PAGE PAYSAGE

Accueil » 2020 » mai » 04

Archives du 04/05/2020

SACRILÈGE! (3). NIETZSCHE, CE DOUX RÊVEUR…

   …. Suite à la publication du bref texte précédent, ce matin sur Facebook (réseau social dont je viens de me désactiver pour au moins un mois, afin de mieux réfléchir), j’ai eu droit à quelques protestations. J’aurai mal lu Nietzsche, ou j’aurais sorti telle ou telle phrase de son contexte. Certes, le penseur revendique le droit à la contradiction. Mais j’aimerais quand même citer le passage suivant, extrait de Par-delà le bien et le mal (Jenseits von Gut und Böse). Voyons donc si on peut être nietzschéen et chrétien, ou nietzschéen et communiste, ou simplement nietzschéen et humaniste, à l’aune de telles affirmations. Voyons donc également si des professeurs patentés, qui traquent la moindre petite phrase qui aurait un arrière-goût de semblant de bêbête immonde chez leurs contemporains, peuvent sérieusement adhérer à un propos qui me paraît à moi, modeste blogueur, ultra-brutal. Je n’ai peut-être pas de doctorat en philosophie, mais la chose me paraît compliquée, sauf à être d’une totale mauvaise foi.

Jenseits_von_Gut_und_Böse_-_1886

   Il faut aller ici jusqu’au tréfonds des choses et s’interdire toute faiblesse sentimentale : vivre, c’est essentiellement dépouiller, blesser, violenter le faible et l’étranger, l’opprimer, lui imposer durement ses formes propres, l’assimiler ou tout au moins (c’est la solution la plus douce) l’exploiter ; mais pourquoi employer toujours ces mots auxquels depuis longtemps s’attache un sens calomnieux ? Le corps à l’intérieur duquel, comme il a été posé plus haut, les individus se traitent en égaux — c’est le cas dans toute aristocratie saine — est lui-même obligé, s’il est vivant et non moribond, de faire contre d’autres corps ce que les individus dont il est composé s’abstiennent de se faire entre eux. Il sera nécessairement volonté de puissance incarnée, il voudra croître et s’étendre, accaparer, conquérir la prépondérance, non pour je ne sais quelles raisons morales ou immorales, mais parce qu’il vit, et que la vie, précisément, est volonté de puissance. Mais sur aucun point la conscience collective des Européens ne répugne plus à se laisser convaincre. La mode est de s’adonner à toutes sortes de rêveries, quelques-unes parées de couleurs scientifiques, qui nous peignent l’état futur de la société, lorsqu’elle aura dépouillé tout caractère d’ « exploitation ». Cela résonne à mes oreilles comme si on promettait d’inventer une forme de vie qui s’abstiendrait de toute fonction organique. L’« exploitation » n’est pas le fait d’une société corrompue, imparfaite ou primitive ; elle est inhérente à la nature même de la vie, c’est la fonction organique primordiale, une conséquence de la volonté de puissance proprement dite, qui est la volonté même de la vie. à supposer que ce soit là une théorie neuve, c’est en réalité le fait primordial de toute l’histoire, ayons l’honnêteté de le reconnaître.

 

PS: Je laisse la parole au philosophe marxiste italien Domenico Losurdo, plus compétent que moi, naturellement.

SACRILÈGE! (2)

   nietzsche-uniform-1864

 

   J’ai vraiment lu Nietzsche à 21 ans, en commençant par la Généalogie de la morale. Je sortais alors avec une jeune catholique, mais n’avais pas de formation religieuse, et n’étais pas spécialement choqué par l’athéisme revendiqué et par le rejet du christianisme. Ce qui me frappait plutôt, c’était le fait qu’au fond les enseignants et les nietzschéens revendiqués aient gommé la part « dérangeante » de Nietzsche en assimilant ladite récupération à la soeur de l’intéressé. Quitte à falsifier la nature de la Volonté de puissance, soit de ces brouillons retrouvés à Turin après la fameuse crise de folie, et qui sont parfaitement authentiques (comme certains intellectuels ne jurent que par le soufisme et t’expliquent que le djihad est une lutte intérieure, et non un désir de conquête territoriale, parce que ça ne colle pas avec leur idéologie de mauvaise foi) Car, comme le montre Domenico Losurdo, Nietzsche condamne explicitement la révolution française et le socialisme, alliance des faibles contre une aristocratie dont la domination est légitime. De surcroît Nietzsche n’a jamais été un paisible professeur de philologie un peu timide, mais a toujours nourri un bellicisme affiché, notamment en participant à la guerre de 1870, tout en s’alarmant de la Commune de Paris. Évoquons le fait qu’Ainsi parlait Zarathoustra était distribué aux soldats allemands pendant la première guerre… Être nietzschéen et chrétien, ou nietzschéen et anarchiste, ou marxiste, serait en soi oxymorique. Bien qu’enthousiaste, mais croyant à la méritocratie, j’étais ennuyé par ce mépris du peuple, cette exécration de la plèbe. Reste l’idée, séduisante, du dépassement de soi.

TITRE INCONNU, CRUZEIRO SEIXAS (né en 1920), Portugal, surréalisme.

cruzeiro seixas

%d blogueurs aiment cette page :