PAGE PAYSAGE

Accueil » Musique

Category Archives: Musique

ÉVÈNEMENTIEL DU MOIS DE JUIN 2017

Chers amis,

18301837_10154297992387583_2997153184896469182_n

   Le jeudi 1er juin, de 16 heures à 22 heures, se tiendra le vernissage de la vente « Cent œuvres à cent euros ». Organisée par « Le cabinet des Curieux », nom qui évoque furieusement Balzac (cf. Le cabinet des antiques), l’opération vise à promouvoir des travaux généralement singuliers, tous vendus au même prix (prix qui est lui-même contenu dans le titre!). La vente se poursuivra par ailleurs jusqu’au 17.

  Pour s’y rendre: Cabinet des Curieux, 12 passage Verdeau, 75009 PARIS, Métro Grands Boulevards (ligne 3 ou 9). 06 13 74 78 92 cabinetdescurieux@gmail.com

35mdlp_prov-e3caa

  Le samedi 10 juin 2017, si tout va bien, je me rendrai à la 35ème édition du Marché de la Poésie, place Saint Sulpice (75007 PARIS, métro Saint Sulpice ou RER B station Luxembourg) en tant que simple touriste. Si vous souhaitez discuter, prendre un verre… Comme toujours 07 50 89 83 24. er10@hotmail.fr

4577

   Projeté dans le cadre d’ À la rencontre au cinéma l’Archipel le 8 novembre dernier, choisi deuxième meilleur court-métrage de l’année 2016 par Marc-Antoine Vaugeois, rédacteur à Format Court, montré en février dernier à New York dans le prestigieux bâtiment de l’Anthology Film Archives au cours du festival NewFilmMakers,

   Cantate/Macabre (réalisé par Stéphane Rizzi et co-écrit par votre serviteur) est aujourd’hui sélectionné au festival CÔTÉ COURT de Pantin.
Il y sera montré trois fois:
– Dimanche 11 juin à 21 h45 (ciné 104)
– Mercredi 14 juin à 20h15 (en présence du réalisateur)
– Vendredi 16 juin à 18h (ciné 104)
INFORMATIONS PRATIQUES:
FESTIVAL CÔTÉ COURT AU CINÉ 104
104 avenue Jean Lolive 93500 Pantin Métro : Église de Pantin (Ligne 5)
Bus : lignes 249, 170, 61
Station Vélib’ devant le Ciné 104
VOIR LE PLAN POUR VENIR

Entrée 1 séance :
• Plein tarif 5€
• Tarif réduit 3,50€

  HPIM2033

   Ancien producteur de musique (on lui doit Rapattitude, soit la première compilation de rap en France, en 1990), mais aussi chanteur, auteur, et réalisateur, Benny Malapa, enfant du XXème arrondissement, viendra interpréter des œuvres de Boby Lapointe notamment au cours de la fête de la musique, le mercredi 21 juin, à partir de 20 heures, et pour une bonne partie de la nuit. Rendez-vous donc à Culture Rapide, 103 rue Julien Lacroix, 75020 PARIS, métro Belleville.

 

18446796_989734754497217_6469252730291206225_n

   Jeudi 22 juin, à partir de 20H30, se tiendra l’habituel « Cénacle du Cygne », sous le patronage de Marc-Louis Questin, alias Lord Mandrake (comme toujours, à la Cantada II, 13 rue Moret, 75011 PARIS, métro Ménilmontant, ligne 2). Je viendrai y lire quelques poèmes, accompagnant ainsi les magiciens, danseuses et autres artistes lyriques habituellement présents!

meaux-17275_w600

 

     Organisé par mon ami Pascal Mora, auteur d’une œuvre riche dont j’ai déjà parlé sur le blog, le traditionnel Café Poésie se tiendra à la médiathèque de Meaux (Médiathèque Luxembourg, salle C. Beauchart, 2 rue Cornillon, 77100 MEAUX, 01 83 69 00 90), le samedi 24 juin à partir de 10H30. L’entrée est libre est chacun est amené à lire ses textes, s’il le désire. Là encore, si je parviens à contourner mes obligations professionnelles, je viendrai partager quelques fables de mon cru. N’hésitez pas à prendre contact, le cas échéant. Si j’y vais, ce sera par le Transilien, sachant que la salle n’est pas loin de la gare.

18157615-305244706556174-2780133801178300107-n

    Signalons enfin la parution, ces jours-ci, de la biographie consacrée à Ian Dury, personnage central de la scène rock, par mon ami Jean-François Jacq, plusieurs fois évoqué sur le blog, et dans les pages de Diérèse. Un livre qui s’adresse à tous les amateurs de pop, publié chez Ring, jeune et énergique maison. Je reproduis ci-dessous la description bio-bibliographique de la maison, ainsi que la vidéo de présentation. Signalons aussi la présence de Jean-François Jacq au Marché de la poésie le dimanche 11 juin de 14 heures à 19 heures, au stand des éditions Unicité, pour la dédicace de son livre Fragments d’un amour suprême (dont j’ai déjà parlé sur « Page paysage »).

Mon article sur « Fragments d’un amour suprême » (cliquer sur le lien)

   Un enfant de la rue. C’est ainsi que se définit Jean-François Jacq. Une enfance sans amour, en partie vécue dans le noir. Errance initiée dès l’âge de treize ans sur fond de viol, mort latente, internement psychiatrique par erreur, à quatorze ans ; de maladie rare : Guillain barré. Plusieurs mois de paralysie complète à la clé. S’en suivent de longues années à la rue, jusqu’à vingt-quatre ans. Puis le désir de se cultiver à outrance. Licence en Arts du spectacle, sans nul autre diplôme en poche. Premier récit autobiographique en 1998 : Heurt Limite (récit incantatoire). L’écriture prend alors irrémédiablement le dessus. À compter de 2012, il alterne biographies rock et récits autobiographiques. Cette même année, Le soleil noir du rock français : Olivier Caudron de Lili Drop à Olive, puis Hémorragie à l’errance (genèse). Nouvelle bio rock en 2014, Bijou : vie, mort et résurrection d’un groupe passion. En 2016, Fragments d’un amour suprême. Troisième volet autobiographique. Dans le sillage de son écriture, l’ombre d’Artaud, de Calaferte. En 2017, il signe chez Ring et livre une nouvelle biographie rock, Ian Dury : Sex & Drugs & Rock & Roll.    

 

ET BEL ÉTÉ À TOUS!!

« SEMAINE SAINTE »

A20224

  Dans Le dernier soupir du Maure, son autobiographie, Luis Buñuel évoque longuement son enfance à Saragosse, ainsi que sa rencontre avec Salvador Dali. À plusieurs reprises, le cinéastes parle également des processions de la semaine sainte, et de l’influence que cela devait avoir sur sa propre production. Chaque film, qu’il soit réalisé en France, au Mexique, ou dans son pays natal, contient effectivement un ou plusieurs roulements de tambour. Sombre, doloriste, peuplé de Christs tordus sur la croix et de squelettes enchâssés, le catholicisme espagnol ne pouvait, selon son propre aveu, que marquer l’esprit du jeune créateur. À titre privé, et bien que je ne l’aie jamais vue « en vrai », la marche solennelle des pénitents vêtus de San Benito m’a toujours frappé, comme une parfaite célébration de la mort, à l’instar de la corrida.

 

   … Notons que le rythme, au début de la vidéo, est le même que celui du générique, au début de Johnny s’en va-t-en guerre, film antimilitariste de l’Américain Dalton Trumbo (1905-1976), adapté de son propre roman (Johnny got his gun):

 

   Enfin, précisons, s’il le fallait, que ce blog est totalement laïc. Il ne s’agit ici que d’évoquer la culture d’un pays, et son influence.

BONNE ANNÉE 2017!

dionysos-1.jpg

Chers amis, bien chers lecteurs,

  • Tout d’abord, je vous souhaite bien évidemment une excellente année. Puisse celle-ci être placée sous le signe de Dionysos, dieu de l’ivresse, dieu adolescent cher à Nietzsche.
  • Ensuite, et pour en revenir au blog, j’essaierai de poser une sorte de bilan, et d’esquisser quelques perspectives. Je n’aurais évidemment pas l’outrecuidance de présenter ces informations comme étant capitale. « Page paysage » pourrait disparaître, que cela n’affecterait pas la bonne marche du progrès humain et n’aurait aucun impact sur le Monde. J’ai choisi de parler de poésie, de musique, pas de géopolitique ou de gestion des déchets nucléaires. L’important demeure de partager la culture, à mon modeste niveau.
  • En termes de chiffres et de dates: « Page paysage », qui prend la suite du précédent blog « Opéra fabuleux », créé sur Hautetfort, a été ouvert en septembre 2014. En 2015, j’enregistrai 6379 visites pour 94 articles publiés. En 2016, j’enregistre 8782 visites pour 88 articles publiés. Il y a donc bien une progression, certes modeste, mais réelle. Ces visiteurs viennent essentiellement de France et des pays francophones (Belgique, Québec, Maghreb), mais aussi d’Amérique et de Russie. Bien des lecteurs sont iraniens, et sont enregistrés, à leur corps défendant (car nous avons accès aux statistiques), sous la bannière étoilée. Internet étant censuré en Perse, les visites sont faites sous darkweb, avec de fausses adresses IP, et de toute manière WordPress n’a pas accès aux données électroniques du pays. Ceci explique cela.
  • Les articles les plus lus touchent à l’actualité. Mon bref hommage au poète François Laur, hélas disparu en septembre à l’âge de quatre-vingt un ans, aurait ainsi été vu plus de trois cents fois, quand telle critique de livre n’enregistre aucune « entrée ».
  • Les lecteurs attentifs auront constaté une interruption de quelques semaines. En effet, j’ai connu diverses avanies informatiques. De même, j’ai supprimé mon ancien profil Facebook pour en créer un nouveau. Là encore, une forme de processus a été interrompu, mais on est toujours là.
  • La « méthode » employée sera la même en 2017 qu’en 2016. Je veux dire que je continuerai à produire à peu près les mêmes rubriques, à publier des critiques de livres, de films, à annoncer des évènements, à parler des cimetières à rendre des hommages. Certains d’entre vous ont été surpris par le nouvelle série « Angst ». J’ai simplement décidé de publier une série de clichés bizarres, généralement trouvés sur le net, au hasard de la navigation. Il s’agit de capter des instants étranges, des situations décalées, etc. Je pense continuer un certain temps, mais de façon plus diffuse, plus rare. Ce blog est avant tout littéraire, et non photographique. Par ailleurs je resterai sur un rythme moyen de deux billets par semaine. Au-delà, les gens ne lisent plus. J’ai également trois livres à terminer. Programme chargé!
  • Pour tirer un bilan plus personnel, je dirai que 2016 fut doublement décevante et réjouissante, en termes d’écriture. J’ai eu le bonheur de mettre un pied dans le cinéma en collaborant au scénario de mon ami Stéphane Rizzi, dont le court-métrage a été diffusé à l’Archipel il y a peu. Une micro plaquette poétique est également parue aux éditions La Porte et j’ai poursuivi un activité fructueuse, sur le plan journalistique, tant à travers la revue Diérèse de Daniel Martinez qu’à travers le journal d’arrondissement L’Ami du vingtième. Cela étant, pour des raisons diverses et variées, l’essai consacré à Thierry Jonquet n’a pas vu le jour.
  • On se quitte avec un chant classique de l’Armée rouge. Cela devrait vous donner, à tous, de l’énergie. Très franchement, aucun lien avec la politique internationale actuelle ou avec le récent crash d’un avion dans la Mer Noire (ce même avion contenant tout un ensemble vocal russe). J’ai toujours adoré ce type de musique.
  • Le meilleur à tous, bis repetitat placent!

MINISTRY

ÉVÉNEMENTIEL DE NOVEMBRE 2016

cantate

Chers amis,

  Comme précédemment indiqué, Cantate/macabre, le moyen-métrage de Stéphane Rizzi, auquel j’ai collaboré, sera projeté le mardi 8 novembre au cinéma l’Archipel (17 boulevard de Strasbourg, 75010 PARIS, métro Strasbourg-Saint Denis), dans le cadre de la programmation « A la rencontre », organisée par Marc-Antoine Vaugeois et Damien Trucho. Sera également projeté, à cette occasion, La disparition du chorégraphe, un film d’Anne Colson. L’entrée n’est pas libre, mais le prix devrait être modique.

Site du cinéma « L’Archipel » (cliquer sur le lien)

 autre-livre

  Comme chaque année, le Salon de l’Autre livre, organisé espace des Blancs-Manteaux dans le Marais (48 rue Vieille du Temple, 75004 PARIS, métro « Hôtel de Ville », ligne 1), accueillera du 11 au 13 novembre des éditeurs et des auteurs indépendants, pour que vivent aussi les petites maisons. J’y serai moi-même présent en tant que simple visiteur. Vous pouvez m’appeler ou me contacter par mail, évidemment (07 50 89 83 24, er10@hotmail.fr)

 L’Association L’Autre Livre vous offre, du 11 au 13 novembre 2016, la possibilité de découvrir plus de 2000 livres, qui font rarement les têtes de gondole, quelque 400 auteurs de 160 maisons d’édition dont de nombreux éditeurs de province, mais aussi belges, suisses ou canadiens.

 Le salon de l’Autre Livre, devenu depuis quelques années « le salon international de l’édition indépendante », est aussi l’un des rendez-vous incontournables d’échanges entre les éditeurs indépendants : sur leur situation, celle du livre, de la lecture et de la marchandisation des biens culturels.

 Notre salon se présente pour les éditeurs comme un lieu stratégique pour défendre nos maisons indépendantes, une opportunité en raison du faible coût de participation aux frais et une réelle possibilité de conquérir des lecteurs.

  TOUS LES RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES SE TROUVENT SUR LE SITE MÊME DE L’ASSOCIATION:

Site du salon « L’autre livre » (cliquer sur le lien)

 

14910405_709723492527369_774857311192838227_n1

  En collaboration avec « L’œil de la femme à barbe », la jeune peintre coloriste Isa Sator exposera ses toiles, librement inspirées des Mille et une nuits, à partir du 15 novembre dans la salle de réception du restaurant « La Table fleurie » (103 rue de Paris, 93100 MONTREUIL, métro Robespierre ou Croix de Chavaux, ligne 9). Les informations complémentaires figurent sur le carton ci-dessus.

Site de l’artiste Isa Sator (cliquer sur le lien)

banquet-houellebecquien

houellebecq-a-table

   Le mercredi 16 novembre, à 20 heures, se tiendra le premier banquet houellebecquien, autour du livre de Jean-Marc Quaranta que nous avons déjà évoqué ici. La conférence, qui sera accompagnée d’un repas, se tiendra au restaurant « La Bellevilloise » (19-21 rue Boyer, 75020 PARIS, métro Ménilmontant ou Gambetta, ligne 2 ou 3). Il est préférable de réserver  par téléphone au 01 46 36 07 07 ou par mail resa@labellevilloise.com. Les tarifs pratiqués sont raisonnables. Si vous venez, me contacter (er10@hotmail.fr, 07 50 89 83 24). Ci-dessous le descriptif de l’évènement en question, trouvé sur la page Facebook:

  Conférence-lecture, repas, animé par Jean-Marc Quaranta auteur de Houellebecq aux fourneaux (éditions Plein Jour) avec les lectures de Noam Morgensztern, de la Comédie française.

   Infos pratiques : Mercredi 16 novembre à 20h dans la Halle aux Oliviers de la Bellevilloise. Réservation par téléphone au 01 46 36 07 07 ou par mail resa@labellevilloise.com
Détails du menu : http://www.labellevilloise.com/2016/11/banquet-houellebecquien/

   Un événement proposé par Lauren Malka à la Bellevilloise, dans le cadre du Festival « Paris en toutes lettres », en partenariat avec Toutelaculture.com

   Et si pour comprendre l’écrivain français le plus lu dans le monde il fallait passer par la cuisine ? Jean-Marc Quaranta a suivi le fil culinaire des six romans de Houellebecq, pour mieux saisir l’œuvre et l’auteur. Au cours de ce repas houellebecquien l’assiette des personnages (pas toujours bien dans la leur) devient celle du lecteur. Un moment de partage entre réalité et fiction où on verra que « manger Houellebecq » n’a en rien les attributs de la malbouffe à laquelle on associe, généralement et à tort, l’auteur de La Carte et le territoire.

sentieys

   Le mercredi 23 novembre, à partir de 18h30, le ténor Roberto Sentieys, accompagné au piano par Marc-Sola Pages, viendra lire des textes de Colette sur une musique de Fauré, Satie, Chausson… sur l’Île Saint-Louis (métro Pont-Marie ou Saint-Paul), magnifique lieu parisien où vécurent notamment Charles Baudelaire et Robert Bresson. Le prix d’entrée est de 15 euros (10 euros pour les étudiants et les demandeurs d’emploi). Il est naturellement préférable de réserver. Notons au passage que le théâtre Paul Rey, l’un des plus petits de Paris, est à la fois élégant, intime est plaisant, ce qui joue naturellement sur la qualité d’écoute.

Site du Théâtre Paul Rey (cliquer sur le lien)

litterature-erotique

  Le samedi 26 novembre, de 15h à 21h, se tiendra le premier Salon de la littérature érotique, organisé par l’atelier « Les écrits polissons », au 4 rue Roger Verlomme (75003 PARIS, métro Bastille, Bréguet-Sabin ou Saint-Paul). Un petit descriptif, ci-dessous, une petite mise en bouche, si j’ose dire:

► Le salon de la littérature érotique… ◄
…vous ouvre ses portes samedi 26 novembre !

Alors « salon », « salon », certes, mais ne vous attendez pas à rester bien au chaud dans un fauteuil au coin du feu que le temps passe…

Ce salon se veut vivant et participatif, bouillonnant, décalé, surprenant et bienveillant… bref, en un mot comme en mille : polisson.

► Au menu ◄

– des défis d’écriture érotique à chaque stand auteur (avec des cadeaux à la clé), ventes + dédicaces
– un coin lecture érotique pour les petits rats de bibliothèque
– des surprises tout au long de l’événement
– un espace conférence :

La littérature érotique à l’heure du digital
C’est quoi le sexe ?…. C’est quoi l’amour ?
Comment écrire une (bonne) histoire de cul ?
Ecrire du cul, est-ce que cela peut être un geste militant ?

Sur place, pour ne pas rester l’estomac vide, un traiteur foodtruck vous propsera différentes petites choses à grignoter, accompagné de la Bière la Fessée.

Adresse : L’espace éphémère du Marais
4 rue Roger Verlomme Paris 3ème

Entrée : 5€ (à régler sur place / conso non comprises).

► Les auteurs invités◄

Arthur Vernon « L’amour, la vie et le sexe », « Comment je me suis tapé Paris » (Tabou éditions)

B.Sensory histoires érotiques connectées à un sex-toy (le little bird)

Daniel Nguyen auteur de nouvelles dans la collection « Osez 20 histoires de sexe… » (La Musardine)

Eva Delambre auteur de « Devenir Sienne », « L’esclave », « L’Eveil de l’Ange », « L’envol de l’Ange » (Tabou éditions)

Eve DeCandaulie auteur de « Mon mari est un homme formidable » (La Musardine), « Infidélité promise » (Tabou éditions)

Julia Palombe rockeuse et écrivaine, auteur de « Au lit citoyens ! » (ed. Hugo et Cie)

Julie-Anne De Sée « 10 Bonbons à l’amante » (Tabou) « La pâle heure sombre de la chair » (Broché)

Marion Favry coach en écriture, organisatrice des Dinécritures et auteur de « S’occuper en t’attendant » (La Musardine).

Octavie Delvaux auteur de « Sex in the Kitchen » et « Sex in the TV » (La Musardine)

Philippe Lecaplain journaliste RFI, « Ces Dames de l’Annonce » (Tabou éditions)

Stella Tanagra auteur de « Sexe Cité » (IS éditions)

► Nos chers partenaires ◄

Tabou éditions, Maison Close Lingerie, Blablablog, Cherry Gallery Agency, Alex Varenne, La Musardine, Les écrits polissons, Union Magazine, Karim Haidar

14938239_1459607650721412_2190039103229570042_n
  Le jeudi 24, comme chaque mois, se tiendra le « Cénacle du Cygne », à La Cantada II, soirée ludique mêlant danse, poésie, chant, performances diverses, cinéma… Le tout organisé par Marc-Louis Questin, alias « Lord Mandrake ». J’y serai moi-même et y lirai quelques fables (à partir de 20 heures).

obertone

  Le lundi 28 novembre, à 20 heures, Laurent Obertone viendra nous parler de Guérilla. Polémique, le roman, qui a suscité une levée de boucliers, pose de vraies questions. Nous ne sommes certes pas obligés d’accepter les réponses d’Obertone. Encore faut-il être capable de les entendre, en commençant par lire le livre. Rappelons également que la liberté littéraire n’est pas négociable, surtout dans le domaine de la fiction, et que la censure, voire aujourd’hui l’autocensure, ne font avancer ni le débat, ni la création, ni la société. Nous en reparlerons très prochainement dans un nouveau billet. Organisée par le Cercle Aristote de Pierre-Yves Rougeyron, la rencontre aura lieu au restaurant « François Coppée » (1 boulevard de Montparnasse, 75014 PARIS, métro Falguière/Duroc). L’entrée de la conférence est généralement de 5 euros. Il est également préférable de réserver: revue.libres@gmail.com.

Site du « Cercle Aristote » (cliquer sur le lien)

leaaud

  Voilà. Quittons nous avec cette image de méchante qualité, mais émouvante. Accompagné du réalisateur Albert Serra, Jean-Pierre Léaud est venu nous présenter brièvement le film dans lequel il joue, La mort de Louis XIV, jeudi dernier au MKII Quai de Seine. Et bonne semaine à tous!

ÉVÈNEMENTIEL DU MOIS DE SEPTEMBRE 2016

   C’est la rentrée, chers lecteurs! Ayant marqué une pause estivale toute relative en juillet-août, j’en reviens aujourd’hui, en ce premier jour de septembre, aux fondamentaux du blog, en annonçant quelques évènements à venir. Le mois va être riche!

urban sax

  Le vendredi 9 septembre, à partir de 18 heures, notre ami Marc-Louis Questin dédicacera son ouvrage consacré au groupe mythique « Urban sax ». Le livre, qui est paru chez Unicité, est accompagné d’un CD, et coûte 22 euros. Rendez-vous nous est donné au Centre Culturel Peugeot, 62 avenue de la Grande Armée, 75017 PARIS (métro « Porte Maillot », ligne 1). Je ne pourrai hélas être présent, pour des raisons professionnelles, mais le livre m’intéresse (la dédicace, que j’ai d’ailleurs déjà annoncée, a été décalée à cette date pour raisons techniques). Ci-dessous une petite présentation de l’ouvrage en question:

   Ce livre est le premier ouvrage consacré à la dimension esthétique, philosophique et poétique du groupe mythique Urban Sax. L’écriture profondément baroque de Marc-Louis Questin s’inscrit dans une longue tradition de récits jouant sur plusieurs niveaux de sens à la manière des poupées russes du romancier cubain José Lezama Lima. Le théâtre des sons mis en forme par les compositions étincelantes de Gilbert Artman redéfinit la relation de l’être humain à l’univers, à la musique tourbillonnante des sphères. L’esprit de chaque lieu investi s’imprègne ainsi du sceau de ces étranges symphonies ludiques et voluptueuses, répétitives et solennelles. Ethnologie, architecture, scénographie et musicologie se font écho entre les pages de cette étude originale. Le jeu des sons mène à l’éveil, à une sereine lucidité, à une vision renouvelée et transfiguratrice du monde.

   Urban Sax demeure une référence majeure en matière de musique vivante et performante, en incessant mouvement de dérive urbaine et de psycho-géographie. Ce pertinent essai montre la puissance, la beauté et la singularité de cette musique incomparable et inclassable. Il y est aussi question d’une méditation intense sur le pouvoir subtil des sons, le silence et le vide, l’espace et l’infini, la présence à soi-même et l’éternel retour.

   Écrivain, peintre, magnétiseur et comédien, Marc-Louis Questin dirige les Éditions Éleusis spécialisées dans la littérature fantastique. Fondateur du Cercle Dionysos et de la revue gothique La Salamandre, passionné de danse japonaise Butô, d’expressionnisme allemand, d’illusionnisme et de cinéma expérimental, il participe à différents projets de groupes tels que Barbarossa Umtrunk, Electric Press Kit, Heavenly Creatures, The Cemetary Girlz.

   Marc-Louis Questin aka Lord Mandrake anime régulièrement les soirées du Cénacle du Cygne au cabaret parisien La Cantada.

    Le lendemain soir, soit le samedi 10 septembre, nous pourrons cette fois écouter l’immortel auteur des Versets sataniques, Salman Rushdie, et son acolyte Wadji Mouawad, au théâtre de la Colline (15 rue Malte Brun, 75020 PARIS, métro Gambetta, ligne 3).

salman

  Je joins ci-dessous la présentation postée sur le site du théâtre, et qui est très complète:

   À l’occasion de la sortie en France du roman « Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits », les éditions Actes Sud et La Colline organisent une rencontre entre les auteurs Salman Rushdie et Wajdi Mouawad le samedi 10 septembre à 20h30.
Trois adolescents seront invités à monter sur le plateau pour cet entretien.

entrée libre, réservation indispensable
au 01 44 62 52 00 ou à contactez-nous@colline.fr

 

meaux

      Le samedi 10 septembre, les activités du Café-Poésie de Meaux reprendront également, comme me l’indique l’ami Pascal Mora, auteur du superbe recueil Paroles des forêts, évoqué sur le blog. Si vous habitez en Seine-et-Marne et que vous souhaitez lire des textes, participer à l’aventure… Ci-dessous le descriptif que m’a laissé Pascal:

Le Café-Poésie de Meaux reprend ses activités en septembre.

Durant la saison 2016 /2017 ,  nous prévoyons d’inviter des éditeurs, auteurs,

ateliers d’écriture, lycéens, musiciens…

Il est ouvert à toute forme poétique. Lecture, chant ou représentation

de 10 minutes environ pour chaque lecteur , acteur ou chanteur. Bien

sûr, il est possible d’assister à la rencontre en tant qu’auditeur uniquement. Entrée

libre et gratuite. L’adhésion à l’association et la participation à

l’organisation des rencontres sont bienvenues.

Les rencontres du Café-Poésie auront lieu à la Médiathèque du Luxembourg

1er étage/ dans la salle bulle au niveau de l’espace jeunesse.

Dates pour 2016 :

– Samedi 10 septembre    10h30/12h30

– Samedi 22 octobre       10h30/12h30

– Samedi 19 novembre   10h30/12h30

– Samedi 17 décembre  10h30 /12h30

Pour toute information, contacter Pascal Mora

pmora1262@gmail.com

AVT_Eric-Dubois_4120

  Le dimanche 11 septembre, à 15 heures, le poète Eric Dubois, dont j’ai déjà parlé sur « Page Paysage », fera une lecture du recueil Chaque pas est une séquence (éditions Unicité), au Cabinet de Curiosités, 41 bis rue Vandrezanne, près de la Butte aux Cailles (Paris 13, métro Tolbiac) dans le cadre du festival « 0+0 ».

Descriptif complet du festival « 0+0 » (cliquer sur le lien)

jauffret

   Le samedi 17 septembre, Régis Jauffret, que j’apprécie, dédicacera son nouveau roman à la librairie « Les Cahiers de Colette » (23 rue Rambuteau, 75004 PARIS, métro Rambuteau ligne 11), à partir de 18 heures. Ci-dessous un bref résumé du livre, que je suis en train de lire, d’ailleurs:

   Noémie est une artiste-peintre de vingt-quatre ans. Elle vient de rompre avec un architecte de près de trente ans son aîné avec lequel elle a eu une liaison de quelques mois. Le roman débute par une lettre adressée par Noémie à la mère de cet homme : elle s’y excuse d’avoir rompu. Une correspondance s’amorce alors et s’affermit entre les deux femmes, qui finissent par nouer des liens diaboliques et projeter de se débarrasser du fils et ex-amant. Elles imaginent même de le dévorer cuit à la broche au cours d’un infernal banquet. En réalité, ce roman parle d’amour. Les deux femmes sont des amoureuses passionnées. La vieille dame a appelé son fils du nom du seul homme qu’elle ait jamais aimé, et qui est mort accidentellement avant leur mariage. Noémie, elle, est une « collectionneuse d’histoires d’amour », toujours à la recherche de l’idéal. Au fil des lettres que, de son côté, il échange avec les deux protagonistes, le fils et ex-fiancé exprime toute la passion qu’il éprouve toujours pour Noémie. Un roman d’amour épistolaire, donc, dans la plus belle tradition du genre.

elka

  Le mercredi 21 septembre, à partir de 18 heures à 20 heures 30, la jeune Elka Léonard, dont j’ai déjà parlée sur le blog, et dont les peintures mêlent érotisme et humour, participera à un vernissage collectif à la galerie Mona Lisa (32 rue de Varenne, 75007 PARIS, métro Rue du Bac, ligne 12). Je ne pourrai être présent au vernissage en question mais visiterai de toute façon l’exposition ultérieurement.

Pour consulter le site d’Elka Leonard (cliquer sur le lien): https://www.artactif.com/elka#.V8fiPKKbcU0

jacq

  Le jeudi 22 septembre à 19h30, à la Lucarne des écrivains, notre ami Jean-François Jacq présentera Fragments d’un amour suprême, autobiographie poignante dont je parlerai dans le prochain numéro de la revue Diérèse. La librairie, où j’ai fait plusieurs lectures, se trouve au 115 rue de l’Ourcq, 75019 PARIS, métro Crimée (ligne 7). L’auteur Michel-Olivier Dury parlera lui de La Vie comme ça. Ci-dessous le descriptif de la soirée, sur le site de l’établissement.

Une soirée avec Jean-François Jacq pour Fragments d’un amour suprême et Michel-Olivier Dury pour La Vie comme ça.

Fragments d’un amour suprême
Deux hommes de milieux très différents, mais chacun avec des cassures, se rencontrent et s’aiment jusqu’à ce que la mort les sépare. Jean-François Jacq, tout en nous faisant part de ses émotions avec justesse, nous amène à une profondeur d’analyse que porte une écriture qui ne lâche rien à la facilité mais au contraire nous interroge. Un récit autobiographique que l’auteur parvient à nous faire partager avec son humanité.
 
La Vie comme ça
Avec cet ouvrage, Michel-Olivier Dury nous invite à lire deux histoires, tout d’abord celle d’un homme dans le milieu du travail de la fonction publique. L’emprise de ses supérieurs hiérarchiques qui frisent le ridicule l’amène à éprouver des états d’âme qui, paradoxalement, vont lui ouvrir la porte des souvenirs et de l’inspiration pour former en parallèle un second récit, celui de sa jeunesse. Alors, au gré des entrées et sorties de ses chefs, l’auteur revoit ou réinvente son enfance et son adolescence émaillées d’aventures, de sentiments, d’expériences amoureuses homosexuelles tout en retenue. Il y a beaucoup de drôlerie et de tendresse mélangée dans ce livre qui amènera le lecteur à se revoir lui-même dans sa propre enfance ou jeunesse.
IMG_1832

Marc-Louis Questin lisant les textes de Prisca Poiraudeau au Cénacle du Cygne (photographie personnelle)

  Le jeudi 22 septembre, enfin, se tiendra le fameux Cénacle du Cygne, dont je ne rate presque aucune édition, et où je vendrai moi-même mon propre petit recueil, Le Bestiaire. Comme toujours Lord Mandrake, alias Marc-Louis Questin, auteur de l’essai mentionné plus haut, fait bien les choses, invitant poètes, chanteurs, danseurs, plasticiens et cinéastes pour des soirées à la fois variées et riches, surprenantes. Comme toujours rendez-vous nous est donnée à la cave du bar « La Cantada II », 13 rue Moret, 75011 PARIS (métro Ménilmontant, ligne 3). Venez nombreux!

  Et bon courage pour la rentrée!

cassandra hans

La belle danseuse Cassandra Hans en pleine action.

ÉVÈNEMENTIEL DU MOIS DE JUIN

Chères lectrices, chers lecteurs,

  Je suis moins intervenu sur le blog en juin. Outre ma recherche inlassable autour du surréalisme, j’ai énormément lu, à la fois une monumentale biographie de Staline, par Simon Sebag Montefiore, et plusieurs romans proposés par des camarades d’écriture, et, disons-le, des amis.

  Je reviens donc, en ce 2 juin pour le moins pluvieux, en espérant que la Seine ne déborde pas, pour vous signaler divers évènements à Paris et en proche banlieue:

110733372

  Tout d’abord, je participerai, en tant que spectateur et amateur, au 34ème marché de la poésie, qui se tiendra comme indiqué ci-dessus place Saint-Sulpice, dans le sixième arrondissement de Paris. Vous pouvez me retrouver si vous le souhaiter, pour prendre un verre, ou dialoguer, le 12 juin dans l’après-midi. Mon mail: er10@hotmail.fr, 07 50 89 83 24. Cette année, le Mexique est à l’honneur.

ob_0350a4_adeuxvoix

    Je relaie également l’information donnée par ma collègue danseuse et auteure Marie-Dominique Xerri, fondatrice et présidente de l’association montreuilloise « Les Kryptonniques ». Comme indiqué ci-dessus, un spectacle sera représenté les 11 et 18 juin dans le vingtième arrondissement de Paris.

13151497_766200453517316_6084172514962901761_n

  Le jeudi 23 juin, à la Cantada II (11 rue Moret, Paris 10, métro Ménilmontant), à partir de 20h30, se tiendra le traditionnel et mensuel « Cénacle du Cygne », scène libre où interviendront poètes, musiciens, danseurs, chanteurs, acteurs et artistes en tous genre. L’entrée est libre, et l’animateur n’est autre que Marc-Louis Questin, auteur d’une biographie du groupe de musique progressiste « Urban Sax » (cf. en bas de l’article).

cinema-le-trianon-romainville

   Le dimanche 26 juin, à midi, Cantate/Macabre, le court-métrage de mon ex-collègue et ami Stéphane Rizzi, sera projeté au « Trianon » de Romainville, l’un des plus vieux cinémas du Monde, où fut tournée la célèbre présentation de la « Dernière séance, avec Eddy Mitchell. Je suis crédité au générique, en tant que dialoguiste, ce qui évidemment me ravit. Figurent également parmi les actrices les comédiennes Agnès Berthon et Élise Lhomeau, qui joue également dans le magnifique Holy motors de Léos Carax. Sera également projeté Astres errants de Valérie Bert.

  Cinéma « Le Trianon », place Carnot, 93230 ROMAINVILLE (depuis Paris, prendre la ligne 11 du métro, ou la ligne de tramway 3b direction « Porte de la Chapelle » et s’arrêter à la station « Mairie des Lilas ». Prendre ensuite le bus 105 direction « Mairie des Pavillons-sous-Bois » et s’arrêter à la station « Carnot »).

Site internet du cinéma « Le Trianon » (cliquer sur le lien)

Urban-Sax2LESITE-450x450

  Signalons également la dédicace du livre Urban sax, les musiciens de l’Infini (éditions Unicité), au Centre culturel Christiane Peugeot (62 Avenue De La Grande Armee 75017 Paris, métro Porte Maillot), le mercredi 29 juin de 18 heures à 21 heures.

14-14

  … Enfin, dans un autre style, le prix « Les Incorruptibles », décerné par de jeunes lecteurs, a été attribué au roman historique 14-14, qui évoque la Grande Guerre, et qui est co-écrit par Silène Edgar et Paul Béorn. Bravo à eux pour le prix, et plus encore pour ce récit de qualité, dont les plus motivés retrouveront la présentation ici.

Présentation du roman « 14-14 » sur le site des éditions Castelmore (cliquer sur le lien)

  Voilà. On se quitte en musique:

%d blogueurs aiment cette page :