PAGE PAYSAGE

Accueil » Actualité » « BEAUDÉSIR », DENIS MONTEBELLO, LE RÉALGAR, SAINT-ÉTIENNE, 2021. (note de lecture parue dans « Diérèse » 83, hiver 2021-2022)

« BEAUDÉSIR », DENIS MONTEBELLO, LE RÉALGAR, SAINT-ÉTIENNE, 2021. (note de lecture parue dans « Diérèse » 83, hiver 2021-2022)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

février 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Un livre évaltonné : ainsi pourrions-nous qualifier ce nouveau petit volume, publié par le Réalgar, éditeur stéphanois. S’interrogeant sur l’origine même du qualificatif, le latiniste Denis Montebello consacre plusieurs pages à l’étymologie, comme il le fait dans ses précédents livres (dont certains furent chroniqués dans Diérèse). Se définissant lui-même comme un évaltonné, soit, pour résumer, comme une âme errante, flottante, quelque peu lyrique, l’auteur assume pleinement la digression en tant qu’art littéraire. Beaudésir se compose ainsi d’une série de textes, comme autant de billets du blog Cotojest[1], comme autant de poèmes en prose alternant portraits, paysages, refrains, souvenirs familiaux ou réminiscences livresques. La guinguette disparue qui donne son (magnifique) titre à l’opuscule appartient ainsi à cette mythologie personnelle : De l’accordéon musette. Les mêmes airs qu’on passait au Stade Saint-Michel, à la mi-temps, qu’on servait avec les marrons, le vin chaud (p. 12).

  Composite, de prime abord, Beaudésir forme évoque en réalité une autobiographie par fragments, par touches, par tableaux successifs. Résolu à suivre le cadastre qui est la mémoire (p. 52), D. Montebello s’égare volontiers dans les méandres d’un bois où cueillir divers gros pieds, tontons ou polonais (p. 37), ou encore brimbelles (idem), soit des myrtilles, en patois lorrain. Car la clairière, le lieu central, demeure vosgien. Né à Épinal, Denis Montebello évoque avec passion une Lorraine largement italienne, une sorte de Texas français (p. 53). Divers décors se succèdent, du lac d’Orta figurant en couverture à la cité des images (p. 46). S’y croisent plusieurs figures tutélaires, de Giulo, grand-père piémontais amateur de champignons, aux savants oubliés, aux écrivains locaux tel Jacques Grévin (1538-1570), au présentateur luxembourgeois Helmut (p. 51), ou encore à Nietzsche, amoureux transi, souffrant, de Lou-Andréas Salomé. Utilisée par l’auteur même, l’allégorie du Lego (créé en 1958), évoque assez cette prose qui baguenaude, cet assemblage (p. 51) en apparence hétéroclite, mais qui prend sens sous la plume élégante, stylée, de l’écrivain. Comme chez François Bon[2], une grande attention est également portée aux objets, autant de traces demeurées vivaces dans la grande forêt des contes (p. 11).

  Derrière l’apparente légèreté, la fantaisie, sourd une certaine mélancolie, une certaine nostalgie. Restent, pour se consoler, le goût de l’érudition et le beau désir d’exhumer puis de magnifier les remembrances, d’actualiser la page.


[1] Du nom du blog même de Denis Montebello :

[2] Cf. Autobiographie des objets, Le Seuil, 2012.

Retrouvez la note sur Babelio:

https://www.babelio.com/livres/Montebello-Beaudesir/1394349/critiques/2920795


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

février 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 113 540 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :