PAGE PAYSAGE

Accueil » Actualité littéraire » « LA GESTE DE DRACULA EN COTENTIN », GUY GIRARD (1)

« LA GESTE DE DRACULA EN COTENTIN », GUY GIRARD (1)

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

avril 2017
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Publicités

  Mon ami peintre et poète Guy Girard s’auto-publie, depuis quelques temps. Souvent drôles, décalés, ses petits recueils sont en outre réussis, sur le plan technique, assez beaux et originaux. Ainsi de cette nouvelle micro-plaquette, disponible « Chez l’auteur, à Saint-Ouen ». et qui décrit la présence de Dracula dans le Cotentin. Illustrée par une photographie du réalisateur Pierre-André Sauvageot représentant Nosferatu devant le Mont Saint-Michel, cette suite possède la saveur des contes, de l’enfance. J’en reparlerai probablement plus en détail dans la revue Diérèse. Les plus motivés, et surtout les hispanophones, trouveront un article écrit dans la langue de Cervantès, en cliquant sur le lien sous le texte.

PhotoCol_16_T_Edw

Frontispice de Pierre-André Sauvageot

 

LUNDI

   Flâneur enjambant les sept fenêtres à l’envers du monde, Dracula pousse sa brouette d’étoiles noires sous la brume des tourbières peuplées d’oiseaux morts, qu’enroule autour de son oriflamme la double serrure d’ombre du Mont Saint Michel et de l’îlot de Tombelaine. Là où il va, personne n’oserait le suivre. Le reflux de la marée a découvert cette clairière au cœur d’une forêt engloutie où, comme une boussole dardant son aiguille vers le nord du rêve, le squelette d’une baleine épelle les reflets lunaires. L’odieux professeur Van Helsing, dans le clocher de la cathédrale de Coutances, mange une tablette de chocolat en conjurant l’aube prochaine d’être plus ou moins qu’un pansement sur les reliques de la lumière. Ni voyant, ni visionnaire, il ne voit rien de ce qu’avance la pulpe de l’horizon. À sept lieues de là, s’éclaircissant les doutes de Madame Chantelouve qui masse vigoureusement son corps éthérique avec un crapaud retiré d’un bol de punch.

Article autour du recueil sur le site du groupe surréaliste espagnol (cliquer sur le lien)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

avril 2017
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 39,506 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :