PAGE PAYSAGE

Accueil » Artaud Antonin » Mordillat Gérard

Category Archives: Mordillat Gérard

« EN COMPAGNIE D’ANTONIN ARTAUD » le 23 janvier à la Halle Saint-Pierre

Chers lecteurs de Paris ou d’ailleurs,

   En compagnie d’Antonin Artaud sera projeté le samedi 23 janvier à 15h30 à l’auditorium de la Halle Saint Pierre (2 rue Ronsard, 75018 PARIS, métro Anvers ou Abbesses), au pied de Montmartre. L’entrée est libre, mais il est conseillé de réserver (01-42-58-72-89).

450px-Musée_Halle_Saint_Pierre

  Je ne pourrai hélas être présent, pour des raisons d’ordre professionnel. Néanmoins, je recommande chaudement le film à tous les amateurs d’Artaud, de Gérard Mordillat (le réalisateur), ou encore de Sami Frey, qui incarne le poète avec talent. Peu de biopics, hélas, reproduisent avec autant de vérité la vie d’un écrivain. Le scénario est tiré du journal d’un autre maudit, Jacques Prevel (1915-1951), compagnon d’Artaud sur la fin, après que l’auteur du Théâtre et son double ait quitté l’asile psychiatrique de Rodez, où le soignait le docteur Gaston Ferdière, résistant, intellectuel, et qu’on voit apparaître face à Bukowski, lors d’un célèbre épisode d’Apostrophes au cours duquel Bernard Pivot semble totalement dépassé par les évènements. Dans ses cahiers, Prevel a décrit ses longues balades avec Artaud à Ivry et dans la capitale, la façon dont il lui procurait du laudanum. Lui-même pauvre, tuberculeux, l’homme devait mourir jeune, laissant derrière lui des écrits aujourd’hui oubliés, parmi lesquels ces quelques vers, inscrits sur sa tombe à Bolbec, en guise d’épitaphe:

Et je suis las de cette brume qui s’efface

Je suis fatigué de cette misère

Et j’imagine un amour où je pourrais vivre sans pleurer

J’imagine un pays où je pourrai mourir sans regret.

prevel-journal

   Tourné en 1993, en noir et blanc avec fort peu de moyens, le film s’attache donc aux derniers mois de la vie d’Artaud, avant sa disparition en 1948. De nombreuses images sont brouillées, comme pour reproduire la folie qui rongeait le créateur, tour à tour bon, cruel, et surtout incandescent. Jérôme Prieur, qui a co-réalisé le long-métrage, sera présent. Pour les personnes ne vivant pas dans la capitale, ou ne pouvant tout simplement se déplacer, une version est disponible en ligne, sur YouTube:

 

 

%d blogueurs aiment cette page :