PAGE PAYSAGE

Accueil » critique » « ELDORADO », CLAUDINE SIGLER, éditions BLURB, 2018 (critique parue dans « Diérèse » 73, printemps-été, 2018).

« ELDORADO », CLAUDINE SIGLER, éditions BLURB, 2018 (critique parue dans « Diérèse » 73, printemps-été, 2018).

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

juillet 2018
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

sigler.jpg

   Le vers semble connaître, depuis plusieurs années, un regain d’intérêt. Bien que l’écriture régulière n’ait jamais été abandonnée, et soit récompensée par de nombreux prix régionaux, la plupart des auteurs lui préfèrent désormais le vers libre ou la prose. Toutefois, quelques irréductibles demeurent, à l’instar de William Cliff, de Michel Houellebecq ou de Laurent Fourcaut. Tiré aux Pays-Bas, chez Blurb, et richement illustré, Eldorado respecte ainsi rigoureusement les règles de la métrique classique. Employant tantôt l’alexandrin, tantôt l’octosyllabe, parfois des vers d’inégale longueur, C. Sigler se soucie des codes, sans pour autant verser dans une esthétique surannée. Ainsi des deux acrostiches « Rufino » et « Tamayo », qui évoquent le plasticien du même nom, et dans lesquels l’auteure semble s’être amusée. Déployant une langue riche, fortement imagée, Claudine Sigler s’attache également au présent, à l’époque actuelle, à travers une série de tableaux vivants et contemporains, prises de vue littéraires de Mexico, cité latino-américaine, et de Bruxelles, cité nordique. Car c’est bien autour de ces deux capitales, en apparence lointaines, opposées, que se construit le livre, selon deux axes, deux parties, avec, pour chacune, un papier différent : ocre comme le désert, pour Mexico, et gris, comme le ciel flamand, pour Bruxelles. Bicolore, Eldorado, dont le titre nous ramène aux cités d’or fantasmées, décrit ainsi deux endroits que tout paraît séparer, mais que C. Sigler veut relier, par la magie du verbe, dans une sorte de géographie imaginaire, subjective. Représentant, sur un même mur, le visage de René Magritte et de Frida Kahlo, deux surréalistes, un homme et une femme, l’un belge, l’autre mexicaine, la photographie du quatrième de couverture pourrait assez bien résumer, condenser l’ensemble. Ayant vécu outre-Atlantique, mais revenue en France, amoureuse du plat pays, C. Sigler célèbre avec un égal bonheur les deux contrées, les rapproche jusqu’à les confondre, à travers le dernier texte :

Las… Rien n’a plus ni queue ni tête

En Flandre comme à Mexico :

Tout a vécu, et sur vos fêtes,

Les pluies tombent comme un rideau.

   Pour autant, il ne s’agit pas d’un guide touristique désincarné. L’émotion est palpable, à chaque ligne. Dépeignant des lieux qu’elle aime, qu’elle a aimés, C. Sigler nous parle de gens qu’elle a côtoyés, de figures attachantes : artistes, écrivains, ou personnes simplement croisées. Des références érudites, des phrases reprises, jaillissent dans cette autobiographie versifiée, tantôt des chansons, tantôt des textes classiques entremêlés, ici ceux d’Heredia et Lamartine :

J’ai connu l’éternel été,

Le maïs en guise de blé,

La pyramide et le llano,

Les jardins de Xochimilco

Où Carlota brûla ses ailes,

_ Suspends ton vol, petit gerfaut,

Car México devient Bruxelles.

   Une pointe de mélancolie, de nostalgie surgit parfois. Tout doit passer, y compris les beaux souvenirs. Accompagné de photos prises par C. Sigler elle-même, bel objet plastique conçu par Dominique Janneteau, ce petit volume a quelque chose de terriblement vrai.

thumbnail_1èrecouv.Diérèse73

N.B.: Rufino Tamayo est un peintre mexicain originaire d’Oaxaca, au Mexique.


5 commentaires

  1. Claudine Sigler dit :

    Merci, Etienne, pour ce beau commentaire.

    Une première précision : dans l’extrait que tu as cité, Carlota (son nom en espagnol), c’est Charlotte de Belgique, épouse de Maximilien, l’éphémère empereur du Mexique (1864-1867).

    J'aime

  2. Claudine Sigler dit :

    Et par ailleurs, à propos du double acrostiche Rufino/Tamayo, si j’ai écrit « Rufino », C’est Dominique Janneteau qui a écrit « Tamayo » (il y a sa signature sous sa partie). En cette seule occasion, j’ai placé son texte en regard du mien, car ils sont indissociables.

    En effet, ce dyptique est extrait d’un autre autre volume de vers réalisé en commun par Dominique et moi-même (20 textes de chacun) en 2012 : « Vingt poèmes d’amour ».

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

juillet 2018
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 87 130 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :