PAGE PAYSAGE

Accueil » 2017 » juin (Page 2)

Archives Mensuelles: juin 2017

MARCHÉ DE LA POÉSIE

35mdlp_prov-e3caa

Chers amis,

   Contrairement à ce que j’annonçais dans l’événementiel, il y a quelques jours, je me rendrai au marché de la poésie de la place Saint-Sulpice le samedi 10 et non le dimanche 11 juin. J’y visiterai notamment les stands d’Unicité, mais aussi de Diérèse et d’Empreintes, la revue de mon amie Claude Brabant. J’espère vous y retrouver. Comme toujours: er10@hotmail.fr, 07 50 89 83 24. Bonne fin de semaine!

LA DEMEURE DES CHIENS FANTÔMES, éditions Unicité, 2015 (article paru dans « Diérèse » 70, printemps-été 2017)

sans-titre

   Illustré par les propres toiles de l’auteur, préfacé par Marc-Louis Questin,  dont nous avons parlé dans l’avant-dernier numéro (Diérèse 68, page 287-288), cet étonnant recueil possède la fraîcheur des contes. Inspirée par des sources extrêmement diverses, qu’il s’agisse de mangas, de littérature surréaliste, ou des histoires de notre enfance, la jeune Prisca Poiraudeau construit un univers bien à elle, très singulier, où la logique des rêves l’emporte sur la rationalité à proprement parler. Dialogues improvisés, fragments de journal intime, rencontres avec des chats surnaturels, des elfes, et autres créatures féériques : les récits semblent suivre leur propre cohérence, loin des canons de l’écriture scénaristique. Une pointe d’érotisme vient relever l’ensemble : Nous avons fait l’amour. Le petit soleil dans mon sexe de ses rayons a inondé mon corps de chaleur, de feu… J’ai frissonné. Je me suis ouverte à lui. J’en avais envie (page 105). Plutôt que de parler de nouvelles à chute, nous devrions ici évoquer ce que Jean-Yves Tadié appelle « récit poétique », soit une narration dans laquelle le lyrisme, les impressions, l’emportent sur la logique de l’intrigue proprement dite. L’expression de « récit onirique » semblerait elle aussi appropriée : comme Nerval dans Aurélia, Prisca se laisse en effet aller au rêve, dépeignant ainsi un monde parallèle, des êtres et des paysages vus en songe.

   Tout n’est pas idéal ni paisible, toutefois, dans ce décor chimérique. Une pointe d’inquiétude et d’angoisse transparaît effectivement entre les lignes : La jeune fille a sursauté, a pris la fuite, elle a croisé ces grands arbres noirs des infirmières diaphanes en longues blouses blanches ressemblant à des fantômes, elles s’avançaient vers elle. Des brancards roulaient lentement, sur les feuilles mortes dorées, craquantes… Des squelettes, des momies y reposaient, le lierre et les ronces s’entortillaient aux barreaux rouillés. Bambi est effrayée (page 152). L’enchantement paraît ici se dissiper pour laisser place aux démons, aux tourments de l’adolescence. Derrière leur caractère apparemment enfantin, les toiles d’art brut elles aussi semblent marquées une forme de mélancolie diffuse. Rien de naïf ni de gratuit, donc, dans un livre riche en images fortes, et qui  dénote déjà une singulière maturité.

SURRÉALISTES 1: MAURICE RAPIN

 

rapin_maurice-compositions_surréalistes~OMa22300~10464_20120310_17918_216

« Composition surréalistes », 1958.

 

rapin_maurice-façons_dagir~OM665300~11349_20150331_MA15_143

« Façons d’agir ».

 

 

AVIS DE PARUTION

Chers amis,

Un peu d’autopromotion:

laune

   Mon article autour de la rue Monte-Cristo paraîtra après-demain, jeudi 1er juin, dans prochain numéro du journal d’informations locales L’ami du XXème (disponible dans tous les kiosques de l’arrondissement au prix d’1,70 euro).

DIERESE701COUV

   Signalons également la présence, dans le dernier Diérèse, la revue poétique de Daniel Martinez, d’un « Tombeau des poètes » consacré au figures de Méliès et d’Alain Jouffroy, ainsi que de deux articles critiques autour des ouvrages de Jean Hautepierre et Thierry Radières. Le numéro sera en vente au marché de la poésie, ce week-end, place Saint Sulpice, au prix de quinze euros. Pour le commander, envoyer un chèque de 15 € + 3,90€ de frais de port, soit 18,90 € (35 € port compris pour deux exemplaires. Le port est offert à partir de trois exemplaires). Ecrire à Daniel Martinez, 8 avenue Hoche, 77380 OZOIR-LA-FERRIERE.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :