PAGE PAYSAGE

Accueil » Corbière Tristan » « LE CRAPAUD », bis.

« LE CRAPAUD », bis.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

avril 2015
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

… Cela fait déjà plusieurs semaines que je n’ai mis en ligne aucun texte « personnel ». Je veux dire: aucun texte de ma composition. Manque d’inspiration? Ce beau temps printanier, riche en particules fines pour les Franciliens que nous sommes, devrait pourtant s’avérer porteur, et il n’en est rien. Je ne traîne pas non plus en terrasse, pour observer ce que l’éternel Michel Houellebecq nomme « l’insupportable retour des minijupes », mais me concentre sur mes lectures, notamment celles d’Octave Mirbeau, et de ses étranges Contes cruels.

  Il semble, à ce propos, que mes chers, et trop rares, lecteurs, aient apprécié « Le crapaud », tiré des Lettres de ma chaumière. Mirbeau l’iconoclaste, le méconnu, se retrouve aujourd’hui étrangement placé sous le feu de l’actualité cinématographique, puisque Le journal d’une femme de chambre vient d’être réadapté par Benoît Jacquot, que j’estime. Fameuse gageure, quand on connaît les versions de Jean Renoir, dans sa période américaine, et de Luis Buñuel, dans sa période française.

  Ayant toujours goûté Les Amours jaunes, unique recueil du malheureux Tristan Corbière mort en 1875 à seulement vingt-neuf ans, (et classé parmi les « poètes maudits » par Pauvre Lélian, alias Paul Verlaine), je vous donne aujourd’hui à lire « Le crapaud », petit bijou d’audace stylistique et métrique. Croah!

220px-Tristan_Corbiere_portrait

Un chant dans une nuit sans air…
La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

… Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
– Ca se tait : Viens, c’est là, dans l’ombre…

  • Un crapaud! – Pourquoi cette peur,
    Près de moi, ton soldat fidèle !
    Vois-le, poète tondu, sans aile,
    Rossignol de la boue… – Horreur ! –

… Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son oeil de lumière…
Non : il s’en va, froid, sous sa pierre.
……………………………………………………………

Bonsoir-ce crapaud-là c’est moi.

Ce soir, 20 juillet.


Un commentaire

  1. J’espère que tu vas retrouver de l’inspiration…Moi je l’avais perdu plus d’une semaine et suis dépendante d’un lecteur en particulier pour écrire, mais j’essaye de m’ouvrir aux autres lecteurs qui m’offrent parfois, rarement, de rares impressions… Moi j’ai lu beaucoup de romans japonais ses dernier temps(le ruban d’Ogawa Ito, le parfum de glace de Woko Ogawa, et le chat qui venait du ciel de Hiraide Takashi). Notre ami poète m’a offert mémoires secrète d’une poupée de Silvina Ocampo pour mon anniversaire…Mais je souffre cette année d’une allergie aux pollens…Très beau ce poème qui accompagne ce message. Je ne pense pas être la seule à te lire mais les autres ne laisse pas de traces de leurs passages, sur mon blog pratiquement personne ne me laisse un mot…Sur fb mettre un j’aime est tellement plus simple…hélas.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

avril 2015
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Catégories

Catégories

Statistiques du blog

  • 105 982 hits

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :