PAGE PAYSAGE

Accueil » Citation » « UN RUDE HIVER », RAYMOND QUENEAU, 1939.

« UN RUDE HIVER », RAYMOND QUENEAU, 1939.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

février 2018
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

   Il ne se passe apparemment pas beaucoup de choses dans Un rude hiver : un réactionnaire plein de rancœurs va déjeuner chez son frère, se promène au bord de la mer avec une Anglaise en uniforme, et emmène au cinéma deux enfants qu’il a rencontrés dans un tramway. (Georges Perec)

queneau

   S’avouant franchement malade à son supérieur hiérarchique, Lehameau obtint une après-midi de repos. Après le déjeuner, il prit le tramway et se rendit au cimetière. Il s’arrêta devant des tombes d’Anglais, regardant le nom des régiments, s’intéressant aux provenances. Plus loin des stèles s’ornaient de caractères arabes. Il marchait lentement, s’instruisant. Le vent, le vent soufflait toujours, c’était un dur hiver, les arbres étaient décapés, seules pendues aux croix se conservaient les fleurs artificielles.

   La même dalle de granit portait gravés les noms dorés de Zéphyrine Lehameau, d’Evodie Lehameau et d’Émilie Lehameau, sa mère, sa belle-sœur, sa première belle-sœur, et sa femme. Il s’immobilisa tête nue devant la pierre, les mains croisées, mais il ne priait pas. Il savait bien d’une part que les défunts sont respectables, mais de l’autre il croyait que quand on est mort c’est pour longtemps. Alors il se découvrait se signait croisait les mains, mais il ne priait pas. Il ne priait pas mais ça ne l’empêchait pas de pleurer. Il pleurait le corps immobile, sans hoquets, ni sanglots, comme il en avait l’habitude. Il pleurait ainsi pendant une dizaine de minutes.

   C’était très long, dans le froid.

   Il était tout seul, dans le froid.

   Il pleura donc ainsi pendant une dizaine de minutes, puis il s’essuya le visage, se signa, se recouvrit, s’éloigna. Il poursuivit, sa promenade, lisant les inscriptions, critiquant les épitaphes, étudiant des dates et des parentés. Il musait. Au bout d’une allée il aperçut les derniers restes d’un cortège qui se dispersait.

 


4 commentaires

  1. sylvie senn dit :

    c’est très beau. L’absence de la mort dure longtemps, quelle belle tournure qui rassemble les croyants et les autres…

    J’aime

  2. Lilywashere dit :

    Superbe couverture…de neige et belle histoire….pour réchauffer un peu le climat, et propose un peu de saxe…fort

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce retour! Je vais écouter le morceau. Vous êtes angelilie???

      J’aime

      • Paslily dit :

        Lily was here….Alice n’est plus ici, recherche Suzanne….ça m’a toujours fasciné ces genres de titre…des personnes qui disparaissent, qu’on recherche, c’est comme un voyage à travers les villes et les paysages inconnus; au fond toujours une recherche de soi, quelque chose qui manque à notre âme, une ouverture…une sorte d’errance comme si en cherchant cette part de nous-mêmes on s’en évadait… bref, tous ces titres me poussent vers une certaine légèreté, pas désagréable…ce genre de musique aussi , une invitation à ces voyages…bon tant que j’y suis, un autre pour la route, Richard…

        Lily was here, c’est aussi un film qui date de 1989,titre original De Kassière ( je n’ai vu que des extraits)

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

février 2018
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 107 587 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :