partager la culture, à mon modeste niveau.
  • En termes de chiffres et de dates: « Page paysage », qui prend la suite du précédent blog « Opéra fabuleux », créé sur Hautetfort, a été ouvert en septembre 2014. En 2015, j’enregistrai 6379 visites pour 94 articles publiés. En 2016, j’enregistre 8782 visites pour 88 articles publiés. Il y a donc bien une progression, certes modeste, mais réelle. Ces visiteurs viennent essentiellement de France et des pays francophones (Belgique, Québec, Maghreb), mais aussi d’Amérique et de Russie. Bien des lecteurs sont iraniens, et sont enregistrés, à leur corps défendant (car nous avons accès aux statistiques), sous la bannière étoilée. Internet étant censuré en Perse, les visites sont faites sous darkweb, avec de fausses adresses IP, et de toute manière WordPress n’a pas accès aux données électroniques du pays. Ceci explique cela.
  • Les articles les plus lus touchent à l’actualité. Mon bref hommage au poète François Laur, hélas disparu en septembre à l’âge de quatre-vingt un ans, aurait ainsi été vu plus de trois cents fois, quand telle critique de livre n’enregistre aucune « entrée ».
  • Les lecteurs attentifs auront constaté une interruption de quelques semaines. En effet, j’ai connu diverses avanies informatiques. De même, j’ai supprimé mon ancien profil Facebook pour en créer un nouveau. Là encore, une forme de processus a été interrompu, mais on est toujours là.
  • La « méthode » employée sera la même en 2017 qu’en 2016. Je veux dire que je continuerai à produire à peu près les mêmes rubriques, à publier des critiques de livres, de films, à annoncer des évènements, à parler des cimetières à rendre des hommages. Certains d’entre vous ont été surpris par le nouvelle série « Angst ». J’ai simplement décidé de publier une série de clichés bizarres, généralement trouvés sur le net, au hasard de la navigation. Il s’agit de capter des instants étranges, des situations décalées, etc. Je pense continuer un certain temps, mais de façon plus diffuse, plus rare. Ce blog est avant tout littéraire, et non photographique. Par ailleurs je resterai sur un rythme moyen de deux billets par semaine. Au-delà, les gens ne lisent plus. J’ai également trois livres à terminer. Programme chargé!
  • Pour tirer un bilan plus personnel, je dirai que 2016 fut doublement décevante et réjouissante, en termes d’écriture. J’ai eu le bonheur de mettre un pied dans le cinéma en collaborant au scénario de mon ami Stéphane Rizzi, dont le court-métrage a été diffusé à l’Archipel il y a peu. Une micro plaquette poétique est également parue aux éditions La Porte et j’ai poursuivi un activité fructueuse, sur le plan journalistique, tant à travers la revue Diérèse de Daniel Martinez qu’à travers le journal d’arrondissement L’Ami du vingtième. Cela étant, pour des raisons diverses et variées, l’essai consacré à Thierry Jonquet n’a pas vu le jour.
  • On se quitte avec un chant classique de l’Armée rouge. Cela devrait vous donner, à tous, de l’énergie. Très franchement, aucun lien avec la politique internationale actuelle ou avec le récent crash d’un avion dans la Mer Noire (ce même avion contenant tout un ensemble vocal russe). J’ai toujours adoré ce type de musique.
  • Le meilleur à tous, bis repetitat placent!

%d blogueurs aiment cette page :