PAGE PAYSAGE

Accueil » Rabelais François

Archives de Catégorie: Rabelais François

Publicités

« CHATS DE MARS », FRANÇOIS RABELAIS, « QUART-LIVRE », 1552 (hommage à Julien Boutreux à sa dive revue)

Continuation des contenences de Quaresmeprenant.

Chapitre XXXII.

 

Cas admirable en nature, dist Xenomanes continuant, est veoir & entendre l’estat de Quaresmeprenant. S’il crachoit, c’estoient panerées de Chardonnette.
S’il mouchoit, c’estoient Anguillettes sallées.
S’il pleuroit, c’estoient Canars à la dodine.
S’il trembloit, c’estoient grands patez de Lièvre.
S’il suoit, c’estoient Moulues au beurre frays.
S’il rottoit, c’estoient huytres en escalle.
S’il esternuoit, c’estoient pleins barilz de Moustarde.
S’il toussoit, c’estoient boytes de Coudignac.
S’il sanglouttoit, c’estoit denrées de Cresson.
S’il baisloit, c’estoient potées de poys pillez.
S’il souspiroit, c’estoient langues de bœuf fumées.
S’il subloit, c’estoient hottes de Cinges verds.
S’il ronfloit, c’estoient iadaulx de febves frèzes.
S’il rechinoit, c’estoient pieds de Porc ausou.
S’il parloit, c’estoit gros bureau d’Auvergne : tant s’en failloit que feust saye cramoisie, de laquelle vouloit Parisatis estre les parolles tissues de ceulx qui parloient à son filz Cyrus roy des Perses.
S’il souffloit, c’estoient troncs pour les Indulgences.
S’il guygnoit des œilz, c’estoient guauffres & Obelies.
S’il grondoit, c’estoient Chats de Mars.
S’il dodelinoit de la teste, c’estoient charrettes ferrées.
S’il faisoit la moue, c’estoient bastons rompuz.
S’il marmonnoit, c’estoient ieuz de la Bazoche.
S’il trepignoit, c’estoient respitz & quinquenelles.
S’il reculloit, c’estoient Coquecigrues de Mer.
S’il bavoit, c’estoient fours à ban.
S’il estoit enroué, c’estoient entrées de Moresques.
S’il petoit, c’estoient houzeaulx de vache brune.
S’il vesnoit, c’estoient botines de cordouan.
S’il se gratoit, c’estoient ordonnances nouvelles.
S’il chantoit, c’estoient poys en guousse.
S’il fiantoit, c’estoient potirons & Morilles.
S’il buffoit, c’estoient choux à l’huille. alias Caules amb’ olif.
S’il discouroit, c’estoient neiges d’Antan.
S’il se soucioit, c’estoit des rez & des tonduz.
Si rien donnoit, autant en avoit le brodeur.
S’il songeoit, c’estoient vitz volans & rampans contre une muraille.
S’il resvoit, c’estoient papiers rantiers.

AVT_Francois-Rabelais_7955

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :